Un roman qui parle d’écologie, de nature

Voici le nouveau livre que je lis : Une histoire des abeilles, de Maja Lunde.

une histoire des abeilles4ème de couverture :

Unes, et pourtant plusieurs. Dangereuses, mais sources de vie, les abeilles garantissent l’espoir du monde.

William, George, Tao… Chacun, à sa manière, nourrit avec ces incroyables insectes une relation privilégiée. Chacun, à son époque, rêve de changer l’avenir, d’offrir à ses enfants des lendemains meilleurs. D’inventer, de transmettre ce qu’il sait… ou croit savoir. Car les abeilles disparaissent, inéluctablement, et dans l’indifférence.

Victimes de notre espèce, elles en seront, peut-être, le salut…

« On aime ce roman visionnaire sur la relation de l’homme à la nature, qui parle aussi de transmission. »

« Trois romans en un, où se mêlent la problématique écologique et la question des rapports de générations au sein de la famille. Habilement pensé et agencé, ce tableau de l’avenir a de quoi glacer le sang. »

Publicités

2 résumés de romans jeunesse avec de la magie

Comme je vous en parlais avant le week-end, voici les 4ème de couverture des deux livres que je lis à voix haute à mes enfants :

Lucas et les machines extraordinaires, de Lissa Evans

Lucas et les machines extraordinairesLucas Hutin n’est pas content. Ses parents ont décidé de déménager sans lui demander son avis. Le voici errant dans les rues de Beeton, berceau de la famille paternelle. Au cours d’une promenade, il apprend l’existence de son grand-oncle Tony, un magicien disparu dans des circonstances mystérieuses, pendant la Seconde Guerre mondiale. Lucas retrouve également une tirelire que Tony avait remise à son père avant de disparaître. En la manipulant, il actionne un mécanisme et découvre un double-fond, qui contient un message…

Le pays des contes, l’éveil du dragon (tome 3), de Chris Colfer

pays des contes, tome 3, éveil du dragonDepuis que la brèche entre les univers a été refermée, les jumeaux Alex et Conner vivent séparés. Lorsque ce dernier découvre qu’une menace séculaire pèse sur le Pays des contes, il se lance dans une quête périlleuse pour trouver le portail qui lui permettra de rejoindre ses amis.
Mais le danger que craignais Conner s’avère pire que prévu : une armée piégée depuis près de deux siècles est soudain libérée. Et avec elle, la seule chose capable de détruire le Pays des contes : le dernier œuf de dragon.

Paradis sur mesure, Bernard Werber

4ème de couverture de ce recueil regroupant 17 histoires. Je vais bientôt commencer à le lire 🙂

Bernard Werber nous parle de certains paradis sur mesure…

Futurs possibles, passés probables…

Imaginez
Un monde uniquement peuplé de femmes, où les hommes ne sont plus qu’une légende…

Imaginez
Un monde où il est interdit de se souvenir du passé, où les gens n’ont qu’un seul intérêt : le cinéma…

Imaginez
Un humoriste qui partirait à la recherche du lieu où naissent les blagues anonymes…

17 histoires sous forme de contes, légendes ou fables.

17 histoires fantastiques pour frémir, rêver ou sourire.

Mesurer le monde, tout un programme, une vie !

Voici le livre que je lis et dont j’ai bientôt fini la lecture : L’enfant qui mesurait le monde, de Metin Arditi.

Avant de vous donner mon avis, voici le résumé et un extrait (en réalité, plusieurs courts extraits venant d’un même chapitre) choisi parmi d’autres.

4ème de couverture :

« Sur l’île de Kalamki, Yannis, un enfant autiste, mesure chaque jour l’ordre d’arrivée des bateaux, les quantités pêchées, le nombre de client du café Stamboulidis. Il cherche à capter l’ordre du monde. Un projet de construction vient diviser l’île et menacer l’équilibre. Mais il y a Eliot, un architecte américain qui étudie le Nombre d’Or. Une amitié bouleversante se noue entre l’homme et l’enfant. »

Extraits :

« Yannis ne répondit pas. Bien sûr qu’il était content. (…) Même nombre de clients que la veille ! Vingt-six sur la terrasse et sept à l’intérieur. Un monde idéal… (…) Si les cinq bateaux de pêche arrivaient chaque jour dans le même ordre, cela correspondait à un monde parfait. Mais le monde ne l’était presque jamais… (…)   La mesure du désordre s’obtenait en additionnant les pénalités de chaque bateau, selon son écart à l’arrivée. (…) Le total de toutes les pénalités était déduit de 100 – ordre parfait – et donnait la première des trois mesures, calculée en additionnant les variances d’arrivée. »

Le Livre des débuts d’histoires

Et voici la réponse à la photo mystère de ce mois-ci :

Résultat de recherche d'images pour "le livre des débuts histoires"

Le livre des débuts d’histoires, de Kristin Kladstrup.

Un grand format, pour 360 pages environ avec une couverture souple et très attractive. Le titre est en relief et de couleur or. L’illustration est tel un rêve, où les images sortent littéralement du livre ouvert. Des couleurs vives (jaune, orange et rouge), attractives avec plein d’animaux tels ces chats, cygne, rouge-gorge, oiseaux dans le ciel et autre félin bondissant.

Un résumé, énigmatique, qui m’a immédiatement parlé * (même si ce livre est recommandé pour les 9-12 ans).

4ème de couverture :
Prenez garde, vous qui écrivez dans ce cahier, prenez garde aux histoires que vous commencez, car chaque histoire qui possède un commencement pourrait bien avoir aussi une suite et un dénouement. Pensez également, avant d’écrire pour de bon, que si un jour succède immanquablement la nuit, tous les débuts d’histoires ne font pas de bons récits ; Certains y parviennent, d’autres non. Que ce livre rende son jugement souverain pour dire si et comment l’histoire prendra fin.

* Il faut savoir qu’auparavant, j’avais lu la trilogie captivante de « Coeur d’encre » de Cornelia Funke (ils en parlent sur Babelio). Ce genre d’histoires pour enfants me fascine encore aujourd’hui car tout le monde sait que dans mon âme, je suis restée une enfant  😉

Nouvelles catégories 

Bonjour à toutes et à tous

Avec le temps, j’ai bien envie de créer une nouvelle categorie pour mon blog : couvertures de livres.

J’aime admirer le travail et l’imaginaire qui se cache derrière une couverture et il y a matière à reflexion sur cette affaire 😉 Mais dans la couverture, il y a aussi la 4ème, celle qui est au dos, un petit résumé ou un avis peu ou pas professionnel. C’est ce qui « vend » un livre. Et en parlant vente, cela implique bien sûr, aussi et surtout, le titre ! 

Combien de livres n’ont-ils pas changé de titre ou de couverture (1ère ou 4ème) ? Sans parler de formats, mais ça c’est une autre histoire…

Je prépare donc cette nouvelle catégorie avec des recherches et des articles à programmer. Certaines photos mystères se retrouveront également sous cette nouvelle catégorie. 

A très bientôt !