Questionnaire pour mieux me connaître

Cela fait un petit temps que je lis sur les blogs des jeux de questions-réponses en lien avec l’écriture et la lecture. Cette fois, je me lance après être allée sur le blog de … Cécile, oui, même prénom, pas mal de centres d’intérêts en commun, mais ce n’est pas moi :-)

Donc Cécile a été interviewé par Lauraline Aday, vous pourrez découvrir son article en cliquant sur son prénom en orange.

Quant à moi, mes réponses aux questions, c’est ci-dessous …

1) Depuis quand j’écris ?

Je pense que cela a démarré avec mon premier journal intime, j’avais 11 ans. J’écrivais beaucoup dans ce journal, surtout mon premier coup de foudre pour un garçon !

Plus sérieusement, j’ai commencé à inventer des histoires vers 14 ans. Je me souviens d’un texte en particulier, celui que j’ai écrit pour un devoir. Je me souviens que dès que la prof nous a donné la description du sujet, un cadavre exquis, je n’avais qu’une hâte : rentrer à la maison pour me mettre à écrire car j’avais déjà une idée !! Je pense que c’est à partir de ce moment-là, des encouragements de cette prof de français, que j’ai vraiment démarré l’écriture non-biographique

2) Quel est le premier texte que j’ai écrit ?

Comme dit plus haut, je me souviens de ce devoir à l’école secondaire. La phrase du cadavre exquis était « Un miroir sème gaiement une carte sale », je l’ai fait à la « Alice aux pays des merveilles. »

3) Est-ce que je planifie toute mon histoire ou est-ce que je me lance au « feeling » ?

100 % feeling ! Dès que j’ai une idée, je tape tout presque d’une traite. Les relectures et les corrections me sont très difficiles.

4) Est-ce que j’ai déjà fini d’écrire un roman ? Quel est son titre et de quoi parle-t-il ?

Oui, 3 romans. Je n’écris pas de longues histoires car comme je l’ai précisé plus haut, j’écris tout d’une traite… Le premier a comme titre « Chassé croisé du passé, du destin », ça parle des grandes vacances d’une adolescente qui tournent au vinaigre. Tout se passe dans sa famille et les rebondissements s’enchaînent. Je l’ai écrit en 2011. Le second, j’ai réussi à tirer « long » grâce au challenge du NaNoWriMo, c’était en 2013 avec comme titre « l’atelier d’écriture virtuel » où une jeune animatrice d’atelier prend en charge un petit groupe de 4 à 5 personnes pour les motiver à écrire un petit peu, régulièrement, sur tous les sujets. L’animatrice est un peu bizarre, comme chacun des participants… une histoire un peu tordue que je dois vraiment relire pour que cela tienne la route. Enfin le 3ᵉ et dernier du moment, écrit durant ce mois de juillet 2016 a pour titre provisoire « La légende du Blondinet », c’est l’histoire d’une légende, celle d’un enfant disparu, un petit blondinet, près ou dans un puits il y a des années, lors d’un épais brouillard. Il y a aussi un étrange oiseau rare, un petit garçon qui disparaît à son tour et une fontaine magique et aussi un peu maléfique…

5) Qu’est-ce que j’aime écrire ?

Les animaux m’inspirent, j’aime observer leur comportement et essayer d’expliquer leur vie, mais aussi tout ce qui touche à la nature. J’aime faire parler les objets ou les personnages qui ne parlent pas la même langue que nous.

6) Quel est mon lieu favori pour écrire ?

Assez bizarrement, je n’ai pas encore trouvé mon lieu de prédilection, on va plutôt dire que j’ai une nette préférence pour le moment d’écriture : tôt le matin avant le lever des poules et du soleil.

7) Quel est mon auteur/livre préféré ?

J’ai beaucoup de mal à choisir. Impossible de répondre à cette question !

8) 5 livres que j’emporterais sur une île déserte.
La rivière à l’envers de Jean-Claude Mourlevat
Le voyage de Gaspard.
Voyage au centre de la terre ou dans la mer…
Les gardiens de Ga’Hoole (une série qui comporte une 10zaine de bouquins)
Un livre que je n’ai pas encore lu :-)

9) Un projet en cours et dont j’aimerais parler ?
Un prochain recueil de nouvelles avec les textes écrits depuis le blog Atelier d’écriture Tisser les Mots.
Et peut-être mon dernier roman, mais j’aimerais expliquer comment j’en suis venue à écrire toute cette histoire en une vingtaine de jours… qui et quoi m’ont inspiré… 

10) Que peut-on vous souhaiter pour 2016 ?

