Prochain recueil : salade mixte de contes

Que je suis heureuse de vous annoncer mon prochain recueil autopublié !
Ce sera pour 2020, avril si tout va bien.

Suite au challenge Nanowrimo 2019, je suis occupée à relire la vingtaine de contes que j’ai écrit. Après lecture de mon dernier livre, j’ai décidé de m’arrêter sur 13 contes. En fait, il y en aura un peu plus, mais c’est bien sur la base de 13 contes traditionnels que j’ai détourné les histoires et que j’en ai fait une salade mixte de contes.

+ un conte de sagesse ! Je devais le prendre. Première fois que j’écris quelque chose de ce style (rires).

Le livre que j’ai utilisé pour m’inspirer de ces détournements, n’est autre que celui que je vous ai déjà présenté : écrire des contes, 200 propositions d’écriture, par Mireille Pochard.

Mon livre sera « coupé » en 4 parties :

  1. Changer le titre d’un conte connu (9 histoires)
  2. Imaginer le passé ou expliquer le comportement d’un personnage de conte (6 histoires)
  3. Conte de sagesse sur base de deux contes (1 seule histoire)
  4. Jeux d’écriture divers : la météo, des offres d’emploi, des avis de recherche

Les 13 contes qui m’ont inspiré :

  • Le loup et les sept chevreaux
  • Le joueur de flûte de Hamelin
  • Le vilain petit canard (2 contes)
  • Les trois petits cochons
  • Hansel et Gretel
  • La petite fille aux allumettes
  • La chèvre de Monsieur Seguin
  • Barbe Bleue (2 contes)
  • Baba Yaga
  • Raiponce
  • Le petit bonhomme en pain d’épice
  • Alice au pays des Merveilles
  • La Belle et la Bête

Les contes qui m’ont inspiré le conte de sagesse : la poule rousse pour la « phonétique » du titre + la course de grenouille.

Comme dans chacun de mes textes que j’écris, il y a beaucoup d’émotions, je vais dans ce prochain livre expliquer brièvement chacun des thèmes que j’aborde. En effet, je me suis beaucoup basée sur des choses vécues ou qui me touche beaucoup (en positif ou en négatif). En vrac, j’aborderai :

La vie active, le régime alimentaire « carnivore », la chasse et la tenderie, le home jacking, l’abandon, les chats « libres », les personnes âgées, la famille, les orphelins, l’entraide, l’amour, l’amitié, les agressions sexuelles et psychologiques, la vie d’un jeune couple de parents, les enfants nombreux, les différences, le haut-potentiel, la pauvreté, les contes, etc.

Je ne vais pas en profondeur de ces thèmes, mais pour chacune des histoires, je ferai mention de ce qui me touche, m’horripile, me fait peur, me motive, me pousse à aller de l’avant, à réagir.

J’écris pour libérer mes émotions, pour dénoncer, pour dévoiler, pour réparer, pour soigner, pour pardonner, pour avancer.

J’écris parce que j’aime.

J’écris parce que je vis.

Fantaisie, Conte De Fées, Elve, Jeune Fille, Chouette

Illustration PIXABAY by  ArtsyBee

Je trouve ses illustrations magnifiques ! Je dois encore voir si je vais en utiliser une pour la couverture ou pour illustrer le début de chaque conte 😉

Manga : Félin pour l’autre, de Wataru Nadatani

felin pour l'autre, 4_mangaFélin pour l’autre, de Wataru Nadatani

4e titre de la série. J’aime toujours autant l’histoire qui est racontée dans ce manga. Les expressions des personnages sont toujours exagérées, mais les infos qui circulent dans ces pages dessinées sont extras ! Fidèles, justes, réelles.

C’est pourquoi j’ai un peu insisté auprès de mon fils afin qu’il lise le premier tome. Il a du mal à lire « à l’envers », mais il aime tellement les chats et l’humour dans les BD, que je suis sûre et certaine que cette série est faite pour lui 🙂

Par exemples :

  • les chats, une fois qu’ils sont castrés/stérilisés ont tendance à prendre du poids. Parfois, il est nécessaire de leur imposer une diète ou plutôt de revoir le menu des repas qu’on leur donne afin qu’ils ne développent pas de maladie liées à leur obésité. Mais on ne s’improvise pas diététicien pour chats n’importe quand, n’importe comment…
  • quand on décide d’adopter un animal, on devrait pouvoir aussi avoir une période d’essai, sous contrat, afin de laisser le temps et à l’animal et aux humains de voir si le compagnon à quatre pattes est bien dans son nouveau foyer. En effet, ce n’est pas parce que « nous » avons décidé d’adopter, de sauver, d’acheter un compagnon que celui-ci va automatiquement être heureux chez nous. Surtout s’il y a déjà d’autres animaux à la maison…
  • les chats sont de véritables éponges d’émotion. Ils sentent si vous avez peur, êtes stressé, si vous êtes malades, etc.

