Conte détourné en préparation

Premier jour de travail avec Christian Schaubroeck. Il apprend à notre petit groupe comment détourner un conte à l’hôtel Les Roses, à Libin.

La veille de ce stage d’écriture, dans le jardin, j’ai trouvé une plume de rapace. J’avais pu entendre l’oiseau crier, mais je ne l’avais point vu. C’est quand je me suis levée du transat, une heure plus tard, que je l’ai trouvée… Elle m’attendais, moi. Elle était pour moi ! Il n’y avait personne d’autre dans le jardin… J’ai su que c’était là un signe, que dans mon conte, il allait y avoir un oiseau. Pour ceux et celles qui me connaissent, ils doivent se dire que ce n’est pas extraordinaire, étant donné que j’adore observer les oiseaux, mais pour cette formation, j’avais pris une dizaine de livres et recueils de contes que j’aimais, et je n’avais encore aucune idée du conte que j’allais utiliser pour le retravailler, le réécrire.

J’avais quand même préparer une petite liste de contes que j’avais lu récemment, parmi ceux-ci, il y avait :

  • Deux tigres en colère
  • Le renard rusé
  • Les trois cochons
  • Le petite indien et l’érable
  • La reine queue
  • Le secret des bêtes
  • Le lion, la pie et la fourmi,
  • Hans, mon hérisson
  • Le tigre et le chat

De fait, il n’y a que des … animaux ! Je ne vais pas me voiler la face, je sais que j’écris mieux avec des personnages ou des quêtes où il y a des animaux.

J’ai dans la tête, depuis longtemps, de prendre un personnage secondaire ou important mais qui n’est pas le principal, d’un conte connu et de lui faire vivre une véritable aventure rien que pour lui, rien qu’à lui. Comme le lapin d’Alice au pays des merveilles par exemple, ou le crocodile « Tic Tac » de Peter Pan, etc.

Revenons à nos moutons  🙂 pour cet atelier d’écriture de conte détourné, j’ai eu dix minutes pour choisir mon conte.

10 minutes.

C’est court et long à la fois… surtout quand j’ai dû aller chercher mes livres qui étaient dans ma chambre ha! ha!

Bon, vous avez deviné lequel j’ai choisi ?

Non ? Allez, c’est simple pourtant.

J’ai parlé d’une plume…

Oui ! Bravo, j’ai en effet choisi « Le lion, la pie et la fourmi »… Qui, pour vous dire la vérité vraie, était en première position sur ma liste, mais j’ai mélangé les titres ici, pour le principe 🙂

Ce conte, je l’ai trouvé dans le livre des contes de France… livre que j’ai trouvé dans ma boîte à lire de mon quartier !! Si tout ça ne sont pas des signes… je n’y comprends rien (éclat de rires).

Bref, j’ai choisi de garder la trame générale de ce conte, en changeant les personnages et la plupart des passages.

Christian nous a donné des pistes pour commencer : faire des fiches pour les personnages et pour les lieux… moi qui ne fais JAMAIS de liste, ici, je me suis obligée à écrire toute la formation durant avec mon stylo-plume, et donc, de fait, à développer mes fiches.

Et vous savez quoi ? J’ai adoré !! Toutes les images prenaient naissances dans mon imagination, des passages, des bruits, des couleurs, des moments clés… Durant une bonne heure je crois, j’ai écouté ma petite voix me présenter mes personnages. Elle était douce ma voix, calme et à la fois excitée.

Après une nuit plutôt courte, due à la soirée prolongée passée avec le groupe bien sympathique, je me suis réveillée presque à la même heure que d’habitude : 6h15 ! soit une demi-heure plus tard que d’ordinaire. Et là, j’ai eu envie de poursuivre, de détailler mes fiches, mes personnages. Hop, grâce à mon ordinateur et au Wi-Fi, je fais des recherches sur « comment bien décrire une forêt », car c’est là qu’est l’un de mes principales faiblesses d’écriture : les détails de lieux, d’ambiance, des personnages.

Grâce à cette matinée calme, j’ai mon conte qui se forme petit à petit dans ma tête… j’ai hâte de l’écrire (sauf que mes doigts ont mal à force d’écrire avec le stylo-plume ha! ha!), les pauvres, ils n’étaient plus habitués à être si serrés pour écrire.

