Les crayons de couleurs, Jean-Gabriel Causse

Dernier roman du moment 🙂

Les crayons de couleurs, de Jean-Gabriel Causse.

4ème de couverture et résumé intérieur :

crayons de couleur, jean gabriel causse« ELLE, c’est Charlotte, aveugle de naissance et scientifique spécialiste de ces couelurs qu’elle n’a jamais vues.
LUI, c’est Arthur, employé dans une fabrique de crayons de couleur, aussi paumé que séduisant.
ENSEMBLE, ils vont tenter de rendre au ponde les couleurs qui ont disparu.

Du jour au lendemain, les couleurs disparaissent. Dans ce nouveau monde en noir et blanc, Arthur et Charlotte, un drôle de duo, se mettent en tête de sauver l’humanité de la dépression en partant à leur recherche  – et qui sait, le bonheur se cache peut-être quelque part sur leur chemin… »

Ce roman m’a tout de suite fait penser à un livre de Oui-Oui : Grisaille sur Miniville.

Même histoire de fond : les couleurs ont disparu dans notre vie, on voit tout en dégradés de gris, en noir et en blanc.

J’ai particulièrement aimé les descriptions scientifiques des couleurs par leur odeur, leur texture, leur son… Je m’attendais à une autre histoire, mais à quelle histoire exactement ? Je ne saurais le dire  😉

Bref, ce roman vite lu (les chapitres sont minis, on avance très vite dans le livre) vaut le détour. Dommage qu’on ne parle pas, dans le résumé, d’une petite fille, héroïne finalement de toute l’histoire.

Publicités

La petite boulangerie du bout du monde

La petite boulangerie du bout du mondpetite boulangerie du bout du mondee, de Jenny Colgan.

Polly, trentenaire, quitte tout pour se remettre de l’échec de son entreprise et de son couple. Avec le peu d’argent qu’elle a, elle a juste de quoi louer un petit appartement miteux au-dessus d’un commerce abandonné, dans le petit village de Mount Poelbearne. Ce petit village, est en fait une île des Cornouilles, la chaussée est submersible à la marrée montante…

Polly, quand elle est stressée, aime faire du pain… et elle le fait très bien.

Suite à sa chute sociale, sentimentale et professionnelle, Polly n’a plus rien à perdre. Grâce à une force de caractère extraordinaire et au soutien ponctuel de sa meilleure amie, elle va connaître une nouvelle vie. Une nouvelle vie parsemée de rebondissements. Mais ce nouvel équilibre est fragile.

Polly parviendra-t-elle à ne plus penser au passé et à sourire au présent  ?

Un très beau roman positif à mettre entre toutes les mains 🙂 Moi, personnellement, j’ai adoré me plonger dans cette ambiance de « reconstruction de soi », dans ce décors de bout du monde où tout semble possible, surtout quand un petit oiseau particulier a fait son apparition…

 

Extrait mystère, réponse. La plume empoisonnée.

Eh oui, mon petit extrait de livre que je vous ai mis ici dans un précédent article, est bien tiré du livre d’Agatha Christie : la plume empoisonnée.

Bien que le personnage tant attendu dans ces enquêtes policières (Hercule Poirot ou Miss Marple) n’ai été mis en scène qu’à la toute fin du livre, je me suis régalé de cette lecture.

Tout commence avec un accident d’avion. Jerry Burton a bien failli y passer, mais heureusement, après opération, son médecin lui certifie qu’il pourra remarcher. Afin que sa convalescence et sa rééducation se passent au mieux, ce dernier lui conseille de prendre de longues vacances à la campagne, hors de la vie trépidante du centre-ville londonien. C’est ainsi que Jerry, accompagné de sa sœur décident de louer une petite maison à Lymstock pour 6 mois.

Très vite après leur installation, Jerry reçoit une lettre anonyme ! En parlant avec les voisins bien sympathiques, il s’avère que plusieurs personnes ont déjà reçu de telles missives horribles, fausses et sans grand intérêt. Hélàs, le suicide d’une mère de famille met tout Lymstock dans un état de torpeur. On aurait pu croire que ce décès qui fait suite à la réception d’une lettre anonyme va arrêter le fou ou la folle, auteur.trice de ces insanités. Que du contraire. Une domestique est assassinée quelques jours plus tard !

Si j’ai eu des soupçons a certains moments, je n’ai pas réussi (comme d’habitude) à résoudre l’enquête avant de la lire… Je ne suis pas très douée pour « lire entre les lignes » ou pour repérer les indices laissés, parfois, intentionnellement 🙂

Bref, c’est grâce à Miss Marple que l’assassin a été trouvé. Et j’ai adoré la fin où il y a même un mariage inattendu !

