3 mots et abracadabra, une histoire arriva ! Explications.

Voici mon texte et mes 3 mots choisis au hasard de ce qui me « parlait » le plus au moment où j’ai décidé de jouer à mon jeu 🙂

Je ne vous mets pas toute l’histoire, car elle n’est pas encore finie et elle a déjà trois pages sur libre office !

Comment est-ce que j’écris et comment les idées me viennent-elles ?

Mardi après-midi, j’ai choisi les mots : couleur, bottes et lapin. J’ai entouré ces mots dans ma liste. Le soir, j’ai commencé par écrire dans mon carnet ces trois mots et j’ai essayé d’en faire une phrase, un titre, bref quelque chose de « cohérent ». Cela m’a donné :

Les bottes du lapin coloré.
Les bottes de couleur du lapin.
Bottes perdues / décolorées.
Lapin a perdu ses couleurs, il les cherchent dans des/ses bottes.
Bottes magiques/couleurs = actions/lapin cherche ces bottes uniques.

Puis j’ai écrit ce qui me passait par la tête avec l’une de ces combinaisons :

Un lapin est devenu blanc de frayeur, il a entendu dire que des bottes spéciales pouvaient lui redonner ses couleurs = quête.
Pâle comme la mort, le père lapin ne peut compter que sur son fils cadet pour espérer retrouver ses/des couleurs et en même temps recouvrer une santé de fer.
Ce ne sera pas facile pour le petit lapin.

Puis, la vie de maman et d’épouse m’a absorbé… ce n’est qu’au moment de me coucher que j’ai eu d’autres idées que j’ai notées dans mon smartphone.
Le mercredi matin, je retranscrivais à la main les notes du téléphone dans mon carnet.

J’avais noté qui était le héros. Sa quêtes. Ses péripéties. Son ennemi. Son ami. Ses difficultés. Un objet magique ou une aide magique.

–> J’avais mon idée, mon histoire, mon fil rouge.

Avant de partir pour conduire mes enfants à l’école, je décide de prendre mes notes, mon ordinateur et mon téléphone pour aller petit-déjeuner dans un café, avant de faire les courses. No comment sur le contenu hyper-sucré que je me suis enfilée ha ! ha!

petit dejeuner inspirant

J’étais prête, motivée, j’avais des idées, je voulais vite les écrire et faire naître un début d’histoire. La voici… en partie  🙂

3 mots tirés de mes contes « souvenirs »

couleur – bottes – lapin

Il était une fois un lapin. Un papa lapin. Un père lapin tout ce qu’il y a de plus normal. Il avait treize enfants. Treize enfants nés le même jour ! Pas exceptionnel chez cette espèce animale, mais quand même remarquable, car les treize étaient en pleine santé. Tous, sauf un. Le troisième des garçons. Il était presque au milieu de toute la fratrie : le septième. Il n’était pas malade, mais il ne grandissait pas beaucoup, ne prenait que difficilement du poids. Il avait froid en été et chaud en hiver. Il n’aimait pas les jeux qui lui demandait beaucoup d’énergie. Il aimait les activités calmes, surtout celles-ci se passaient non loin de sa maman.

La vie n’était pas tous les jours un long fleuve tranquille. Treize marmots à nourrir, dont il faut s’occuper jour et nuit, nuit et jour… ça en fait un sacré boulot. Surtout pour la mère. Mais dans cette famille, le père jouait un rôle important. Il n’aidait pas dans le ménage, il n’aidait pas en cuisine. Non. Il nettoyait et faisait à manger parce qu’il aimait ça ! Tout comme s’occuper de ses enfants. Naturel. Tâches faites avec plaisir et envie.

Un jour, alors que le papa lapin travaillait au jardin, grignotant une rangée de carottes orange pour leur donner la même taille, pour pas qu’il y ait de jaloux chez ses enfants, il vit non loin de leur terrier la silhouette des oreilles du Grand Dévoreur : Maître Renard ! Vite, il recracha ce qu’il avait en bouche et poussa un formidable hurlement pour prévenir sa femme et leurs treize enfants. Quand il ne vit aucun mouvement dans le terrier, il prit peur. Vraiment peur. Très très peur ! Terrorisé à l’idée de perdre ses précieux enfants et sa chère femme, ses grandes et hautes oreilles tombèrent et il perdit toute couleur. Comprenez-moi bien, papa lapin était tout gris. Pas gris souris, mais plutôt bleu-gris. C’est d’ailleurs cette teinte particulière qui avait fait fondre le cœur de sa femme quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois dans le champ, non loin de la forêt bleue. Et là, il était devenu tout blanc, pâle comme la mort.

