Coïncidence de lecture : Valérie Perrin

Tout début juin, j’ai lu « Les oubliés du dimanche », de Valérie Perrin. L’histoire d’une jeune aide soignante, orpheline, qui s’occupe avec douceur et tendresse des vieux d’une maison de retraite dans un petit village perdu. Elle se préoccupe de ceux qui n’ont pas beaucoup de visites ni en semaine, ni le week-end.

Dans ce roman, il y a aussi une histoire d’amour, une autre histoire de famille, et puis aussi un drame, de la jalousie, un accident.

Mais tout tourne autour de l’histoire, de la vie, de certains pensionnaires de cette maison de repos et de cette aide-soignante si jeune qui s’occupe tout le temps des moins jeunes. On va surtout apprendre à connaître, à découvrir la vie de cette dame, depuis son enfance.

J’ai lu ce livre à la fois rapidement et tout en retenue. Je lisais et relisais des passages. Je m’imprégnais des images que les mots formaient à leur lecture. Je retournais en arrière pour relire un détail qui m’avait échappé. Ce livre, je l’ai aimé, un peu, beaucoup, énormément.

Tout cela en numérique. Oui, ça m’arrive parfois, de temps en temps, de lire en numérique. Pas tout le temps, car j’en ai plein d’autres matérialisés sous forme de blocs de papiers, qui m’attendent sagement dans un carré de ma bibliothèque.

20190715_190436

Bref, après avoir lu ce livre et un autre (Les yeux couleur de pluie, de Sophie Tal Men), et puis encore un autre (jeunesse celui-là) et après avoir commencé un autre encore (mais pas terminé), je ne savais plus quoi lire. Je voulais lire, mais n’arrivait pas à me décider, à choisir… alors un sentiment bizarre a refait surface, le plaisir de lecture que j’ai éprouvé en lisant « Les oubliés du dimanche ». J’aimais l’écriture, l’ambiance, le thème, les émotions de cette histoire, de cette auteur. Alors, comme une grande, j’ai regardé sur ma liseuse si Valérie Perrin n’avait pas écrit d’autres livres. Et bingo ! Un seul autre s’annonçait : Changer l’eau des fleurs.

Là, on tombe (c’est le cas de le dire) dans une histoire de garde-cimetière avec l’histoire d’une femme, Violette Toussaint, qui change de boulot, car le sien a disparu. En effet, avant, elle était garde-barrière. Elle soulevait et abaissait, manuellement en appuyant sur un bouton quand même, la barrière d’un passage à niveau sur une ligne de trains.

Comme pour le premier livre que j’ai lu de cette auteur, je plonge immédiatement dans ses mots. Je n’en suis qu’au début, quand je reçois dans ma boîte aux lettres, le journal de ma région. Et là, avec une photo du livre (que je n’ai qu’en noir et blanc, et que je n’ai vu qu’au commencement de la lecture, dans ma liseuse), un petit article sur cette histoire !

 

Si ça, ce n’est pas une coïncidence… Ce livre est disponible dans la bibliothèque de mon quartier ! Trop tard pour moi, mais je me réjouis de savoir que d’autres vont pouvoir le trouver et le lire  🙂

Et rien que pour le fun, voici à quoi ressemble ma liseuse, avec sa couverture… cadeau de mon amoureux.

Ce que j’aime dans ma liseuse :

  • lumineuse le soir, plus besoin de me rompre le dos pour éteindre la lumière, ni embêter mon amoureux qui dort à mes côtés
  • choix de la taille de la police, un vrai confort !
  • en vacances, je peux mettre dix livres dedans (ou 30 ou 100), sans que cela pèse plus lourd 🙂
  • pour les gros livres, les grands et gros, ça ne me fait plus mal aux doigts de tenir une brique entre mes mains
  • je peux lire des nouvelles ou romans auto-édités ou non, anciens livres, pour pas cher, certains étant même gratuits (Jules Verne, par exemple, parmi bon noms d’autres auteurs classiques)

L’inconvénient pour moi, c’est que je ne vois plus la couverture ni le titre ni l’auteur à chaque fois que j’ouvre mon livre, et du coup, j’ai plus de mal à retenir ces caractéristiques.

