Prochain recueil autopublié : Salade mixte de contes

Voilà, la dernière ligne droite entamée pour ce projet de recueil.

16 contes détournés écrits à partir de 13 contes traditionnels se partageront les quelques 200 pages de ce livre.

J’ai choisi l’association « Rêve d’enfants » comme bénéficiaire du produit des ventes de ce livre.

Et Stéphane Van Hoecke, conteur, animateur, jongleur de mots écrira la 4ème de couverture.

Je crois qu’on pourra dire que 2019 était mon année « contes ». J’étais en plein dedans, j’en mangeais aux petits-déjeuner, aux dîners et aux soupers. Aucun jour de repos ou jour férié ne passait sans que j’en lise un ou deux.

Si j’autopublie mes livres, c’est surtout pour :

  1. vous montrer, nous montrer, qu’on peut écrire des histoires fictives à partir de jeux d’écriture simples et faciles à mettre en place
  2. garder un souvenir. Comme j’aime écrire, mais ni me corriger ni me relire, avoir un livre imprimé me permet de me lire et de partager mon imaginaire avec mon entourage
  3. montrer mon soutien à des associations locales grâce à la vente de ces livres. Ces associations aident les causes qui me touchent le plus : les enfants et la nature

Si vous souhaitez me soutenir et soutenir l’association Rêve d’enfants, n’hésitez pas à me montrer votre enthousiasme en laissant un commentaire soit sur cet article ou sur ma page FB d’ecrimagine 😉

Aurevoir janvier, bonjour février

Ce mois de janvier, je ne l’ai pas vu passer !

L’énergie, c’est comme l’humeur, parfois elle est bien haute, lumineuse et belle, parfois, il vaut mieux passer son chemin et ne pas l’attendre ou espérer qu’elle revienne. Elle finit toujours par revenir…

Tout vient à point à qui sait penser à autre chose  🙂

Il ne faut pas croire que quand je ne publie rien sur le blog, je ne fais rien chez moi.

J’ai été à deux doigts de supprimer ecrimagine. Car cela me demande beaucoup de temps, et de connexion à Internet, aux écrans… et je suis dans un passage où j’ai envie de limiter ces dépendances.

Alors, en attendant, je me suis amusée à découper et coller des mots et des images. Comme ça, sur une page blanche…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai d’abord fait des trucs à ma manière, après avoir lu un chouette livre, pour mes envies de réalisations pour 2020, comme ça, au petit matin, dans le silence de la maison encore endormie.

 

Puis, j’ai trouvé le livre de Josette Carpentier. Et j’y ai trouvé une certaine liberté, des idées et j’ai continué.

Ensuite, j’ai lu des articles intéressants dans diverses revues comme « Flow » et « Happinez« . Et j’ai décidé de ne pas supprimer ecrimagine. Et j’ai décidé de ne pas me mettre la pression. De faire ce que j’ai envie, quand j’en ai envie. Et d’y aller à mon rythme, sans pression, sans résultats attendus si ce n’est juste le bonheur de me faire plaisir.

Et j’ai lu. Beaucoup.* (1)

Enfin, entre divers moments, j’ai rangé ma maison. J’ai donné des affaires. Un peu, beaucoup ! J’ai fait le tri, j’ai jeté, j’ai recyclé, j’ai fait plaisir. Et même si ça ne se voit pas, en moi, dedans, je me sens plus légère. Pas de beaucoup, mais ça me suffit pour le moment.

J’ai revu une amie : Sandrine. On a parlé, un peu, beaucoup, énormément. Elle m’a écouté, un peu, beaucoup, énormément. Par un soin énergétique, j’ai lâché-prise, je me suis « abandonnée », je n’ai pas pensé une seule fois à l’heure. J’étais bien. Sereine. Apaisée. En confiance. Le trajet du retour a été sans stress, sans crainte, sans peur ! Le bonheur !

Vicky sep2019

Durant ce premier mois de janvier, notre vieille chatte Vicky (15 et demi) a failli ne plus être des nôtres. Mais j’ai su écouter les signes du destin : une violente migraine subite m’a fait comprendre que ce n’était pas son heure. Elle passait juste un mauvais moment, mais ça allait aller mieux après. Et de fait. Elle est toujours là parmi nous, sans souffrance, avec un appétit fluctuant et une langue bien pendue. Elle bavarde beaucoup plus qu’avant, sans doute a-t-elle réalisé qu’elle devait faire quelque chose si elle voulait qu’on la comprenne et qu’on l’écoute un peu plus…

Son vétérinaire a aussi été à mon écoute : merci Daniel !

En janvier, j’ai aussi participé à des ateliers d’écriture : Laurent et Jacqueline.