Une meilleure santé, moins mal au dos, plus de douleurs physique et surtout plein d’énergie pour faire tout ce dont j’ai envie de faire, avec ma famille, mes enfants, mon compagnon et aussi pour moi :-)
Peut-être aussi, pour 2017, terminer de relire et corriger mes romans ? est-ce réalisable :-))

Le royaume d’Outrebrume et Oursin des étoiles

Josiane a bien trouvé, super, félicitations :-)  La photo des 3 livres sont bien « Le Royaume d’Outrebrume »  avec Oursin des étoiles. Trilogie écrite par M.I. McAllister, traduit par Philippe Morgaut et illustré par Omar Rayyan

20160812_185548.jpg

Je dois relire les livres pour pouvoir mieux vous en parler (surtout que je n’ai même pas lu le 3ème tome !)

En attendant Clic ici pour découvrir la série sur le site de la maison d’édition Gallimard Jeunesse

Tideland, de Mitch Cullin

Titre : Tideland
Auteur : Mitch Cullin
Traduction : Hélène Collon
Édition : Naïve
Genre : roman
Année d’impression : 2006
Nombre de pages : 277
Note personnelle : 7/10

Bizarre. Spécial. Dérangeant. Une folie… ça c’est le livre, c’est l’histoire, c’est le tout. Une fille de 10-11 ans raconte son histoire, sa vie. Décousue. Pas tant que ça. Flash back. Retour au présent. Rêves. Souvenirs.

tidelandJeliza-Rose est une enfant née d’une mère toxico et d’un père ex-rockeur héroïnoman. Elle apprend tout par elle-même, ses parents ne l’ont jamais mise à l’école. Ses devoirs et leçons tournent autour de préparation de seringues de drogues et massage de pieds gonflés. Sa mère ne l’aime pas et ne l’aimera jamais, car elle meurt d’une overdose. Son père l’aime bien, mais à sa façon. Quand la mère s’en va, le père emmène sa fille pour un voyage, ailleurs, loin où personne ne pourra les trouver, dans la maison de sa grand-mère qu’elle n’a jamais connue. Mais très vite, son père dort-pour-toujours, sauf que Jeliza-Rose ne le comprend pas. Puis, vient une femme, une drôle de femme. Dérangeante. Qui a un œil crevé et qui crache tout le temps. Et le frère de celle-ci, un gamin sans âge, ni vieux, ni jeune, épileptique, sans cheveux, qui parle et se comporte bizarrement. Et des relations se créent, se nouent dans un ici, un ailleurs improbable, inimaginable.

Fin assez brusque, rapide, ouverte, énigmatique. Comme tout le reste.

Un film est sorti du bouquin. Je ne veux pas le voir, trop dérangeant pour moi. Trop cruel avec les animaux. Trop atroce a plusieurs niveaux. Pas de meurtre, décapitation ou truc du genre, c’est plus fou, c’est plus vicieux, plus tordu.

Mais l’écriture est prenante, directe. Les images naissent avec force et violence. Elles écœurent, elles dégoûtent. Mais la curiosité est là, présente, tout le temps, à chaque page. Curiosité malsaine, déplacée. Rêve, réalité ou hallucination ?

Du grand matin, froid dans le dos

Brrr ce matin, vers 5h et des étoiles, j’entends comme un aboiement. Je me dis « pfff, le chien de la voisine s’est encore échappé et veut rentrer par la grande porte ». Puis, assez rapidement après deux ou trois glapissements, le cri devient different : plus aigu, qui traîne, on dirait plus une plainte. 

J’hesite : est-ce la douleur d’un chien à l’agonie, une baguarre entre un chien et un chat, une chouette effraie qui veut me dire bonjour ou une femme qui pleure et qui se traîne par terre ? Je pense que le feuilleton d’hier soir (qui fait peur) glisse encore dans les méandres de mon cerveau.

Puis le cri, les cris, sont poussés les uns derrière les autres, plus forts, plus insistants. Tout près de notre maison. Je me demande comment personne n’a encore allumé de lumière pour voir ce que c’était ! Je me décide à ouvrir une fenêtre, je n’ose pas me risquer dehors…

C’est alors qe je le vois : grand roux au corps élancé, queue touffue, oreilles dressées, regard sûr. Je l’ai vu. Il m’a vu. Un renard de belle taille qui va et vient entre les maisons des voisins et la nôtre.

Je lui chuchote de faire silence. Il ne m’écoute pas mais semble sur le qui-vive. Alors, je descends au rez-de-chaussée et je sors. Il a filé et dans ce nouveau silence, je perçois des gémissements tout près de moi. Dans le buisson ? Sous notre voiture ? Dans l’arbre ? Sans doute une proie blessée ? Ou un autre témoin de cet instant qui a eu la trouille de sa vie. Malgré la lampe torche de mon gsm je ne l’ai pas trouvée.

Impressionnant à entendre, fascinant à observer.