Publicités

Un recueil en vente pour réaliser le rêve d’un enfant malade

Voilà, je viens de me décider de prendre en charge les frais d’envoi (+ l’achat d’enveloppes) pour nos amis belges qui souhaiteraient acquérir notre 6ème recueil des Anthologies Éphémères 🙂

Soit 15 euros le livre + 5 euros pour les frais d’envois depuis la Belgique vers la Belgique.

Pour cela, rien de plus simple : envoyez-moi un mail (clic) et je vous dirai comment faire. J’attendrai la fin du mois de mai pour passer la commande, ne soyez donc pas trop pressé 😉

20 euros en tout pour ce très beau recueil et vous participez à réaliser le rêve d’un enfant malade : 1000 MERCIs !

Voici la couverture que je trouve toujours super réussie : intégrer les noms de la centaine des participants n’est pas toujours évident : merci Solyzaan !

couverture 6eme anthologie_metiers improbables

 

Les Anthologies éphémères : volume 6 : métiers improbables

Ça y est ! Les souscriptions commencent pour notre 6e recueil : youpie 🙂

130905_Anthologies.jpg

Les Anthologies éphémères regroupent des auteurs, illustrateurs, blogueurs, personnes au grand cœur. Ces personnes, sans toutes se connaître, sont réunies dans un livre dans le seul but d’aider à réaliser le rêve d’un enfant, de plusieurs enfants, malade.s.

C’est avec plaisir que j’ai une nouvelle fois participé avec un court texte mettant en scène une Souffleuse d’origami.

Nous en sommes à notre sixième livre en huit ans. Soit environ 1.370 livres vendus pour +/- 11.000 € reversés à l’association Rêves. En partenariat avec l’association française Rêves et autoédités, la vente de nos livres à déjà permis de réaliser partiellement ou totalement 7 rêves d’enfants malades. *

Alors, si vous souhaitez participer à cette belle cause, si vous habitez en Belgique, je peux regrouper les commandes afin de diminuer les frais d’envois et augmenter notre marge bénéficiaire. Chaque livre coûte, hors frais postal, 15 euros.

Répondez en commentaire ou envoyez-moi un mail pour me préciser le nombre de livres désiré. Je calculerai le prix pour un envoi postal… ou pas ! Si vous habitez Liège, une remise en main propre est même préférable 😉

Je passe commande pour la fin mai. Détails pour tout cela en message privé.

MERCI aux 108 auteurs, illustrateurs, blogueurs et toutes ces personnes au grand coeur de s’être investis, hier, aujourd’hui et demain, dans cette aventure. Les couvertures sont toujours magiques, l’illustratrice et imaginatrice de ces couvertures s’applique toujours à faire apparaître tous les noms des personnes qui ont participé à chacun des recueils, que nous soyons 50 ou plus de 100 !

MERCI à vous lecteurs qui, par votre achat de livre, participez également à la réalisation de ces rêves d’enfants.

N’hésitez pas à partager.

* plus de détails sur nos actions clic ici

 

anthologie_ephemeres_TBE

Tous nos livres sont disponibles sur The Book Edition

Polly Shulman : romans jeunesse à lire

20190416_164158

Voici trois livres que mon papa m’a offert pour me féliciter d’avoir retrouvé un autre travail si vite  😉

Des romans jeunesse, pour jeunes adolescents à partir de 10 ans je pense. Mais, pour connaître les origines des personnages et de l’univers de ces livres, je pense qu’ils ne plairont pas qu’à moi, adulte !

J’avoue que j’ai craqué simultanément sur les titres, l’illustration graphique des couvertures et des résumés.

Photos des 4ème de couverture : (clic pour voir et lire en plus grand)

Le club des fans du Monde magique de Willy Vandersteen

Le 6 avril dernier, je suis allée à la onzième assemblée générale du club francophone des passionnés de Bob et Bobette & cie.

