Mon chat m’inspire un projet d’écriture

Voilà, je vous en avait déjà parlé brièvement il y a quelques jours. Je suis sur un projet d’écriture dont le thème est les chats. Ma muse est ma petite Chouna, mon chat qui est, comme vous le savez peut-être, en fin de vie.

Je programme cet article le week-end, je ne sais si elle sera encore de ce monde quand il sera publié et que vous le lirez (d’ici une semaine environ).

Dimanche, après avoir énormément dormi, pas mangé, vomi de la bile et avoir tourné en rond pour essayer de mémoriser un peu les emplacement des meubles (cécité subite), elle m’a demandé à ce que je la prenne et la dépose sur le fauteuil dans lequel j’étais. En se servant de ses vibrisse et du son de ma voix, elle s’est rapidement installée sur mes genoux. Voyant qu’elle allait sans doute y rester un moment, j’ai demandé à mes enfants de m’apporter des feuilles de brouillon, un crayon et un BD comme support d’écriture… et j’étais partie.

Cela fait bien des années que je n’avais plus écrit à la main de la sorte !! J’en avait mal à la main, aux doigts, au poignet, mais je suis contente de la tournure que prends petit à petit cette histoire particulière.

Je pensais au départ faire un recueil de plusieurs petites histoires, mais quand je vois tout ce que j’ai écrit et qu’arrivée là, je n’en suis même pas encore à sa venue dans la maison, je me dis que ça sera peut-être un livre documentaire, témoignage avec des parties plus « techniques » où j’explique la santé du chat, son comportement, sa personnalité. Il y aura mon témoignage et le point de vue d’un professionnel : vétérinaire,  assistant.e vétérinaire, et/ou comportementaliste.

Et j’ai déjà trouvé l’association qui bénéficiera du produit de la vente de ce prochain livre : l’association Poils et Moustaches 🙂

Je vais faire prochainement une bannière « amis » pour cette association ainsi que pour d’autres rencontres intéressantes faites ces dernières semaines.

A bientôt !

Publicités

Bricolage pour une lecture en crèche

Si je vous montre ces deux photos, à quoi cela vous fait-il penser ?

bricolage papoteuse (2)bricolage papoteuse (1)

Un indice ?  Ils sont belges, il y a plusieurs titres à cette série, ce sont Pittau & Gervais que je découvre dans ma bibliothèque…

J’hésite à les faire « rentrer » dans le format de mon kamishibaï, car j’ai pensé à une autre idée, tout aussi sympa et pratique que le support butaï. Encore faut-il que je trouve ce à quoi je pense 🙂

Réponse prochainement, avec photo et tout et tout…

5 histoires de vétérinaires

Encore un livre emprunté à la bibliothèque jeunesse, mais celui-ci, il est pour moi !

5 histoires de vétérinaires, aux éditions Fleurus, paru en 2000 pour la première édition et 2014 pour celle que j’ai en mains.

5 nouvelles d’auteurs différents :

  1. Véto… mais pas trop, de Pierre Halté, illustré par Bruno Bazile
  2. Celle qui parlait aux animaux, de Gudule, illustré par Marc Bourgne
  3. Le chien qui en savait trop, de Gilbert Schlogel, illustré par Dominique Rousseau
  4. Le grand vétérineur, de Franck Pavloff, illustré par Victor de la Fuente
  5. Le vétérinaire de Saint-Julien, de Brigitte Govignon, illustré par Daniel Redondo

5 histoires veterinaires

Dans ce livre, 5 histoires courtes autour d’une passion, les vétérinaires. 5 genres pour passer du rire à l’angoisse : humour, sentiments, policier, faits divers, science-fiction.

Des livres jeunesse qui parlent de l’addiction aux écrans et réseaux !

Un livre que mes 2 enfants ont lu en une semaine, il faut que j’en parle ! Premier livre qui passait dans les mains de l’un puis dans celles de l’autre, alternativement ! Incroyable, première fois que cela se passe chez nous (rires). Et la semaine suivante, en remettant ce livre à la bibliothèque, ils ont pris l’autre du même auteur…

Dix jours sans écrans, de Sophie Rigal-Goulard, aux éditions Rageot – 2015.

10_jours_sans_ecrans

4ème de couverture :
« Ce matin, la maîtresse nous a proposé de relever un défi. Passer dix jours entiers sans écrans ! Pas de télé, pas de console, d’ordinateur, de tablette ou de téléphone emprunté à nos parents… J’ai éclaté de rire. C’est impossible bien sûr.
Qui va arriver à vivre dix jours sans écrans ? »

Et le premier était : 15 jours sans réseau…

Un sujet préoccupant chez nos jeunes. Bien que j’avais repéré le titre en première dans la bibliothèque, mon fils de 10 ans a tout de suite voulu l’emprunter. Une fois à la maison, il s’est installé dans le fauteuil au salon et il a lu… sur l’heure du midi, pendant ma sieste d’une demi-heure, lui joue sur sa tablette et c’est au tour de sa sœur – 12 ans – d’ouvrir le livre et de se plonger dans cette histoire. Je n’ai pas lu celui-ci, mais « Dix jours sans écran » est à côté de moi et me tente bien 🙂 Celui-ci aussi va passer entre plusieurs mains… écriture assez grande et illustrations de Frédérique Vayssières.