Une petite photo pêle-mêle avec ce début d’histoire qui me titille les doigts et qui chatouille mes oreilles, autant que ma langue… car ce conte que je vais réécrire, je vais le raconter ce week-end !

conte détourné Libin Christian 082018

Publicités

Les contes, livres et écriture

J’aime les contes et quand il s’agit de livres sur ce sujet, je ne compte pas 😉

Je vais participer à un petit stage d’écriture de contes détournés, puis un peu plus tard, je vais raconter ce conte fabriqué de toutes pièces, avec mes mots, mes envies, mon imagination dans un autre stage de contes, mais à l’oral !

Mes doigts vont d’abord travailler, puis ma voix. Mettre en bouche puis en scène sa propre histoire est quelque chose de grisant, mon conte a plusieurs vies, comme les chats.

Pour ce faire, j’ai choisi quelques livres que j’aime bien, des livres que j’ai chez moi, que j’ai lus et relus pour certains. Je n’ai pas pris tous ces livres, car cela en aurait fait un peu trop… dans ceux-ci se trouvent des contes que j’aime beaucoup !

Et puis, un petit tour à Redu, et je déniche deux autres livres de contes.

Tout ça pour m’inspirer, pour calmer mes idées, pour canaliser des images qui se bousculent dans ma petite tête.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Motérêve – jeu d’écriture

Samedi passé, je me suis réveillée sur un bien étrange rêve. Je ne vais pas vous le raconter, mais je vais plutôt vous inviter à écrire un texte à partir de ces quelques mots qui illustrent mon rêve / votre imaginaire :

Hang (instrument de musique particulier)

Chien abandonné

Vélo

Inondation

Malade

Amusez-vous bien. Je vais aussi écrire un texte depuis ces mots, en essayant que mon rêve se soit dissipé depuis (je programme cet article quelques heures après mon réveil du samedi 😅)

Livres autour de la lecture et l’écriture créative

Je grignote par-ci, par-là des petits jeux d’écriture, des conseils, des consignes dans les deux livres que voici :

L’écriture créative et ses 80 exercices de Josette Carpentier, aux éditions Eyrolles
Libérer son écriture et enrichir son style de Pascal Perrat, chez Victoires éditions.

Cliquez sur les noms des auteurs pour retrouver leur site internet/blog.

Et ceux-ci que j’ai depuis un petit bout de temps sont restés trop longtemps fermés 🙂

L’agenda du lecteur curieux, de Régine Barat (illustré par Pef), aux éditions De La Martinière
1001 activités autour du livre (ancienne édition), de Philippe Brasseur, aux éditions Casterman

Je vais tâcher de vous livrer un petit exercice choisi dans chacun de ses 4 livres.

Si vous voulez jouer avec moi, livre à bous = libre à vous  🙂  Ce serait avec plaisir de connaître votre imaginaire à partir des mêmes exercices… de le connaître et de pouvoir le partager ici sur mon blog.

A bientôt !

 

L’imagination de mon fils de 10 ans

Mon petit/grand garçon est adorable. Il a bien voulu jouer le jeu et m’écrire un texte à partir des mots que l’application sur mon téléphone m’avait proposée. Rappelez-vous, j’avais écrit un texte à propos d’une valise dans un petit bois (clic voir article).

Petite précision : mon fils n’aime pas écrire, car ses pensées vont trop vite pour ses doigts. Il a 10 ans et demi, est en avance dans certaines matières à l’école, mais accuse un retard en écriture, car pour bien écrire, il doit se concentrer et ne penser à rien d’autres, ce qui est quasi impossible pour lui.

Je lui ai demandé s’il voulait donc bien écrire un petit texte avec ces mots, en lui disant que s’il avait une idée pour une histoire et qu’il oubliait l’un ou l’autre mot, ce n’était pas bien grave, le principal, c’est d’écrire à partir de l’idée que ces mots lui soufflent…

Voici son texte (dont j’ai juste corrigé les coquilles, je n’ai ajouté ni supprimé aucun mot) et son dessin… j’attends toujours l’histoire de ma fille, mais pour ça, il faut s’armer de patience ha! ha!

« Il était une fois une tablette de chocolat qui jouait à la corde à sauter en ballerines.  Elle trouva un boomerang, une bouée et une pièce de puzzle. Puis les lança tous les trois pour voir lequel va le plus loin. »

dessin tablette choco

Mon fils fait dans les choses simples, minimalistes, c’est son style, droit, direct, clair 🙂 Même quand il explique ou raconte quelque chose, c’est bref… ça manque de détails, mais ce n’est pas ça qui compte pour lui. Tant que le résultat est là…