En janvier, j’ai aussi décidé de développer mon activité bénévole de lecture aux tout-petits. Je me suis inscrite à une formation en ce sens avec l’asbl Boucle d’Or.

En janvier, j’ai fait l’école à la maison pour mes enfants durant toute une journée (suite à une grève des transports publics chez moi). Et j’ai adoré. Et mes enfants aussi ont apprécié, même si ma grande est tout à fait autonome…

Enfin, dans les derniers jours de janvier, j’ai fait connaissance d’une personne adorable. En parlant avec elle, j’ai eu envie de continuer sur cette voie que je me trace tout doucement, la mienne, qui est belle et que j’ai envie de partager avec des gens comme cette dame. Merci d’être venue vers moi ! Et merci à Chantal, conteuse, souffleuse de rêves d’être là et d’être notre amie, notre formatrice, notre confidente 🙂

Janvier, c’est terminé.

Aujourd’hui, commence février.

Pas de projets arrêtés et décidés. Juste des envies à partager.

En février, j’ai corrigé mon recueil (merci Pascale, sans toi, cela aurait été autrement plus difficile et long). Normalement, je devrais pouvoir envoyer le fichier définitif à Atramenta courant ce mois. L’association qui va pouvoir bénéficier du produit de la vente de ce livre sera liégeoise, elle aide les enfants hospitalisés. Plus de détails dans un prochain article.

En février, j’ai eu l’idée du prochain projet de livre. Un recueil de photos et de poèmes (Haïkus) de trois générations : ma maman, moi et ma fille. Ce n’est que l’ébauche d’une idée, tout doit encore être discuté, imaginé, travaillé, examiné. Mais on a le temps… je vous parlerai bientôt d’un livre que j’ai découvert et qui est tout simplement merveilleux dans ce domaine.

En février, je vais jouer sur un gros travail scolaire de mon fils. En lien avec un livre et la lecture ! Prochain article également à découvrir tout bientôt.

En février, je vais aussi vous parler de mon activité bénévole en développement.

Février ne fait que commencer et pourtant il est déjà rempli de belles promesses d’amusement.

——————————————————————————————-

* (1) mes livres de fiction lus dernièrement. Lus et appréciés, un peu, beaucoup, passionnément :

  • Trilogie BD : Yin le dragon, de Marazano et Xu Yao, éditions Rue de Sèvres
  • BD, tomes 1 et 2 : Léonid, les aventures d’un chat, de Brémaud et Turconi, éditions Soleil
  • Manga : Magus of the Library, de Mitsu Izumi, éditions Kioon Kizuna
  • Les ombres de Brocéliandes, de Lynda Guillemaud. Lu en numérique. (montage mots, images et coloriage après lecture de ce livre)
  • Au petit bonheur la chance + Minute papillon, de Aurélie Valognes, éditions Le livre de poche
  • Ne vous disputez jamais avec un spectre, de Gudule (emprunt bibliothèque)
  • Firmin, autobiographie d’un grignoteur de livres, de Sam Savage, éditions Babel
  • Contes merveilleux chinois, de Hsou Lien-Tuan et Simone Greslebin, éditions La petite ourse Lausanne (emprunt bibliothèque)
Tous les montages de mots et d’images proviennent des revues que j’ai chez moi, un petit mélange de revues zen, bien-être, relaxation.

Les larmes de Saël, AD Martel

Les larmes de Saël, de AD Martel

les larmes de sael_AD MartelArcana est une jeune fille, bientôt une femme. C’est bientôt son anniversaire et ce qui la préoccupe le plus pour le moment, c’est de trouver du maquillage et non pas sa voie professionnelle. Elle vit dans la cité de Ceylan avec ses parents, dans le haut de la cité, là où elle ne manque de rien, où elle a tout ce qu’elle veut, là où elle ne doit pas se battre pour avoir à manger. Mais dans cette cité à la technologie avancée, Arcana est un peu « coincée », comme tous les habitants de Ceylan, sous un dôme d’énergie. Cela ne la dérange pas plus que ça, car au-dehors, c’est le désert, la sécheresse, la pauvreté, la mort.

Au-delà de cette cité et de ce dôme, loin, bien plus loin, vit un autre peuple : les Saëliens. Autrefois, ces deux peuples sont rentrés en guerre. Aujourd’hui, ils vivent de manière complètement différente et ce que l’on raconte aux uns et aux autres, à l’intérieur ou à l’extérieur du dôme, semble ne pas être la même histoire.

Juste avant l’anniversaire d’Arcana, des tremblements de terre secouent Ceylan. La cité est attaquée. Des bombes explosent. Un groupe de Saëlien est attrapé.

Le destin d’Arcana est alors bouleversé. Sa vie va être chamboulée. Tout ça à cause d’une décision à prendre, d’un regard échangé, d’un choix à faire, d’un doute à effacer.
Tout ça à cause d’un homme.

