Kamishibaï, nouveau modèle, boîte puzzle

Et voici en diaporama, mon nouveau kamishibaï fabriqué en carton, grâce à une boîte vide d’un puzzle de 500 pièces. Pour être plus précise, ce support pour histoires kamishibaï s’appelle un butaï. 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Matériel nécessaire :

  • Boite de puzzle vide de 500 pièces (ou 300 pièces, attention à la taille, hauteur, suffisante pour insérer les feuilles plastifiées format A4)
  • pour les panneaux latéraux, un vieux calendrier en carton (ou tout autre carton solide)
  • papier coloré
  • serviette images (chats)
  • papier décopatch (+ colle + pinceau)
  • papier collant
  • cutter
  • ciseaux

Je n’ai pas encore détaillé la façon de faire cet adorable support pour histoires kamishibaï, mais ce n’est compliqué 🙂

Publicités

Nouveaux amis, nouvelles bannières

Voici 3 nouvelles bannières pour vous présenter brièvement 3 nouveaux amis :

Christiana Moreau est une « voisine » aux multiples talents qui a un grand cœur, qui est très sympathique et souriante. Elle crée d’admirables œuvres dans les domaines de la peinture, de la sculpture et de l’écriture. Si je la « connaissais » un peu grâce à ma maman qui a fait sa rencontre avant moi, j’ai eu le plaisir de la voir en chair et en os à l’occasion de son 1er roman : La sonate oubliée. En ce moment, elle concours au prix des lecteurs des magasins Club. Ils sont 6 auteurs belges a avoir été sélectionnés par l’enseigne et le jury va se constituer de lecteurs et choisir le meilleur livre qu’ils ont lu parmi ceux-ci (ceux-six) 🙂

banniere Christiana Moreau


Poils et Moustaches est une association liégeoise qui soigne et qui stérilise les chats errants et/ou abandonnés des environs. L’association travaille à plusieurs niveaux grâce à de nombreux bénévoles et grâce aussi à la générosité des gens. En 2016, Poils et Moustaches a permis la stérilisation de près de 300 chats ! Aujourd’hui, plusieurs familles d’accueil hébergent et soignent ces félins. Ceux-ci sont mis en adoption selon une procédure stricte afin d’éviter des adoptions « coup-de-tête » et surtout afin d’éviter que ceux qui ont été adoptés retournent à la rue. La présidente est assistante vétérinaire et travaille en étroite collaboration avec plusieurs cabinets vétérinaires de la région. C’est pour cette association que je bûche sur mon dernier projet d’écriture, car je veux pouvoir l’aider moi aussi.

banniere poils et moustaches


Kamishibaï Promotion : Voici un blog entièrement consacré au kamishibaï, ce petit théâtre japonais « de poche ». Ici, c’est Hervé, retraité français, qui gère ce blog de manière tout à fait bénévole. Il m’a contacté il y a peu de temps pour me demander de l’aider à faire connaître ce média assez particulier qu’est le Kamishibaï. Appréciant moi aussi cette façon de transmettre des histoires, je ne peux que l’encourager à poursuivre sur cette voie qu’est la publicité du Kamishibaï. C’est tellement plus facile de partager des images, des voyages éveillés grâce à ce support, pour plusieurs enfants, que je m’étonne qu’il ne soit pas davantage connu.

banniere kamishibai promotion

Bricolage pour une lecture en crèche

Si je vous montre ces deux photos, à quoi cela vous fait-il penser ?

bricolage papoteuse (2)bricolage papoteuse (1)

Un indice ?  Ils sont belges, il y a plusieurs titres à cette série, ce sont Pittau & Gervais que je découvre dans ma bibliothèque…

J’hésite à les faire « rentrer » dans le format de mon kamishibaï, car j’ai pensé à une autre idée, tout aussi sympa et pratique que le support butaï. Encore faut-il que je trouve ce à quoi je pense 🙂

Réponse prochainement, avec photo et tout et tout…

Une souris verte en préparation Kamishibaï

Voilà, à défaut de pouvoir faire mon butaï (je n’ai pas encore trouvé mes calendriers en carton pour le faire), j’ai commencé à travailler sur la comptine « Une souris verte ». Des dessins simples et colorés que je vais imprimer sur des feuilles A4 afin de pouvoir la chantonner tout en changeant les pages dans mon futur kamishibaï.

