Kamishibaï, nouveau modèle, boîte puzzle

Et voici en diaporama, mon nouveau kamishibaï fabriqué en carton, grâce à une boîte vide d’un puzzle de 500 pièces. Pour être plus précise, ce support pour histoires kamishibaï s’appelle un butaï. 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Matériel nécessaire :

  • Boite de puzzle vide de 500 pièces (ou 300 pièces, attention à la taille, hauteur, suffisante pour insérer les feuilles plastifiées format A4)
  • pour les panneaux latéraux, un vieux calendrier en carton (ou tout autre carton solide)
  • papier coloré
  • serviette images (chats)
  • papier décopatch (+ colle + pinceau)
  • papier collant
  • cutter
  • ciseaux

Je n’ai pas encore détaillé la façon de faire cet adorable support pour histoires kamishibaï, mais ce n’est compliqué 🙂

Publicités

Une souris verte en préparation Kamishibaï

Voilà, à défaut de pouvoir faire mon butaï (je n’ai pas encore trouvé mes calendriers en carton pour le faire), j’ai commencé à travailler sur la comptine « Une souris verte ». Des dessins simples et colorés que je vais imprimer sur des feuilles A4 afin de pouvoir la chantonner tout en changeant les pages dans mon futur kamishibaï.

Avec la dernière feuille de la fin, où la souris se retrouve sur le trottoir et dit « au revoir », je me suis dit que je pourrais l’utiliser comme activité finale lors de mes lectures à voix haute dans les crèches. La souris dit au revoir, moi aussi !

kamishibai une souris verte

Je vais m’inspirer de comptines existantes ou d’albums pour tout petits pour en faire d’autres, avant d’avoir à nouveau l’imagination prête à créer de nouvelles histoires pour les bouts d’chou 🙂

Kamishibaï en crèche ?

En me (re)plongeant dans les histoires, livres et comptines pour les tout petits, j’ai rapidement pensé refaire un kamishibaï, bricolage maison, mais cette fois-ci, adapté pour les plus jeunes. En effet, je vais bientôt lire des histoires à voix haute dans les crèches et maisons d’enfants… je suis sûre que le système de ce petit théâtre japonais pourrait très bien convenir aux bébés de 12 à 36 mois.

Adapter/créer une comptine avec des images imprimées sur une feuille A4, ou de courtes histoires colorées uniquement pour les petits bouts de moins de 3 ans, c’est réalisable. Le kamishibaï tiendrait tout seul, soit posé à-même le sol, soit sur une petite table, ainsi j’aurai mes mains libres pour mimer et/ou utiliser d’autres outils pour compléter l’histoire (musique, marionnette, craie ou feutre pour dessiner sur un tableau, etc.). Je pourrais aussi faire passer des objets présents dans mon histoire/comptine afin que les enfants puisse interagir encore plus avec l’histoire.

En faisant une petite recherche, je suis arrivée sur ce site et cette activité dans une crèche, en France !  🙂  🙂  🙂

Quand mes enfants étaient plus petits, j’avais imaginé ces histoires-ci, que j’ai adapté au format Kamishibaï :

J’en avais fait un autre, que vous pouvez retrouver sur ce blog : Sacha et le printemps. Celui-ci a rencontré un petit succès quand je l’ai publié… beaucoup de puéricultrices et d’instituteurs/trices primaires m’ont demandé de leur envoyer les photos et le texte par mail afin qu’ils puissent imprimer l’histoire chez eux et raconter l’histoire dans leur classe 🙂

Retrouvez la rubrique « Kamishibaï«  pour en savoir un peu plus sur ce petit théâtre japonais.

Une trouvaille

En cherchant la lettre d’Yvan Pommaux, je suis tombée sur cette feuille, envoyée à l’occasion d’un concours lancé par les éditions Bayard, sur le thème de la forêt, pour un album jeunesse chez les tout petits.

Je le trouve tout mignon et je me dis qu’il serait dommage qu’il dorme davantage dans mon pc… si quelqu’un a envie de faire de petits dessins pour illustrer cette petite sorte de comptine… il est libre. J’aimerais juste voir le résultat et je souhaiterais le publier sur mon blog 😉 Je trouve qu’il serait parfait pour une histoire Kamishibaï !

1/
Petit écureuil est content.
Il devient grand.
Il est le dernier de la famille
A être encore dans le nid.
Sa maman est partie chercher à manger,
Le laissant tout seul dans le trou.
« Je m’en vais découvrir la forêt.
Moi aussi, j’ai faim », dit-il.

