Projet d’écriture : araignées

Il y quelques temps, à l’occasion du Nano2018, j’ai eu l’idée d’un projet d’écriture sur les araignées.

Il a bien avancé. J’ai déjà pu recevoir des retours constructifs et même une illustration pour le conte 👍 Merci à Julie Koch de faire partie de cette fantastique aventure, j’adore sa plume, on dirait qu’elle sait lire dans mes pensées les images qui naissent de mon imagination quand j’écris !

À présent, j’aimerais avoir votre avis sur le découpage et l’assemblage de tous mes textes.

Normalement, au début de ce projet, j’imaginais tout regrouper dans un seul livre :

  • 3 courts textes écrits à partir d’une même histoire mais vue par 3 regards différents
  • 1 conte, petit, gentil et
  • 1 nouvelle fantastique où les animaux parlent

Je ne vais pas laisser les deux autres textes que j’avais écrit il y a bien longtemps, car on peut, vous pouvez, déjà les retrouver sur Atramenta 😉

En fait, à l’allure avec laquelle je travaille sur ces textes, je crois que je vais commencer par publier le conte, avec et grâce aux illustrations de Julie.

J’aime aussi beaucoup la nouvelle (qui fait une trentaine de pages quand même), mais elle est bien plus longue à corriger pour moi. Le travail de réécriture me demande dix fois plus de temps que son écriture et son invention… c’est mon talon d’Achille ha! ha!

Quant aux 3 versions de la même histoire, peut-être en bonus à la fin de la nouvelle, je ne sais pas encore…

Et vous qu’en dites-vous ?

Voici en avant-première le joli travail de Julie.

illustration1

 

Challenge Nano mi-parcours et réflexions

Nous voilà, déjà, à la mi-novembre. Le temps file, mais mes mots patinent. Au 17 novembre, j’en étais à 23.000 et des poussières, soit en-deça des 27 K que j’aurais dû atteindre à cette date.

Je viens de prendre la décision de ne pas m’auto-critiquer si je n’arrive pas au bout des 50 mille mots, car j’ai une idée bien précise de mon ouvrage une fois terminé.

À ce stade, il a presque la même quantité que mon dernier livre auto-publié « Démarrer au quart de tour », donc ce n’est déjà pas si mal. J’arrive bientôt au bout de la nouvelle que j’ai imaginée et il y a quelques jours, j’ai trouvé un superbe ouvrage pour déterminer, identifier les araignées dans mon pays : la Belgique.

En lisant l’introduction de cette nouvelle Clé de détermination photographique des principales araignées de Belgique, je suis encore plus motivée à faire aboutir ce projet docu-fiction pour essayer de faire « aimer », si pas aimer, tolérer, intéresser, ces petites bêtes à mes compatriotes. En effet, ce livre édité en 2018 est le premier qui existe pour identifier les araignées dans mon pays ! Les belges (mais pas qu’eux, j’en suis certaine) ont une peur démesurée des arachnides, un désintérêt total…

Voici des photos de couvertures de ce bel ouvrage 🙂

20181116_17135520181116_171330

Merci donc à Sébastien Renson et aux CNB (Cercles des Naturalistes de Belgique) pour ce livre aux superbes images et explications claires et simples.