Avec la dernière feuille de la fin, où la souris se retrouve sur le trottoir et dit « au revoir », je me suis dit que je pourrais l’utiliser comme activité finale lors de mes lectures à voix haute dans les crèches. La souris dit au revoir, moi aussi !

kamishibai une souris verte

Je vais m’inspirer de comptines existantes ou d’albums pour tout petits pour en faire d’autres, avant d’avoir à nouveau l’imagination prête à créer de nouvelles histoires pour les bouts d’chou 🙂

Fabriquer son bâton de pluie

Pour pouvoir raconter des histoires à voix haute aux tout petits – mais aussi aux plus grands -, il faut un rituel annonçant mon arrivée ainsi qu’une formulette de sortie. J’attache beaucoup d’importance à ces rituels qui vont me permettre de bien faire mon entrée et de bien clôturer ma séance de papoteuse.

Je n’ai pas encore d’expérience en la matière, donc je peux choisir tout ce qu’il me convient 🙂 Ce week-end, j’ai eu envie de fabriquer un petit bâton de pluie, bricolage maison, tout en récupération.

Pour cela, j’ai eu besoin :

  • Une boîte vide de chips
  • Des grains de riz
  • Des clous
  • Du papier cartonné, décoratif
  • Du papier collant transparent

Accessoire indispensable :

  • Des ciseaux
  • Un marteau
  • Un tube de colle

Mon tube vide de chips propre, j’ai commencé par disposer des clous un peu partout sur le carton. Les clous transperçant le tube vont permettre aux grains de riz de tomber en faisant cette petite musique si particulière des bâtons de pluie.

baton de pluie (7)

Après en avoir mis un peu partout, j’ai versé une poignée de riz dans le tube, je l’ai refermé avec le couvercle en plastique que j’ai collé avec du papier collant transparent. Ensuite, j’ai choisi 4 feuilles carrées dans un bloc de papiers pour origamis, et je les ai préalablement collées avec de la colle. Quand toutes les feuilles tenaient, j’ai plastifié le tout avec du gros tape transparent afin que le papier ne se déchire pas.

Et voilà mon bâton de pluie !

baton de pluie (10)

Selon la musicalité recherchée, on peut mettre davantage de clous, ou moins ! Il en est de même avec le riz.

Mon bâton de pluie est relativement solide tout en étant léger. Les enfants pourront l’utiliser s’ils le souhaitent, il n’y a rien qui puisse les blesser… et s’il devait arriver que le bâton se détériore (preuve de son utilisation régulière, chouette), il me sera facile d’en refaire un !

Je vais donc utiliser ce bâton de pluie pour que mon entrée soit remarquée. Grâce à ce son, j’inviterai les enfants – et les puéricultrices – à s’installer et à faire silence. Ensuite, je chanterai la comptine d’introduction (que je dois encore apprendre par cœur, je l’ai entendue à ma formation, mais je ne l’ai pas encore mémorisée). J’alternerai une comptine, une chansonnette, la lecture d’un livre, l’utilisation de mon nouveau kamishibaï en préparation.

Pour fermer la boucle, je chanterai une comptine qui annoncera que ce sera fini et je commencerai à ranger tout mon matériel.

Il faut à présent que je mette tout ça par écrit, et que je répète, répète et répépète 🙂

Kamishibaï en crèche ?

En me (re)plongeant dans les histoires, livres et comptines pour les tout petits, j’ai rapidement pensé refaire un kamishibaï, bricolage maison, mais cette fois-ci, adapté pour les plus jeunes. En effet, je vais bientôt lire des histoires à voix haute dans les crèches et maisons d’enfants… je suis sûre que le système de ce petit théâtre japonais pourrait très bien convenir aux bébés de 12 à 36 mois.

Adapter/créer une comptine avec des images imprimées sur une feuille A4, ou de courtes histoires colorées uniquement pour les petits bouts de moins de 3 ans, c’est réalisable. Le kamishibaï tiendrait tout seul, soit posé à-même le sol, soit sur une petite table, ainsi j’aurai mes mains libres pour mimer et/ou utiliser d’autres outils pour compléter l’histoire (musique, marionnette, craie ou feutre pour dessiner sur un tableau, etc.). Je pourrais aussi faire passer des objets présents dans mon histoire/comptine afin que les enfants puisse interagir encore plus avec l’histoire.

En faisant une petite recherche, je suis arrivée sur ce site et cette activité dans une crèche, en France !  🙂  🙂  🙂

Quand mes enfants étaient plus petits, j’avais imaginé ces histoires-ci, que j’ai adapté au format Kamishibaï :

J’en avais fait un autre, que vous pouvez retrouver sur ce blog : Sacha et le printemps. Celui-ci a rencontré un petit succès quand je l’ai publié… beaucoup de puéricultrices et d’instituteurs/trices primaires m’ont demandé de leur envoyer les photos et le texte par mail afin qu’ils puissent imprimer l’histoire chez eux et raconter l’histoire dans leur classe 🙂

Retrouvez la rubrique « Kamishibaï«  pour en savoir un peu plus sur ce petit théâtre japonais.