Ce n’est pas de la dyslexie, mais lire trop vite

L’on a cru un instant que notre fils était dyslexique, car il inversait certaines lettres, certaines syllabes. Puis, je me suis souvenue d’un épisode parmi d’autres, quand j’étais moi-même à l’école. Je devais avoir 13 ou 14 ans, à l’examen de géographie, il fallait écrire les noms des pays et de leur capitale sur une carte muette. Je ne me souviens plus précisément l’erreur, mais en hésitant sur deux capitales pour un seul pays, j’ai écrit le début de la première capitale avec la fin de la seconde… et je ne m’en suis absolument pas rendu compte jusqu’à ce que mon professeur m’en fasse gentiment la remarque.

Presque quotidiennement, je lis un livre à voix haute à mon fils. Et dans le tome 2 des « Chroniques des marais qui puent », j’ai dit sûre de moi et distinctement :

Le chaton du barreau cornu 

Il aurait fallu comprendre (et mon fils a inversé sans le moindre problème, car il était tout à fait dans l’histoire) Le château du baron cornu  🙂

Je devais être fatiguée… la bonne excuse ha! ha!

Publicités

La grotte du dragon, chroniques du marais qui pue

Titre : Les chroniques du marais qui pue, tome 2 : la grotte du dragon
Auteur : Paul Stewart
Illustrateur : Chris Riddell
Traduction : Amélie Sarn
Édition : Milan
Genre : roman jeunesse
Année d’impression : 2005
Nombre de pages : 146
Note personnelle : 8/10

4ème de couverture dont je n’aurais pu mieux résumer l’histoire  🙂

« Il se passe des choses étranges au Marais qui pue. Des armées de petites cuillers s’entraînent au combat, des escadrons d’armoires volantes sèment la terreur, et les dragons, d’ordinaire si paisibles, kidnappent les magiciens…
Jean-Michel et ses amis n’ont aucun doute : c’est l’oeuvre du terrible, de l’horrible, de l’indéfectible docteur Câlinou… »

Voici les personnages principaux, rien de mieux qu’une illustration pour mettre un visage sur tous ces noms un peu bizarre…

20170505_171048

Une autre image car j’aime bien cette créature mi-oiseau, mi-mammifère : chauve-souris à plumes

20170505_143353

Et puis voici un extrait, le début de l’introduction pour vous mettre l’eau à la bouche :

« Le marais était plongé dans l’obscurité. Tout était immobile. Les trois lunes, la violette, la jaune et la verte, brillaient dans le ciel sans nuage. (…) Les lunes faisaient également scintiller une armée de couteaux, fourchettes et autres louches, alignées à l’entrée d’une grande caverne. »

Je trouve que ces petites histoires sont parfaites pour les jeunes lecteurs (9-13 ans). Les phrases sont simples, les images défilent dans notre imaginaire comme si on était devant une télé. C’est rigolo, décalé, fantastique. Il y a de la magie, un ogre à 3 yeux, un magicien pas si magicien que ça, un petit garçon super héros et une perruche qui a toujours le dernier mot.

Je n’arrivais plus à me plonger dans un livre, et trouvant celui-ci dans la bibliothèque de mon garçon, je savais que l’humour allait me plonger dans cet univers tout à fait loufoque.

Il y aurait 6 tomes à cette série.

Chroniques du marais qui pue, tome 1 : la chasse à l’ogre

Titre : Chroniques du marais qui pue, tome 1 : la chasse à l’ogre
Auteur : Chriss Riddell et Paul Stewart
Édition : Milan
Genre : roman jeunesse
Année d’impression : 2005
Nombre de pages : 144
Note personnelle : 8/10

marais qui pueJean-Michel est un petit garçon comme les autres. Comme les autres, vraiment ? Non ! C’est le super guerrier invoqué par un magicien. Jean-Mi et Henri, son chien fidèle, doivent aider le baron cornu, chef du royaume à se débarrasser d’un vilain ogre qui sème la panique en « écrabouillant » tous les moutons. Malgré son refus, le garçon est entraîné malgré lui dans cette incroyable – et puante – aventure.

Voici le 1er tome d’une série qui au départ ne devait en comporter que 3 et qui, finalement, ne s’arrête pas en si bon chemin. J’ai trouvé ce livre dans une brocante et ne regrette absolument pas son acquisition, car à présent, c’est mon fils de 8 ans qui le lit 🙂 L’humour et l’imaginaire sont au rendez-vous tout au long de l’histoire. Des passages loufoques, des coups de théâtre dans un lieu improbable et puant, le tout avec de bons vieux personnages tels ogres, magiciens, perruche bavarde, gobelins, etc. Le héros est le petit garçon et son chien ; les autres personnages sont décalés, ce qui fait qu’on ne cesse de rire à chaque situation qui se déroule sous nos yeux. Les lieux sont bien décrits, on sent clairement la puanteur de ce marais insolite et repoussant.

Mon petit garçon aime beaucoup cet ogre « Norbert-le-pas-si-grand » qui malgré ses 3 yeux, sa maladresse et sa puanteur est un adorable gentil, très sensible.

Je pense que nous allons voir si nous trouvons les autres tomes soit à la bibliothèque soit dans les brocantes car j’ai hâte de découvrir qui se cache derrière le terrible méchant Docteur Câlinou !

Livre pour les enfants (à partir de 8/9 ans car il y a pas mal d’humour décalé que les plus jeunes ne comprendront pas toujours).

Nez sensible : s’abstenir

Extrait du marais qui pue

Un petit extrait qui donne un aperçu de l’imaginaire du livre jeunesse que je viens de découvrir et de lire : Chroniques du marais qui pue, épisode 1 : La chasse à l’ogre, de Paul Stewart et Chris Riddell

« Les Montagnes moisies furent bientôt remplacées par un paysage vallonné. Aussi nues que les montagnes, les collines sentaient la vieille chaussette. Une seule d’entre elles était recouverte de végétation : de l’herbe et des marguerites géantes qui embaumaient. Des papillons volaient au-dessus. Des souris échassières gambadaient dans la prairie. Jean-Michel inspira longuement le parfum des fleurs… »

Eh oui ! L’illustration mystère est de ce livre : c’est une souris échassière et une marguerite carnivore qui sont délicieusement mis en scène 🙂

wp-1463714182476.jpg