2/
Sur son chemin, il compte les arbres.
Il ne voudrait pas se perdre.
1, 2, 3, il fait encore quelques pas.
4, 5, il est déjà loin.
6. Il trouve une noisette.
Il s’arrête.
Il mange la noisette,
Et fait sa toilette.
Plus loin, il y a un étang,
Avec une famille de canards.
Petit écureuil va aller boire.

3/
Petit écureuil se retourne.
Il a entendu un bruit.
Il veut retrouver son nid,
Mais il ne sait pas où il est.
« Combien d’arbres ai-je passés ? »
Il ne s’en souvient plus.
« Flute, j’ai oublié ! »
Petit écureuil pleure.

4/
Un rouge-gorge passe par là.
« Pourquoi pleures-tu ? »,
Lui demande-t-il.
« Je ne sais pas compter.
J’ai oublié les arbres.
Où suis-je ? » dit-il.
« Je vais t’aider », répond l’oiseau.
Rappelle-toi qui tu as croisé.
Quel animal t’a dit bonjour ?

5/
« Avant d’arriver ici,
J’ai vu monsieur bouvreuil.
Il m’a fait un clin d’œil.
Il ne pouvait pas parler,
Car il avait rempli son gosier,
Pour ses petits affamés. »
« Très bien, ça fait 1.»
Dit le rouge-gorge.

6/
« Et après ? »
Demande-t-il.
« L’épervier m’a regardé.
J’ai eu peur.
Puis il m’a dit
Qu’il n’aimait pas les poils,
Mais qu’il préférait les plumes.
Je n’ai pas compris,
Et je suis parti. »
« Heureusement, il aurait pu te manger !
Ça fait 2. »

7/
Le rouge-gorge l’encourage.
« Très bien, continue. »
« Le pic noir m’a cassé les oreilles.
Il tambourinait fort.
Il était grand, très grand.
Et très beau aussi. »
« En effet, c’est un bel oiseau.
On peut l’entendre du fin fond des bois.
On en est à 3. »

8/
« Tu vas y arriver.
Tu ne dois plus être bien loin.
Tu reconnais le chemin ? »
Demande l’oiseau.
« Je me souviens de ce roitelet.
Il ne cesse donc jamais de gesticuler ? »
« Non, je ne crois pas.
Sais-tu qu’il est le plus petit oiseau ?
Il est petit, mais il est très vif !
Et de 4. »

9/
Le rouge-gorge l’aide encore un peu.
« Bravo ! Alors, c’est ta maison ? »
« Non ! Regarde ce groupe.
C’est celle des petites mésanges.
Qu’elles ont une longue queue ! »
« Oui, tu as raison, cet arbre est déjà habité.
Laissons ces demoiselles,
Et continuons notre chemin. »
« 5 ? » demande l’écureuil.
« C’est exact ! Tu sais bien compter. »

10/
Ils arrivent sur un autre arbre.
Personne ne semble y habiter.
Petit écureuil réfléchit.
Il fait le tour du tronc,
Monte et descend.
L’oiseau ne bouge pas.
Il l’observe et l’interroge.
« Et celui-ci ?
C’est le numéro 6. »

11/
En haut de l’arbre, il y a quelqu’un
Qui semble l’attendre.
« Maman ! »
Petit écureuil court dans ses bras.
Sa maman l’embrasse partout.
Même sur ses petites oreilles,
et jusqu’au bout de ses orteils.
« Six, c’est le bon.
Grand merci mon ami ! »
« À bientôt petit.
Et souviens-toi :
six arbres, d’ici à là-bas. »

Lecture d’un kamishibaï : les 7 petits monstres

Je lis pour la 2ème fois à mes enfants « Les 7 petits monstres » au format Kamishibaï des éditions du Taillepage. Des rires et une interactivité garantie à chaque fois ! Texte de Annie Murat, illustrations de Alex Murat. Un duo qui fonctionne bien chez mes loulous de 5 et 7 ans. L’histoire existe aussi en album carré.

7 petits monstres pas bien méchants veulent jouer à saute-mouton, enfin saute-monstre, mais aucun ne veut se lancer le premier, sauf un…

les-7-petits-monstres

 

Faire pousser des oiseaux Kamishibaï

Je prépare mon livre Faire pousser des oiseaux afin qu’il soit raconté à voix haute en Kamishibaï. J’ai dans l’idée de faire une séance de lecture (texte plus bref), suivie de dédicaces.

Bientôt, il y aura aussi la présentation de mon livre sur le site de Make a Wish… vu que c’est pour eux que tous les bénéfices iront 🙂

Le livre sortira aussi bientôt dans sa version électronique.

Faire pousser des oiseaux me donne des ailes 🙂

01/03/2013 : 70 livres

IRIS KAMISHIBAI