Elle

Elle, ce n’est pas mon amie. Ce n’est l’amie de personne. Pourtant, Elle s’invite chez bien des gens, sans leur demander leur avis ni leur approbation.
Généralement, on sait quand Elle est là. Même si Elle ne se voit pas, Elle se sent. Elle est toujours la gagnante au jeu « du chaud et du froid », Elle brûle souvent…
Elle est mal-aimée, quand Elle vient vers nous, ce n’est jamais avec plaisir qu’on la reçoit. Pourtant, Elle essaye de nous aider. À sa manière. Elle a un avantage sur nous, c’est qu’Elle voit l’ennemi arriver avant nous. Alors, pour nous aider, Elle nous colle, Elle s’immisce dans notre intérieur et se bat avec nous. Oui avec. Pas contre.
Quand Elle est avec nous, on la surveille. De près. De très, très près. Surtout en ce moment.
Parfois, la guerre qu’Elle combat est énorme. Alors, Elle travaille dur. Elle ne compte pas les heures de dur labeur. Nous, on l’aide alors comme on peut, avec nos moyens du bords. On essaye de l’éloigner, un peu ou beaucoup. En effet, quand Elle nous colle à la peau, qu’on a du mal à garder nos distances, alors on se sent mal… Plus sa présence est là, plus Elle « chauffe », plus on la rejette et on la combat, Elle. Parfois, ce combat, le nôtre, contre Elle, est nécessaire. A être trop dans la guerre, Elle ne se rend pas toujours compte de notre fragilité. Elle nous brûle à nous en rendre malade, à délirer complètement.
D’ailleurs, chez moi, c’est ainsi que je la devine. Cette amie-ennemie, chez moi, n’aime pas le jour. Je crois que beaucoup sont comme Elle. Elle arrive généralement le soir, de préférence durant la nuit. Ainsi, dans notre sommeil, on n’est pas sur nos gardes et Elle s’installe sans qu’on puisse l’éviter. Nos rêves se transforment en cauchemars, on délire complètement… et de fait, Elle est là. Pas besoin de la mesurer, de lire son âge ou de l’identifier avec ses degrés, notre corps la reconnaît sans hésitation.
Elle peut être mortelle, mais pour en arriver là, c’est que l’ennemi qu’Elle combat est plus fort.
Elle tue, mais jamais seule. Elle est alors Elle-même accompagnée d’un méchant, plus fort, plus résistant qu’Elle.

Fièvre. Nom féminin. Naissance : vie possible à partir d’une température corporelle de 38 degrés Celcius. Sa durée de vie est aléatoire. Elle se nourrit de virus, de mauvaises bactéries et d’autres maladies. Son job : aider notre corps à gagner des guerres infectieuses.
Si Elle n’engendre ni symptomes ni inconfort, il ne sert à rien de se battre contre Elle.

Payer un livre gratuit ?

Vendredi midi, pause à mon travail.

Petite course pour, entre autres, manger.

Dans des bacs, en vrac, de ce Carrefour market, où divers articles sont soldés, mon regard accroche quelque chose de particulier : un livre ! 😁 J’ai un détecteur pour ces choses-là.

Une grande étiquette jaune mentionne le prix en un seul chiffre noir : 1 euro.

Cool, pas cher. Même si je dois avouer que le livre n’est pas bien épais… mais j’écoute toujours mes achats impulsifs de livre-coup-de-coeur.

Le titre et l’auteur ne me sont pas inconnus. Mais je ne l’ai pas chez moi ce livre. Au pire, si cela ne « me parle pas », j’utiliserai les pages et les illustrations dans des montages de mots et d’images.

Regardez un peu ce qu’il est imprimé en bas de ce livre…

J’ai donc payé un livre qui était normalement offert à l’achat de 2 Livres de Poche !

Ils auraient pu mettre un prix fictif et déduire à la caisse… ou le jeter… ou le donner… pourquoi faire payer absolument quelque chose qui normalement est gratuit ? Certes, c’était pour l’achat de deux autres livres au départ. N’empêche, je râle quand même 😆

J’achète un livre d’un côté et de l’autre, je vais en déposer deux dans la boite à lire près de chez moi !

Et quand je dépose mes livres, je ne peux m’empêcher de regarder ce qu’il y a dans la boite à lire… et hop ! J’en trouve deux qui me font les doux yeux, enfin les douces pages ha ! Ha ! Au final, pas mécontente d’avoir acheté le livre, j’en ai eu deux autres gratuits 😆

Inimaginaire est bien abîmé : écriture sur la couverture (que j’ai caché en retouchant à l’ordi), pages abîmées, pliées à l’intérieur. Mais ce sont de petits poèmes et il y en a qui me plaisent beaucoup. Je pense que je vais le recycler en découpant et collant certains poèmes dans un cachier d’écriture.

