Anthologies éphémères 6: métiers improbables

J’ai le plaisir de participer une nouvelle fois à ce beau projet collectif : recueil de courts textes, poèmes, dessins, photos…

Cette année le thème est : « les métiers improbables ».

Je viens d’écrire mon texte et de l’envoyer à l’initiatrice des Anthologies éphémères. Le métier improbable que j’ai choisi est : souffleuse d’origami

Ce livre sera auto-édité et il sera vendu, comme tous les autres, au profit de l’association Rêves qui s’occupe de réaliser les rêves d’enfants et d’adolescents malades.

Pour voir nos réalisations, clic ici.

4anthologies

Ici les couvertures des 4 anthologies auxquelles j’ai participé

Publicités

Un jeu d’écriture en passant

Je pourrais, pour commencer cette nouvelle année blogesque, noter mes résolutions pour 2019. Je pourrais, oui…

Souvent, je me dis que je devrais être plus active sur mon blog, aller visiter le blog de ceux qui me suivent et qui laissent un commentaire chez moi, leur faire un petit coucou chez eux, poster moi-même des commentaires, etc.

Ce n’est pas parce que je ne fais pas cela, que je ne pense pas à eux… mais le temps me manque. Aussi, j’ai décidé à l’instant où j’écris ces quelques lignes, de passer chez tous mes amis qui sont référencés dans ma page « du côté de mes amis », pour lesquels j’ai créé une bannière de leur blog/site et d’y laisser un commentaire. Je le promets, je vais allez chez vous, et d’ici la fin janvier 2019, vous aurez au moins une fois ma visite commentée 🙂

Tout ceci, je le dois à un mail… En effet, ce matin, j’ai reçu un mail me disant qu’une nouvelle personne suit mon blog ! Ce n’est pas nouveau, mais allez savoir pourquoi, en allant sur le blog d’ « écrivain amateur« , j’ai eu l’idée de lui proposer un petit jeu d’écriture pour le simple fait d’inciter à écrire et à poster sur son blog. Peut-être me suis-je reconnue dans un de ses articles ? Ouvrir un blog sur une passion, c’est génial, encore faut-il trouver de chouettes idées à partager et que cela ne s’apparente pas à une « obligation ».

Je lui ai donc suggéré de participer à un petit jeu d’écriture. J’ai donné 2 mots et dit qu’il (ou elle) devait écrire 10 minutes à partir de ces 2 mots. Qu’il pouvait dresser une liste à partir de ces mots et de faire une phrase de base grâce à 5 mots piochés dans ces listes.

C’est un petit jeu facile et rapide. Cela permet de libérer l’écriture.

Que ce soit dans un cahier, avec un crayon, un stylo-plume, un stylo à bille ou comme moi, à l’ordinateur, écrire sans penser à trop de choses, juste durant 10 minutes, ça suffit parfois à relancer la machine.

La preuve avec moi qui vous écrit cette longue tartine, tout ça, pour vous dire que je vais passer chez vous et que je vais écrire maintenant durant 10 minutes à partir de ces deux mots :

ROSE  –  LUNE

rose : fleur, parfum, couleur, odeur, épine, vent, soleil

lune : astre, nuit, pleine, croissant, noir, cratère, face cachée, lune rouge, rond, nuage, système solaire, univers

Le petit prince !

Mon texte :

Le vent se levait sur la lune rose. On pouvait voir les nuages courir devant sa face ronde et pleine. Elle ne bougeait pas d’un iota. Solide. Accrochée tout là haut dans le ciel, elle illuminait la nuit d’une couleur douce et magique. Rose !

Cette couleur n’est pourtant pas rare pour la lune. La lune revêt pleins de couleurs à nos yeux d’humains. Nous la connaissons souvent grise, blanche, jaune ou même rousse. Pourtant, il paraît que sa couleur, sa véritable couleur serait la bleue !
Quant à celle qui nous intéresse aujourd’hui, la rose, elle lui colore son teint une fois toutes les sept pleines lunes.*

Dès que le disque est complètement empourpré de rose, les fleurs de lune s’ouvrent. Ces fleurs ressemblent à nos roses terriennes, sauf qu’elles sont sur la lune et qu’elles ne s’ouvrent qu’en présence de cette couleur rare et magique. On appellent ces fleurs des Roses-de-Lune, mais chez nous, elles s’appellent « cratère ». C’est moins joli, moins magique. Plus dur. Ces cratères sont visibles depuis la terre, aux jumelles, par temps dégagé. Ce que les jumelles ou même les télescopes ne montrent pas, c’est le parfum qui se dégage de ces Roses-de-Lune ! Depuis la Terre, parfois, on peut discerner un petit brouillard s’élever de ces cratères. On leur attribue un tas de propriétés, mais certainement pas celle d’un parfum !

Pourtant, cette fragrance délicate ravirait plus d’un nez. Subtile, légère et discrètement fruitée, elle est encore plus délicieuse que le parfum de nos roses terriennes.

lune rose

photo Pixabay

PS : parfois, il ne faut pas chercher de midi à quatorze heures pour comprendre d’où nous vient une idée ou un mot… LUNE et ROSE ?  Pourquoi ? Et puis, pourquoi pas ?  🙂

PS bis : pour « écrivain amateur », j’ai écrit ce petit texte en 10 minutes. Avec une pause pour réfléchir à certains mots/synonymes pour ne pas en répéter. Puis, j’ai relu, été sur le net chercher des infos sur la lune rose (j’avais en tête la lune rousse, j’ignorais que des lunes roses existaient !) et puis pour terminer, j’ai cherché une photo qui collerait à mon texte.