Ce roman s’inspire de l’expérience « Défi de la Dizaine sans télé ni jeu vidéo » imaginée en 2003 par Jacques Brodeur au Québec.

Des tests passés par internet pour un job

Je suis… amusée, interrogative, intriguée et plutôt satisfaite des résultats de différents tests passés via internet pour un job temps plein. Pour mieux situer mes émotions actuelles, voici quelques détails sur mon profil professionnel :

Je suis présentement dans un contrat de remplacement, à mi-temps, comme assistante de direction pour une société active dans la médecine connectée (niveau nutrition chez les patients hospitalisés, et pour les personnes résidentes en maisons de repos)

Auparavant, j’ai travaillé durant 9 ans comme assistante de coordination (accueil et secrétariat médical, dans un centre médical de soins de santé de 1ère ligne, avec une équipe pluridisciplinaire). J’ai étudié la gestion des ressources humaines, mais n’ai pas beaucoup pu mettre en pratique cette formation, et j’aime l’informatique et la gestion de mon blog même si je n’ai pas toujours le temps de publier autant d’articles que je le souhaiterais.

J’ai joué franc jeu, je n’ai pas triché à ces questions, j’ai été très spontanée…. il y avait plus de 100 questions et 3 tests différents. Ces tests, c’est le recruteur qui me demande de les passer avant un éventuel entretien pour un poste de… assistante de direction pour une entreprise active dans les formations en entreprises, le coaching, les ressources humaines, etc.

La correspondance entre le profil de poste et le profil du candidat (moi) reflète très bien mon goût pour le contact humain, pour la communication et l’aide aux autres.

Les métiers qui me correspondent le plus sont :

– Conseillère d’orientation / Nutritionniste, diététicienne,… : 81 %

– Kinésithérapeute, ostéopathe, rééducation sensorielle / psychologue du travail / enseignante : 78 %

– Assistante en communication / gestionnaire de sites web / chercheuse en sciences humaines et sociales : 76 %

– Vétérinaire : 74 %

Même conseillère en RH et assistante RH se situent plus haut (68%) que mon poste actuel et que celui de secrétaire (60%).

Je suis curieuse de voir si avec ces résultats et les autres, je vais intéresser l’entreprise qui cherche une nouvelle assistante de direction, et donc passer un entretien… J’ai un léger doute quant à l’horaire, car temps plein et peut-être du coup pas la possibilité d’avoir du temps libre pour lire des livres dans les crèches…

Les coïncidences qui me font sourire :

Le milieu de la nutrition dans mon boulot actuel et le pourcentage plus élevé dans le domaine des ressources humaines qui est en lien avec le job convoité !

Je n’ai pas encore eu de réaction de la part de cette société, alors que l’appel téléphonique et l’envoi des tests se sont faits très rapidement…

Mais, 2 jours plus tard, je reçois 3 réponses pour d’autres candidatures envoyées :

1 négative comme secrétaire médicale dans un hôpital (même pas passé un entretien ni un seul test) !

1 positive comme… secrétaire de direction dans un centre médical spécialisé ! Ce qui est étrange, c’est que fin juin, j’avais déjà postulé pour ce job et que je n’avais jamais eu de réponse… ici on me téléphone vendredi après-midi pour une entrevue ce lundi soir !

Et la dernière aussi positive, comme employée polyvalente, à temps plein, 6 jours sur 7 (du lundi au samedi matin) dans une société qui vend du matériel médical, mais comme l’une des tâches consistait à ranger des caisses de matériel et donc porter des charges parfois un peu lourdes, j’ai dû refuser pour protéger mon dos fragile. De plus, si je devais travailler le samedi, je pensais avoir 3 heures de libre en semaine pour pouvoir papoter dans les crèches, ce qui est impossible ici.

Si les employeurs peuvent rapidement tirer des conclusions sur mon profil professionnel d’après un CV, moi aussi je peux tirer les miennes d’après leurs réponses écrites ou juste au ton de leur voix au téléphone, ou encore par leur brillante absence de réponse…

Je trouve qu’on demande aux candidats beaucoup de choses pour se démarquer, se vendre, s’acharner pour bousculer les employeurs, mais qu’en retour, eux, les employeurs ne font pas grand chose pour attirer et amadouer les candidats… Il y a un déséquilibre qui explique certains turn-over dans certaines entreprises.

Pour clore cette petite histoire, dans ce test, le métier d’auteur, écrivain me correspondrait à… 67 % et celui de rédacteur à 65 %  🙂