 

Petit concours sympa : livres pour les 8-12 ans à gagner

Petit concours

Je cherche des enfants liégeois, entre 8 et 12 ans, qui ont envie de lire, qui aiment lire, qui veulent voyager dans des pays imaginaires faits de mystères, d’humour, de sciences et peuplés de récits fantastiques et d’animaux extraordinaires.
Ces enfants recevront gratuitement l’un de ces livres ou plusieurs livres.

concours livres à gagner

Comment faire ?
Seuls ou avec l’aide d’un adulte, les enfants devront m’écrire un e-mail (ou poster un commentaire en-dessous de cet article). Après avoir choisi la couverture de l’un des livres, ils m’écriront son histoire. Qu’est-ce que la couverture ou le titre les inspire ?
Je partagerai, sur mon blog ici-même, leurs textes avec leur prénom et leur âge, ainsi que le livre pour lequel ils ont joué.

Les livres sont donnés gratuitement et en mains propres (sur Liège, Laveu, Embourg, Chênee, Beaufays). Si un envoi postal est nécessaire, un adulte devra s’acquitter des frais d’envoi.
Si plusieurs enfants envoient en même temps un e-mail pour le même livre, j’imprimerai les e-mails et une patte innocente (l’un de mes chats) choisira le gagnant. ^^

Les livres ont tous été lus une fois, deux fois, trois fois. Par moi-même ou/et par mes enfants.
Je fais un tri dans mes livres et à l’approche de Noël, j’aimerais faire plaisir « autrement ».
N’hésitez pas à partager 😉

Si vous avez des questions ou que le titre du livre n’est pas lisible sur la photo, n’hésitez pas à m’écrire.

Date limite de participation : jusqu’à épuisement du stock. (je publierai un article régulièrement, à chaque fois qu’un livre trouve un nouveau lecteur)

PS : Si je n’ai pas beaucoup de participations, j’agrandis la tranche d’âge des participants et autorise les adolescents et adultes à jouer à ce petit jeu. Ils devront alors écrire un peu plus que les enfants. Montrer qu’ils ont vraiment envie de lire ce livre  😉

Le treizième conte, Diane Setterfield

Le treizième conte, de Diane Setterfield.
Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli
2007 pour la traduction française

psx_20191120_2019297922110965789732613.jpg

4ème de couverture :
Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l’écart du monde, s’est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres. Aujourd’hui, âgée et malade, elle souhaite lever le voile sur l’extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à Margaret Lea est une injonction : elle l’invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret accepte la proposition de Vida mais, en tant que biographe, elle veut traiter des faits et ne croit pas au récit de Vida.
Les deux femmes vont confronter les fantômes qui hantent leur histoire pour enfin cerner leur propre vérité…

chateau ruine et dependance

Extraits :

« Tous les enfants construisent un mythe autour de leur naissance. C’est là un trait universel. Vous voulez comprendre quelqu’un ? Son cœur, son esprit, son âme ? Demandez-lui de vous parler de sa naissance. Ce que vous obtiendrez ne sera pas la vérité, mais une histoire. Et rien n’est plus révélateur qu’une histoire. »

jumeaux filles cadre texte

« À travers les verres sombres, j’entrevoyais tout juste les battements de ses cils, qui se recroquevillaient en frémissant autour de l’œil, comme les longues pattes d’une araignée autour de son corps. »

« — Tout simplement parce que mon histoire – mon histoire personnelle – s’est terminée avant que je commence à écrire. Écrire n’a jamais été pour moi qu’un moyen de passer le temps depuis que tout est fini. »

« Dans l’obscurité, mes doigts, refermés sur un crayon fantôme, se crispaient nerveusement en réponse aux questions qui perçaient le voile de ma somnolence. »

crayon goutte

« Je consultai l’ordonnance. D’une écriture vigoureuse, il avait inscrit : Sir Arthur Conan Doyle, Les Aventures de Sherlock Holmes. Prendre dix pages, deux fois par jour, jusqu’à épuisement du stock. »

« Il ne savait pas bien sûr. Pas vraiment. Et pourtant, ce sont là les mots qu’il prononça et qui m’apaisèrent. Car je comprenais ce qu’il voulait dire. Nous avons tous nos peines, et même si leur contour, leur poids et leur étendue sont différents pou chacun d’entre nous, la couleur du chagrin est la même pour tous. »

vieille biblio

8 ans sur wordpress

WordPress m’informe que cela fait 8 ans aujourd’hui que mon blog ecrimagine existe sur cette plateforme.

Il avait 3 ans quand je l’ai emmené ici. Ensemble, nous avions pris nos valises, sans publicités… les pubs nous ont rattrapées 😦

Il y a encore des jours où je me demande si je continue l’aventure de mon blog, mais je me rends compte que j’aime écrire ici, pour moi, pour vous, pour les autres.