Choix de livres, romans, lecture

Ma petite visite chez ma maman début de semaine m’a permis de faire un stock de lecture pour les prochaines semaines 🙂 Merci maman !

Avec le conseil aussi de mon amie Régine,  je suis allée chercher ce 1er tome d’une série, à ma bibliothèque. Je crois que j’aurai assez de lecture pour quelques temps à présent, merci à toutes. Car bien sûr, j’ai Béa qui m’a conseillé aussi un livre et Scoobydu41 en a aussi pas mal sur son blog… sans oublier le nouveau blog que je viens de découvrir, celui de Samshâ

 

J’ai donc :

Sauveur et fils, de Marie-Aude Murail (tome1)

Le printemps des cathédrales, de Jean Diwo

Le printemps des pierres, de Michel Peyramaure (coïncidence dans ce titre et le précédent !)

Destins croisés, de Nina Padilha (là aussi coïncidence, car l’un de mes romans écrits, mais jamais corrigé ni publié a pour titre « Chassé croisé du passé, du destin » !)

Lecture à suivre 😉

J’attends une réponse de l’auteure sur « Ta deuxième vie ne commence quand tu sais… » pour avoir son autorisation (ou non), de publier mon avis de lecture qui contient pas mal de petits extraits…

La fissure, Jean-Paul Didierlaurent

Titre : La fissure
Auteur : Jean-Paul Didierlaurent
Édition : Au Diable Vauvert
Genre : roman
Année d’impression : 2018
Note personnelle : 8/10

Xavier a tout pour être heureux, ou presque… il est marié, a un fils, un travail, un appartement et même une résidence secondaire dans les Cevennes. Xavier a la cinquantaine et semble épanoui dans sa petite vie tranquille jusqu’au jour où à l’occasion d’un week-end dans leur petite maison, loin de l’effervescence de la ville, il découvre une fissure sur le mur extérieur. Cette fissure, d’apparence anodine, va littéralement déchirer sa petite existence bien tranquille.

J’aime beaucoup l’écriture et l’univers de cet auteur. L’histoire d’une vie, qui pourrait être celle de monsieur et de madame tout le monde, une petite vie sans histoire de prime abord. Et puis, petit à petit, un détail, un événement, une rencontre arrive et c’est tout un équilibre qui est fragilisé, perturbé, bousculé. L’air de rien, on est témoin de cette vie, de ces vies et on ne fait que regarder/lire ce qu’il s’y passe. Rien de très intriguant, ou très excitant, ni même inquiétant. Mais on veut comprendre, savoir, découvrir ce qu’il va se passer après, car forcément, il y a toujours un instant présent, un passé et … un futur.

C’est curieux, car j’ai lu une grosse partie de ce livre en me disant que j’avais là, devant moi, l’histoire d’un type banal qui devient tout simplement… fou ! Je me doutais bien qu’il y avait anguille sous roche, quelque chose de caché derrière cette folie, mais jusqu’au bout, je n’y ai vu/lu que du feu. Et alors, j’ai tout compris, j’ai assemblé ce puzzle, j’ai reconstitué la dégringolade et mes émotions étaient toutes autres…

Je suis juste restée avec des questions sans réponses sur certains passages. J’aurais aimé avoir plus détails, connaître un peu plus le passé du héros, ainsi qu’en apprendre davantage sur certains personnages secondaires.

Passeuse de rêves, de Lois Lowry

Ma lecture du moment : Passeuse de rêves, de Lois Lowry.

4ème de couverture

Petite est toute nouvelle, mais elle est très douée. Quand elle effleure de ses doigts translucides le bouton d’un pull, elle capte l’histoire de ce bouton : un pique-nique sur une colline, une nuit d’hiver au coin du feu, et même la fois où on lui a renversé dessus un peu de thé…

Bientôt, Petite sera capable de combiner ces fragments d’histoires avec d’autres souvenirs collectés à partir d’une photo, d’une assiette ou d’un tapis afin d’en faire des rêves très doux pour les humains. Chaque nuit, elle s’entraine à devenir passeuse de rêves dans la maison où vivent une vieille femme et son chien…

Mais la formation s’accélère brutalement lorsque la vieille femme se voit confier par les services sociaux un jeune garçon. Il s’appelle John et il est très en colère. Une colère si profonde que les Saboteurs, maîtres des cauchemars, risquent de le repérer. Petite sera-t-elle suffisamment forte pour leur résister ?

De quoi nos rêves sont-ils faits ? L’auteure du Passeur y répond de bien jolie manière dans ce roman entre fantastique et poésie.