Maïté coiffure, Marie-Aude Murail

Ma fille a 13 ans. Et si elle a bien eu quelques idées de métiers qu’elle voudrait faire plus tard, depuis un an, elle ne sait plus. Elle aime beaucoup de choses, est douée dans plusieurs matières. Elle a encore le temps pour choisir bien sûr…

Et puis mon fils de 11 ans aime ses cheveux longs; il va, contre son gré, deux fois par an chez sa coiffeuse, qui fait partie de la famille. Il ne veut qu’elle, parce qu’elle l’écoute et qu’elle ne coupe pas plus si lui ne veut pas.

Alors, quand j’ai lu le résumé de ce livre dans ma bibliothèque, j’ai pensé à mes deux enfants. J’avoue que j’ai secrètement caressé l’idée que mon fils lise le livre pour l’encourager à aller plus régulièrement chez la coiffeuse, mais… non. (rires). Quant à ma fille, n’en parlons pas… (deuxième rire)

maite_coiffure_MA_MurailLouis a 14 ans et il doit trouver un stage pour une semaine. C’est pour l’école. Oui, mais voilà, Louis n’a aucune idée de ce qu’il veut faire plus tard. Alors quand sa grand-mère lui dit que sa coiffeuse engage des apprentis, il hausse les épaules et dis « pourquoi pas ? ».

Voilà que contre toute attente, Louis adore ! Louis adore et en plus il est doué !

Et dans ce salon, il y a toujours quelque chose qui s’y passe. D’ailleurs, Louis aime tant qu’il va tout faire pour y revenir plus tard, après que le stage soit finit.

Bien sûr, il n’y a pas que Louis que l’on suit… personnage principal, mais autour duquel en gravite bien d’autres. D’autre personnes qui vont désormais faire partie de sa vie, car sa nouvelle famille est ce salon.

J’aime beaucoup la plume de Marie-Aude Murail. Je dirais que c’est une valeur sûre en littérature jeunesse  🙂

Publicités

La femme oiseau, conte illustré

Et voici mon deuxième livre sur les contes que j’ai emprunté à la bibliothèque de mon quartier :

La femme oiseau, de Sumiko Yagawa, illustré par Suekichi Akaba et traduit du japonais par Colette Diény. Édition ciconflexe, année 1994 pour la version française.

femme oiseau_conte japonaisIl s’agit ici du même conte de la femme-grue dont j’ai parlé il y a peu (clic). La grosse différence, ici, je trouve est qu’on dit clairement que l’homme préfère l’argent à la santé de son épouse !

Le développement du conte est identique : un homme seul trouve d’abord une grue blessée. Il soigne l’oiseau, lui rend la liberté et quelques temps plus tard, une femme seule frappe à sa porte et demande de l’héberger (ici, elle demande tout de suite de l’épouser). Avec deux bouches à nourrir, ils n’ont pas assez d’argent et la femme se dévoue pour coudre un tissu magnifique que l’homme va vendre en ville. L’homme ne peut pas la voir travailler et bien sûr, au bout de la troisième fois, l’homme « craque » et ouvre la porte tant défendue (un peu comme le conte de barbe bleue et de la pièce interdite, mais on inverse les rôles ^^)

Si ce n’est que dans cette version, quand l’homme vend le deuxième tissu, un voisin vient vers lui avec une proposition pour gagner beaucoup plus d’argent. Et l’homme ne résiste pas longtemps, avide d’être riche et de voir toutes ces belles pièces d’or.

La fin aussi est identique : la femme-grue qui fabrique ce si beau tissu à partir de ses propres plumes s’envole pour toujours…

Si je devais choisir entre ces deux contes illustrés sur le même thème, je préfèrerais le précédent : le secret de la grue blanche  🙂

L’éventail magique, conte illustré

eventail magique_conte japonaisA ma bibliothèque, j’ai découvert le week-end passé 2 magnifiques contes illustrés.

L’éventail magique a été édité en français par l’école des Loisirs, en 1991 ! L’auteur et illustrateur : Keith Baker. Traduit de l’américain par François Lasquin.

Yoshi est un petit garçon. Il habite dans un village au bord de la mer. Yoshi a une passion : la construction. De ses mains, il peut construire tout un tas de choses : des charrettes, des escaliers, des maisons, etc.

Un jour, il découvre un éventail dans la mer ! Un éventail magique qui lui suggère ses prochaines créations. En effet, grâce à cet éventail, Yoshi a de nouvelles idées de constructions.

Jusqu’au jour où il pense qu’il doit construire un pont. Il le construit. Il est grand et solide, mais… mais il cache le soleil et les habitants ne sont pas contents du tout. Malheureusement, peu de temps après, un tsunami arrive et Yoshi n’a pas le temps de détruire le pont. Fort heureusement d’ailleurs, car grâce à cette construction, malgré l’ombre que faisait le pont, c’est celui-ci qui a sauvé tous les habitants.

Ensemble, en gardant le pont, Yoshi et les villageois reconstruisent un nouveau village.

Quel joli conte !

Ensemble, on va toujours plus loin. Même si seul on va plus vite, c’est tellement mieux d’être entouré et encouragé 🙂

Lettres à plumes et à poils, lecture

lettres-poilsUn petit livre qui fait sourire et qui donne plein d’idées de lettres à écrire 🙂

Lettres à plumes et à poils, de Philippe Lechermeier et Delphine Perret.

Un renard écrit des lettres très comme il faut à une maman poule. C’est qu’il veut épouser sa belle et tendre fille.

Une fourmi qui adore travailler, mais qui s’ennuie rapidement des tâches toujours identiques, écrit à Reine.

Un escargot est tombé fou amoureux d’une top modèle Limace… son cœur s’emballe pour la belle.

Et d’autres tout aussi adorables… le tout accompagnés de petits croquis à croquer. A grignoter et à partager !

Ce livre a été édité avec le soutien de la Fondation d’entreprise La Poste et a reçu le prix de 4 chouettes en 2013.

Jeu : lis et trouve le personnage du livre

Un petit jeu pour tuer ce foutu temps de pluie et de vent 😁

Photo d’une page de livre que je commence… le personnage décrit est connu pour certains.

Il existe pas mal de livre avec ce personnage.

J’ai déjà parlé de l’auteur dans mon blog. De l’auteur et de certains de ses livres.

Certains livres ont été adaptés au cinéma, à la télévision et même en bandes dessinées.

Réponse ? En commentaire 😉