Et puis, cela m’a permis de faire de belles rencontres virtuelles.

J’espère que j’en ferai encore d’autres, car je suis plus à l’aise, plus sociable et plus bavarde par écrit, à bonne distance, que dans la real live.

Savez-vous qu’aujourd’hui, il y a plus de blogs et de sites internet que de personnes dans le monde ? C’est hallucinant.

Effrayant…

Plonger dans une histoire corps et âme

Le Nano se termine bientôt.

Hier soir, je l’ai terminé. J’ai « fermé » l’application, le fichier comme j’ai tourné la dernière page de mon livre.

Cette dernière semaine, je n’ai quasi pas écrit, car j’ai lu.

D’habitude, en période « Nano », je ne lis pas. Mais ce livre, je l’ai trouvé dans une bouquinerie à la mer du Nord pendant notre semaine de vacances, le 1er jour du challenge d’écriture !

Des livres, dans cette librairie de Koksijde, j’en ai achetés ! Pour moi, pour mon papa, pour ma maman. Des romans, mais pas que. Comme ce magnifique grand livre de La Fontaine que je vous ai déjà présenté.

Là-bas, à la mer, j’ai dévoré le livre de AD Martel dont je vous ai déjà également parlé. Les larmes de Saël a été un grand plaisir de lecture, de découverte.

Entre-temps, j’ai aussi lu une petite histoire sur un village, d’une personne dont j’ai fait connaissance à la formation d’initiation aux contes : Laurent. Cette lecture a aussi été un excellent moment, un véritable plaisir.

Alors que le doute sur la fin de mon Nano me turlupinait, vais-je y arriver ou pas, j’ai ouvert un livre uniquement à cause du titre : Le treizième conte.

En plein moment d’écriture sur les contes, j’ai ouvert ce livre pour essayer d’y trouver l’énergie, l’inspiration nécessaire pour poursuivre mon challenge d’écriture.

Et en fait, j’ai été aspirée par les pages ! J’avalais goulûment les mots, phrase après phrase, chapitre après chapitre. J’en avais jamais assez. Jamais repue.

C’est ce que je recherche dans une lecture, c’est de voyager, de vivre l’histoire comme si j’y étais. J’aime ce moment où mes yeux me piquent, mais qu’il m’est impossible de lâcher le livre. J’aime rêver, croire que les personnages m’attendent pour entrer en action. Je savoure ces instants où je ne suis plus présente, où je suis ailleurs. Et tout ça, grâce à des mots.

Ces livres-là, je les garde, car je sais que je vais les relire.

Dans ce livre, Le treizième conte, de Diane Setterfield, c’est une histoire de famille, une histoire dans une histoire. Des histoires. Il y a rebondissement sur rebondissement, coup de théâtre, horreur, suspense…

J’ai eu l’impression que l’une des personnages pourtant « clé » de ce roman pouvait très bien ne pas être là, je crois que cela n’aurait pas changé grand chose tellement l’histoire qu’elle récolte, qu’elle écoute, qu’elle partage avec nous prend de l’ampleur, toute la place. Trop de place. Plus assez pour elle. D’ailleurs, son histoire à elle, c’est pourtant grâce à son histoire que tout démarre et qu’elle est choisie, est à mon goût « de trop ».

Maintenant, moi, après avoir lu ce livre, je dois revenir ici et maintenant.

J’ai tourné la dernière page aux alentours de midi, hier.

Hier soir, vers 20h, toutes ces images, ces mots, ces histoires en tête, dans la bouche et dans mon coeur, j’ai aussi mis le point final provisoire de mon challenge d’écriture. Cela ne fait pas 50.000 mots (42k), mais ça n’a pas la moindre importance.

Et là, à l’instant, en « vous » écrivant tout ceci, le lendemain vers 6h30 du matin, j’ai décidé que je choisirais treize contes que j’ai écrit pour le Nano et que ces treize contes, je les partagerais, je les autopublierais.

Treize.

Ni moins. Ni plus.

Dans ce livre comme dans mon challenge, je me sentais habitée. Durant ces moments de lecture et d’écriture, j’étais quelqu’un d’autre. Ce n’était pas moi. Je n’étais pas moi. Pas là.

Aller jusqu’au bout de quelque chose, même si l’objectif final change en cours de route. Accepter ses choix. Choix de lecture. Choix d’écriture. Choix d’avenir.

Comprendre que les histoires qu’on lit et celles que l’on écrit, sont là pour nous accompagner, pour nous aider à avancer. À progresser. À se soigner. À aimer. À s’aimer.

Même les histoires les plus bizarres ont une raison d’être. Si pas pour le lecteur, pour la personne qui l’a écrite.

psx_20191120_2019297922110965789732613.jpg