Aurevoir janvier, bonjour février

Ce mois de janvier, je ne l’ai pas vu passer !

L’énergie, c’est comme l’humeur, parfois elle est bien haute, lumineuse et belle, parfois, il vaut mieux passer son chemin et ne pas l’attendre ou espérer qu’elle revienne. Elle finit toujours par revenir…

Tout vient à point à qui sait penser à autre chose  🙂

Il ne faut pas croire que quand je ne publie rien sur le blog, je ne fais rien chez moi.

J’ai été à deux doigts de supprimer ecrimagine. Car cela me demande beaucoup de temps, et de connexion à Internet, aux écrans… et je suis dans un passage où j’ai envie de limiter ces dépendances.

Alors, en attendant, je me suis amusée à découper et coller des mots et des images. Comme ça, sur une page blanche…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai d’abord fait des trucs à ma manière, après avoir lu un chouette livre, pour mes envies de réalisations pour 2020, comme ça, au petit matin, dans le silence de la maison encore endormie.

 

Puis, j’ai trouvé le livre de Josette Carpentier. Et j’y ai trouvé une certaine liberté, des idées et j’ai continué.

Ensuite, j’ai lu des articles intéressants dans diverses revues comme « Flow » et « Happinez« . Et j’ai décidé de ne pas supprimer ecrimagine. Et j’ai décidé de ne pas me mettre la pression. De faire ce que j’ai envie, quand j’en ai envie. Et d’y aller à mon rythme, sans pression, sans résultats attendus si ce n’est juste le bonheur de me faire plaisir.

Et j’ai lu. Beaucoup.* (1)

Enfin, entre divers moments, j’ai rangé ma maison. J’ai donné des affaires. Un peu, beaucoup ! J’ai fait le tri, j’ai jeté, j’ai recyclé, j’ai fait plaisir. Et même si ça ne se voit pas, en moi, dedans, je me sens plus légère. Pas de beaucoup, mais ça me suffit pour le moment.

J’ai revu une amie : Sandrine. On a parlé, un peu, beaucoup, énormément. Elle m’a écouté, un peu, beaucoup, énormément. Par un soin énergétique, j’ai lâché-prise, je me suis « abandonnée », je n’ai pas pensé une seule fois à l’heure. J’étais bien. Sereine. Apaisée. En confiance. Le trajet du retour a été sans stress, sans crainte, sans peur ! Le bonheur !

Vicky sep2019

Durant ce premier mois de janvier, notre vieille chatte Vicky (15 et demi) a failli ne plus être des nôtres. Mais j’ai su écouter les signes du destin : une violente migraine subite m’a fait comprendre que ce n’était pas son heure. Elle passait juste un mauvais moment, mais ça allait aller mieux après. Et de fait. Elle est toujours là parmi nous, sans souffrance, avec un appétit fluctuant et une langue bien pendue. Elle bavarde beaucoup plus qu’avant, sans doute a-t-elle réalisé qu’elle devait faire quelque chose si elle voulait qu’on la comprenne et qu’on l’écoute un peu plus…

Son vétérinaire a aussi été à mon écoute : merci Daniel !

En janvier, j’ai aussi participé à des ateliers d’écriture : Laurent et Jacqueline.

En janvier, j’ai aussi décidé de développer mon activité bénévole de lecture aux tout-petits. Je me suis inscrite à une formation en ce sens avec l’asbl Boucle d’Or.

En janvier, j’ai fait l’école à la maison pour mes enfants durant toute une journée (suite à une grève des transports publics chez moi). Et j’ai adoré. Et mes enfants aussi ont apprécié, même si ma grande est tout à fait autonome…

Enfin, dans les derniers jours de janvier, j’ai fait connaissance d’une personne adorable. En parlant avec elle, j’ai eu envie de continuer sur cette voie que je me trace tout doucement, la mienne, qui est belle et que j’ai envie de partager avec des gens comme cette dame. Merci d’être venue vers moi ! Et merci à Chantal, conteuse, souffleuse de rêves d’être là et d’être notre amie, notre formatrice, notre confidente 🙂

Janvier, c’est terminé.

Aujourd’hui, commence février.

Pas de projets arrêtés et décidés. Juste des envies à partager.

En février, j’ai corrigé mon recueil (merci Pascale, sans toi, cela aurait été autrement plus difficile et long). Normalement, je devrais pouvoir envoyer le fichier définitif à Atramenta courant ce mois. L’association qui va pouvoir bénéficier du produit de la vente de ce livre sera liégeoise, elle aide les enfants hospitalisés. Plus de détails dans un prochain article.

En février, j’ai eu l’idée du prochain projet de livre. Un recueil de photos et de poèmes (Haïkus) de trois générations : ma maman, moi et ma fille. Ce n’est que l’ébauche d’une idée, tout doit encore être discuté, imaginé, travaillé, examiné. Mais on a le temps… je vous parlerai bientôt d’un livre que j’ai découvert et qui est tout simplement merveilleux dans ce domaine.