Cela se passait dans le cadre de l’exposition Génération 80 expérience, à la gare des Guillemins, à Liège.

Comme je suis membre de ce club, j’ai reçu ma revue (très belle revue de qualité !), un ex-libris et un cadeau uniquement fabriqué à cette occasion ! Grâce à d’autres membres super gentils, j’ai même eu droit à ma dédicace de Bobette 🙂 Tout cela en photos.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans cette dernière revue, Patrick a fait un tableau avec tous les noms pour désigner les collectionneurs et collectionneuses. Il faut dire que l’univers de Bob et Bobette a développé, commercialisé des centaines, voire des milliers d’articles dérivés…

Je peux dire que je suis une bédéphile sélective. En effet, je collectionne tous les albums de Bob et Bobette, mais uniquement ceux en français et de la collection rouge. J’ai tous les titres normaux, une dizaine de hors série et près de dix gros albums qui regroupent plusieurs histoires, des jeux, infos et pub.

J’aime cette série, mais j’hésite toujours à la poursuivre depuis que les personnages ont changé, évolué et que les albums ont pris 4 cm pour être à la même taille que les BD avec leur couverture rigide. Tout ça pour dire que si je me suis amusée à faire quelques personnages en perles à repasser, que j’ai trois puzzles, un jeu de cartes, quatre jeux de société B&B, et que j’ai reçu en cadeaux des statuettes, je ne suis pas une passionnée qui collectionne absolument tout sur sa BD préférée 🙂

Je suis en admiration devant ces fans qui collectionnent de nombreux autres objets sur cette série. Quelle patience. Quel investissement. Quelles connaissances ! Quel travail. Quelle joie aussi de pouvoir admirer tous ces articles dérivés de cette collection.

En photos, ma collection des albums de Bob et Bobette… et je crois qu’une autre collection de BD va voir aussi le jour, dans un futur plus ou moins proche : les Schtroumpfs. Ces petits lutins bleus qui schtroumpfent bizarrement fait aussi partie des lectures de mon enfance qui se poursuivent à l’âge adulte et qui se transmette de génération.

Willy Vandersteen n’a pas imaginé les aventures que de Bob et Bobette. Plusieurs séries lui doivent la vie également dont Jérôme et Lassy (en photo, dont une dédicace), ainsi que le Prince Riri dont on peut voir les 4 albums en BD cartonné Bleu dans la bibliothèque, rangée du dessous ha! ha!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et quand je vous disais que j’aimais bien les Schtroumpfs… je crois que l’on peut dire aussi que je suis une ludophile (collectionneuse des jeux de cartes) voir la photo du tiroir de jeux de société que j’avais déjà posté ici.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

On dirait nous, Didier Van Cauwelaert

on-dirait-nousDeux couples. Deux générations. Une histoire.

De l’amour, de la passion, de la science naturelle et de la réincarnation.

Un beau roman qui peut ne pas plaire à tout le monde, car il y  est en effet beaucoup questions de réincarnation, de transmission des âmes.

On s’attache à ces personnages, à ces deux couples que 50 à 60 ans séparent, mais dont beaucoup d’éléments rapprochent. Il y a la musique, l’amour, et la passion pour la vie. Il y a aussi le mystère, l’incertitude, la manipulation (psychologie humaine et végétale).

Et puis il y a la mort et comment on y pense, comment on l’a vit. Et ce qu’il y a après. Et comment. Et pourquoi.

Voilà, je n’ai pas fait un résumé du livre, car on en trouve plein sur Internet. Mais en parlant de cette histoire avec mon papa, je me suis rendu compte qu’il n’était pas si « simple » d’en parler avec des personnes qui sont très, trop, terre à terre 🙂

Voilà, un livre que je recommande pour des tas de raisons et que je vais prêter avec un autre livre dont je vous ai parlé ici : le cas Noah Zimmerman 😉