Au péril de sa mort, la jeune femme va agir et prendre des décisions hâtives et malheureuses.

Arcana, fille de Ceylan va devoir se battre pour grandir. Une métamorphose qui ne se passera pas sans difficulté ni douleur.

D’habitude, je ne lis pas ce genre de livre. Les histoires post-apocalyptiques ne m’attirent pas vraiment. Mais j’ai fait connaissance de AD Martel et ayant écouté et lu certains de ses textes, je me suis dit que j’allais peut-être apprécier son premier roman.

Un roman qui se lit comme un conte. Un long conte pour grands enfants et jeunes adultes. Il y a des gentils, des méchants, des amis du héros et d’autres méchants, même un méchant qu’on pensait gentil. Il y a une rupture, plusieurs quêtes et périples, des rebondissements et une fin en lien direct avec le début. Il y a des objets magiques grâce à la mise en place d’une technologie incroyablement bien pensée.

Ce que j’ai beaucoup aimé, ce sont les nombreuses références à une actualité réelle, c’est un peu notre façon de vivre qui est analysée, critiquée, remise en cause. Certains comportements sont poussés à l’extrême, mais c’est tellement bien décrit et… juste !

Il y a bien sûr une histoire d’amour et d’autres secondaires. On se prend d’affection pour cette jeune femme au caractère bien trempé qui peut parfois la faire passer pour une vraie garce égoïste, mais elle change, elle évolue, elle réalise, elle comprend et enfin, elle assume ses erreurs.

Il y a aussi une histoire de pouvoir, d’argent, de politique, d’Histoire.
Et de la trahison.
De la haine.
Vengeance.

Des alliances se créent, des liens se détruisent, des naissances arrivent, des maladies, de la violence, des morts.
Tension.
Suspense.

Je ne vais pas trop en dire, j’en ai déjà trop dit 😉

Sincèrement, je recommande ce livre principalement aux adolescentes à partir de 14 ans. Je vais d’ailleurs encourager ma fille à le lire. Je pense qu’elle va l’aimer autant que je l’ai aimé. Ma fille l’a lu en deux jours, et comme je le pensais : elle a adoré 🙂

Je l’ai lu rapidement, car j’étais entièrement prise par l’histoire. Du genre nouveau pour moi, la fluidité des passages m’a permis de rentrer dans l’histoire et de la vivre pleinement, comme si j’y étais.

AD Martel, tu pourrais écrire une suite, je te l’achèterais aussi ! Ce livre est entier, complet, il se suffit à lui-même, mais ce ne serait pas pour me déplaire que de retrouver cet univers, ces personnages et ce monde ultérieurement.

NaNoWriMo 2019 – qui me suit, qui je peux suivre ?

J-1 !  Plus qu’un dodo et le Nanowrimo pourra commencer.

L’année dernière, j’avais voulu participer à moitié. C’est-à-dire que j’avais un projet, un recueil sur les araignées. J’ai écrit 25.000 mots sur les 50.000, soit la moitié 🙂 Et j’ai réalisé que j’ai adoré écrire, mais que je déteste toujours autant me relire et me corriger. J’ai le plaisir d’écrire, mais pas de ME relire. ha! ha!

Je vais mettre ce recueil sur les araignées sur Atramenta, ainsi vous pourrez lire, si vous en avez envie, mes textes écrits à cette occasion. Si j’ai le courage, je mettrai d’autres textes sur cette plateforme sympathique, où la lecture est aisée et où vous pourrez télécharger mes histoires gratuitement. Vous pourrez même vous procurer mes livres publiés, si le cœur vous en dis  😉

Cette année, je remets le couvert. J’ai découvert que je fais partie des NanoRebel, comprenez que je participe au Nanowrimo avec un projet de recueil. Je ne vais pas écrire un roman de 50.000 mots, mais plusieurs petites nouvelles.

Quelques personnes vont me rejoindre pour écrire un conte. Je ne pense pas que nous serons assez pour pouvoir créer un nouveau projet « commun » comme je l’avais imaginé au départ, mais cela n’est pas grave. Le principal, c’est d’écrire et de partager notre créativité et imaginaire !

Cependant, cela me plairait de suivre des participants francophones qui ont décidés de se lancer dans cette aventure. Et peu importe si nous arrivons ou non à l’objectif des 50k, je répète, le principal, c’est de prendre plaisir à écrire et à créer un texte quel qu’il soit 🙂

Vous pourrez me retrouver sur le site de NaNoWriMo avec mon pseudo « ecrimagine »

profil nano

Ainsi que sur le site de Scribbook, avec le même pseudo, mais une autre image

scribbook1

Formation : l’art du conte

Deuxième jour de ma formation d’initiation à l’art du conte avec Stéphane Van Hoecke.