J’ai donc appris que la couleur originelle de la lune, serait la turquoise !

*détail inventé. Plusieurs explications existent quant à l’origine de cette appellation « lune rose ». Je retiens celle qui vient d’Amérique du Nord où une fleur particulière s’épanouit vers avril-mai… Cela dit, la fleur de lune existe…. mais pas la Rose-de-Lune  😉

Challenge Nano mi-parcours et réflexions

Nous voilà, déjà, à la mi-novembre. Le temps file, mais mes mots patinent. Au 17 novembre, j’en étais à 23.000 et des poussières, soit en-deça des 27 K que j’aurais dû atteindre à cette date.

Je viens de prendre la décision de ne pas m’auto-critiquer si je n’arrive pas au bout des 50 mille mots, car j’ai une idée bien précise de mon ouvrage une fois terminé.

À ce stade, il a presque la même quantité que mon dernier livre auto-publié « Démarrer au quart de tour », donc ce n’est déjà pas si mal. J’arrive bientôt au bout de la nouvelle que j’ai imaginée et il y a quelques jours, j’ai trouvé un superbe ouvrage pour déterminer, identifier les araignées dans mon pays : la Belgique.

En lisant l’introduction de cette nouvelle Clé de détermination photographique des principales araignées de Belgique, je suis encore plus motivée à faire aboutir ce projet docu-fiction pour essayer de faire « aimer », si pas aimer, tolérer, intéresser, ces petites bêtes à mes compatriotes. En effet, ce livre édité en 2018 est le premier qui existe pour identifier les araignées dans mon pays ! Les belges (mais pas qu’eux, j’en suis certaine) ont une peur démesurée des arachnides, un désintérêt total…

Voici des photos de couvertures de ce bel ouvrage 🙂

20181116_17135520181116_171330

Merci donc à Sébastien Renson et aux CNB (Cercles des Naturalistes de Belgique) pour ce livre aux superbes images et explications claires et simples.

Nano2018 : J1 -belle ponte

Il est cinq heures, Imaginaire, se lève. Voilà, j’ai commencé le challenge du Nano de cette année.

3804 mots en deux heures environ.

J’ai pondu une introduction un peu longue et le premier chapitre de mon nouveau livre en cours d’écriture. Un livre un peu particulier puisqu’il va être question d’un documentaire bestiaire humoristique. Autrement dit, je vais parler d’un animal, mais je vais aborder les informations sous plusieurs angles : scientifique, informatif, romancé, fictif, avec des chiffres, des dessins et des photographies. Le but n’est pas de compiler pleins d’infos sur les araignées de chez nous, mais bien de donner un nouveau regard, plus sympathique, sur ces petites bêtes qui provoquent souvent des frayeurs bien malgré elles.

Moi-même, petite et jusqu’à l’âge d’une vingtaine d’années, j’étais arachnophobe. Je ne suis pas devenue une grande amie de ces espèces à 8 pattes, mais ma curiosité, mon goût pour la photographie et pour la découverte de la nature a fait que je n’en ai plus une grande peur et que j’essaie de diminuer cette phobie chez ma fille.

J’ai été fort inspirée en ce petit matin; le compteur de mots et le programme de statistique de Nano, me dit que si je continue ainsi sur ma lancée, j’aurai atteint l’objectif des 50 K de mots (50.000) le 14 novembre !

Aujourd’hui, 1er novembre, c’est jour férié national. On fête tous les saints. A ma formation, on fait le pont, donc demain, je suis aussi en congé. Et après, c’est le week-end. J’espère pouvoir écrire un maximum durant ces 4 jours de repos afin de bien avancer dans ce projet d’écriture.

Après, je ne sais pas ce que j’en ferai de tous ces mots :

  • dodo dans mon ordinateur ?
  • livre auto-édité ?
  • proposition de partager/vérifier/corriger/adapter pour une association de protection des araignées ?

Nano2018_J1

 

Nano J-9 !

Article programmé le 23 octobre 2018

Eh oui ! Dans moins de dix jours commencera le challenge du National Novel Writing Month ! Je ne sais pas si je parviendrai à tenir 30 jours… car il s’agit bien de cela : écrire durant 30 jours, non stop, pour atteindre les 50.000 mots !

Au J-9, je n’ai pas encore préparé mon fichier, ni rien de rien, mais j’ai déjà l’idée du sujet. Je vous en avais parlé brièvement, il s’agira d’araignées ! Oui, vous avez bien lu, ces bêbêtes à 8 pattes qui me terrorisaient quand j’étais petite. Aujourd’hui, je n’en ai plus une frayeur absolue même si j’avoue que les grosses ne me laissent pas indifférentes (sans blague). Hélas, ma phobie de ces bestioles est passée à ma fille. Et c’est grâce à elle et à cette effroyable peur que j’ai eu l’idée d’écrire mon prochain Nano.

Les amis, je compte sur vous pour m’encourager à fond, car je suis déjà fatiguée avec mon emploi du temps actuel, je n’ose imaginer comment cela sera en plein moment d’écriture !! Je suis un peu folle, mais je l’assume complètement (rires).

Ci-dessous, capture d’écran de mon Nano en 2012 avec mon texte jamais relu complètement : L’atelier d’écriture virtuel. J’avais tout juste réussi à écrire 50.006 mots en un mois !

nano2012