En février, je vais jouer sur un gros travail scolaire de mon fils. En lien avec un livre et la lecture ! Prochain article également à découvrir tout bientôt.

En février, je vais aussi vous parler de mon activité bénévole en développement.

Février ne fait que commencer et pourtant il est déjà rempli de belles promesses d’amusement.

——————————————————————————————-

* (1) mes livres de fiction lus dernièrement. Lus et appréciés, un peu, beaucoup, passionnément :

  • Trilogie BD : Yin le dragon, de Marazano et Xu Yao, éditions Rue de Sèvres
  • BD, tomes 1 et 2 : Léonid, les aventures d’un chat, de Brémaud et Turconi, éditions Soleil
  • Manga : Magus of the Library, de Mitsu Izumi, éditions Kioon Kizuna
  • Les ombres de Brocéliandes, de Lynda Guillemaud. Lu en numérique. (montage mots, images et coloriage après lecture de ce livre)
  • Au petit bonheur la chance + Minute papillon, de Aurélie Valognes, éditions Le livre de poche
  • Ne vous disputez jamais avec un spectre, de Gudule (emprunt bibliothèque)
  • Firmin, autobiographie d’un grignoteur de livres, de Sam Savage, éditions Babel
  • Contes merveilleux chinois, de Hsou Lien-Tuan et Simone Greslebin, éditions La petite ourse Lausanne (emprunt bibliothèque)
Tous les montages de mots et d’images proviennent des revues que j’ai chez moi, un petit mélange de revues zen, bien-être, relaxation.

Mes prochaines lectures

Voici quelques livres qui sont dans ma bibliothèque, sur l’étagère des livres « encore à lire ». Je n’ai pas tout mis, mais il y a un peu de tout : des romans, de la littérature jeunesse, du bien-être, une trilogie de BD et un manga 🙂

PAL fin dec2019 2020

J’ai commencé « Marraine » en livre numérique. Et d’autres m’ont fait des clins d’œil… mamamia, c’est dur de lire tous les livres qui nous tentent.

Marraine, de Emilie Chevallier Moreux

Marraine, de Émilie Chevallier Moreux
Éditions Noir d’Absinthe

Voici un roman sur les contes revisités que j’ai bien aimé ! Merci AD Martel pour la recommandation, tu as eu raison de penser que cela allait me plaire 🙂

marraine_emilie chevallier moreuxJ’avoue quand même avoir eu un peu de mal avec les chapitres, tantôt au présent (année 2018), tantôt dans les siècles passés. Ce n’est que vers la moitié du livre que j’ai réussi à switcher de l’un à l’autre sans problème. Et une fois que j’ai réussi cette prouesse (pour moi, c’est une prouesse, car généralement, je décroche rapidement), les pages ont défilé à une vitesse vertigineuse. J’ai été touchée par la boulimie de la curiosité, l’envie de savoir, de découvrir ce qui allait se passer pour Marraine.

Conte moderne, il y a tout dans cette histoire pour plaire aux amoureux des contes : des personnages attachants, une histoire d’amour, de la magie, une vilaine méchante, des complots, des mensonges, des intrigues, des coups de théâtre, etc. On retrouve en personnage principal Marraine, fée de son état. Une parmi d’autres, mais elles sont de plus en plus rares au fil du temps. Une gentille fée, une adorable marraine qui sacrifie sa longue vie quasi éternelle pour ses filleuls dont elle a la garde : Riquet, Peau-d’Âne, Cendrillon et Aurore. La méchante n’est autre que la fée Carabosse.

J’ai vraiment aimé découvrir la vie de Marraine, ses espoirs, son travail, ses projets, ses déceptions, ses peurs. J’ai adoré la façon dont est amené la magie au présent. Et j’ai surtout apprécié les versions modernes de la vie des quatre filleuls.

J’ai un peu moins aimé la fin, non pas pour ce qu’elle est, mais parce que j’ai trouvé le personnage principal tellement changé. J’étais soudainement moins attachée à elle.

En fait, à la fin, il y a trois personnages, les plus importants, qui changent de caractère, de comportement et ça m’a un peu déstabilisée.

J’aurais aussi aimé en savoir un peu plus sur le beau et ténébreux nouvel amoureux de Marraine. On lui donne une certaine importance et puis, il n’intervient presque plus. Je réalise que sa créatrice, l’autrice, a peut-être voulu démontrer ainsi que les femmes peuvent être plus fortes, plus importantes que les hommes dans un couple 😉

Malgré cela, ça reste un très bon livre que je relirai avec plaisir. Ou que je lirai à voix haute si l’on m’en fait la demande (sourire, je pense à mon fils).