Hier : les zygomatiques et les abdos ont bien travaillés. Présentations, échauffement des vocalises, jeux de voix et d’expression au programme.

Cadre génial (château), animateur en super grande forme et groupe extraordinaire.

Dans un précédent article, je vous avais dit que je voulais travailler sur un conte particulier… ça sera pour une prochaine fois, car il est long. Mais ce n’est pas la raison principale de mon changement de choix.

Cette nuit, réveil pour assouvir un besoin naturel et habituel. Chez moi, je réveille nos chatons quand je me lève à cette heure : 3h30. Ici, au château, dans cette formation, c’est mon imagination que je réveille 😆

Je me répétais les 3 contes que j’avais en-tête :

  • un très court sur un renard et un tigre,
  • un moyen sur la découverte du sirop d’érable
  • et le long sur la légende de la grue blanche.

À 4h44, je n’invente rien, j’ai une idée ! Je décide de me lever pour de bon, j’allume la lumière de ma chambre et je prends mon carnet et mon bic.

5h35, je pose mon bic. J’ai choisi d’adapter librement le plus court des 3 contes, en version plus longue, en intégrant des éléments de la formation et en le mettant au goût du jour.

C’est ce conte que je vais essayer de conter tout à l’heure.

Le renard et le loup

Il y aura encore un autre week-end consacré à cette formation. Vous aurez mon conte revisité dans 4 à 5 semaines environ.

Mise à jour à 19h :

Il n’y a pas de hasard ni de coïncidence, mais que des signes ! Le matin, après le petit cours théorique sur les différents genres d’histoires, je ne le sens pas prête pour raconter ce que j’ai écrit cette nuit, car ce n’est pas tout à fait un conte. Alors, quand viens le moment de se lancer, une autre personne souhaite prendre la parole.

Ne voilà-t-il pas qu’elle nous conte l’histoire de … la grue blanche !! D’abord jalouse et triste que je ne puisse pas travailler sur ce conte, je me dis qu’après, c’est formidable ! Non seulement, elle a bien conté, mais elle a choisi une autre version, et ça donnait très bien. Donc mon admiration a pris le dessus de la jalousie… même si après, je n’ai plus du tout eu envie de le travailler pour cette formation. Cela me donne en effet envie de corriger mon histoire pour l’adapter en version orale.

Initiation à l’art du conte – Stéphane Van Hoecke

Il y a des semaines où tout s’enchaîne. Après la rencontre avec Barbara Abel, le vendredi, je vais suivre une formation animée par Stéphane Van Hoecke le week-end : initiation à l’art du conte.

Bien que j’ai déjà suivi des formations sur le thème avec Chantal Devillez, chaque conteur est différent, chaque ambiance est différente, chaque lieu de rencontre est différent. Et c’est cela que j’aime : la diversité. Je ne me sens pas assez expérimentée pour passer outre cette formation et puis mes attentes varient au fil du temps qui passe.

Si j’ai aimé, adoré, conter il y a presque un an (déjà !) à l’école des devoirs, je n’ai pas encore eu l’occasion de remettre le couvert. Je lis toujours à voix haute des romans à mon fils, j’écris toujours des histoires qui ressemblent parfois à des contes, mais je n’ai plus conté une histoire devant un public pour diverses raisons.

Nous allons sûrement travailler sur un conte qu’on aime, qu’on connait. J’hésite. Il y en a tellement qui me plaisent ! Mais dans tous ceux que j’ai ressorti, que j’ai lus et relus, il y en a un, un seul pour l’instant, qui me donnent des papillons dans le ventre, que j’ai envie de m’approprier, que j’ai envie de raconter, d’adapter à ma sauce :

Le secret de la grue blanche ou la femme-oiseau. Plusieurs versions de ce conte japonais existent, mais le fond reste identique : un humain se transforme en un oiseau (ou inversement ?) pour venir en aide à un autre humain ou des autres humains. La version écrite par Christelle Huet-Gomez et illustrée par Ein Lee, publiée par les éditions nobi nobi ! me plaît énormément. J’ai envie d’intégrer une autre légende dans ce conte, celui des 1000 grues de papier. J’en avait déjà parlé précédemment ici et ici aussi (rires)

secrest_grue_blanblanche (1)

J’avais déjà eu envie de travailler sur celui-ci pour un précédent travail, mais je n’en ai pas eu le temps. Cette fois, il ne m’échappera pas !

J’ai vu que dans cette collection, dans cette maison d’édition, il existe d’autres contes qui ont l’air tout aussi merveilleux… je sais déjà ce que je vais demander pour ma Saint-Nicolas, ou pour petit papa Noël  🙂

Ps : vous pouvez retrouver les sites des conteurs cités en début d’article, dans ma page « du côté de mes amis«