Papa lapin avait une voix de ténor. Vous savez cette voix grave et puissante qui peut s’entendre à des kilomètres à la ronde. Aussi, quand il a crié « au renard », le renard-même eut peur et pris ses quatre pattes à son cou pour s’enfuir en toute hâte.

Devant son terrier, papa lapin priait le dieu des lapins pour que sa femme et aucun de ses enfants ne soient là. Il dut marcher longtemps, tourner plusieurs fois dans son labyrinthe de terrier, pour trouver sa femme et sept de ses enfants dans la dernière cavité de leur terrier adoré ! C’était leur cachette en cas d’alerte. Au moindre danger, au premier cri grave et puissant du papa, ils avaient pour consigne de tout s’y cacher.

Quand papa lapin fit le compte de ses enfants et vit qu’il en manqua six, il tomba dans les pommes.

Quelques instants plus tard, une éternité pour les parents, les six enfants manquant apparurent un à un, sortant de leurs nouvelles cachettes. Inspirés par le conte du loup et des sept chevreaux, ils s’étaient dissimulés l’un derrière l’horloge, l’autre dans une armoire, un troisième dans un pouf riquiqui, une quatrième et cinquième derrière la porte de la cuisine et le dernier s’était accroché au lustre qui pendait au plafond et qui tanguait encore quand il avait bondi à terre pour rejoindre ses frères et sœurs.

Heureuse que tout le monde soit saint et sauf, maman lapin gronda gentiment les six petits qui s’étaient – mal – cachés puis embrassa chacun de ses treize enfants.

Malgré l’heureuse fin de cette mésaventure, cela ne rendit pas la couleur à leur papa et époux.

Blanc comme neige, il ne pouvait plus sortir en plein jour sans risquer une insolation. Même la nuit lui était interdit, car clair comme ça, il se ferait vite repérer par le Grand Dévoreur, renard, loup ou chasseur.

Depuis ce jour, papa loup déprima. Il était triste et malheureux comme les pierres.

Son épouse ne pouvait rien pour lui. Il rêvait sans cesse de retrouver sa couleur et de pouvoir sortir au grand jour, prendre l’air frais du matin, patauger les pattes dans une flaque de pluie revigorante, creuser la terre et cueillir les légumes pour toute sa famille.

Le temps passa. Les enfants grandirent. Tous sauf un. Le troisième garçon, le septième arrivé. Il resta plus longtemps près de son papa, car cela lui faisait beaucoup de peine de le voir sans énergie, presque sans vie.

(…) à suivre  (clic)


Bon, au départ, je voulais faire un court texte, et pas spécialement un conte. Oui, mais voilà, je suis plongée dans cet univers jusqu’au cou… c’est venu presque naturellement.

Les ingrédients pour faire un conte :

  • une situation initiale
  • un imprévu, une rupture
  • une quête, un but à atteindre
  • des péripéties
  • situation finale en lien avec celle de départ bien sûr

Les personnages et matériel pour un conte

  • un héros
  • un ami du héros qui va l’aider
  • un méchant
  • un objet magique (ou pas, tout dépend du style du conte)

Ce n’est pas que ça, il faut plusieurs autres petites choses, mais en gros, si vous avez déjà tout ça, votre histoire peut rentrer dans le thème du conte.

Un texte à partir d’un titre de conte

Quand je vous disais que je jouais le jeu chez moi en préambule du challenge « contes virtuels », ce n’étaient pas des paroles en l’air 😉

En 15 minutes, j’ai dressé ma petite liste de titres de contes dont je me souvenais facilement. À côté de chacun d’eux, j’ai mis trois, quatre ou cinq mots.

La voici.

Si je devais choisir mon préféré, ce serait Le vilain petit canard.

Je voulais vous écrire que mon préféré était Le loup et les 7 chevreaux, mais je me rends compte avec horreur que je ne l’ai pas noté 😱 Souvenez-vous, j’ai d’ailleurs écrit « Montrer pattes blanches« , une petite histoire qui mélange conte et expression

Et en y repensant, j’en ai oublié bien d’autres ! Mais ceux-ci ont été les premiers à resurgir de ma mémoire.

Je vous propose de prendre le mot « préféré » de 3 titres de contes que vous avez noté et d’ecrire un petit texte dessus. Pour vous aider à démarrer, vous pouvez faire une phrase avec ces mots et commencer à partir de celle-ci.

Je joue à ce petit jeu, considérez cela comme un échauffement, un entraînement, demain matin.

Amusez-vous bien.

Les 3 petits cochons et le chat botté

Pour ma formation contes avec Chantal, voici l’histoire que j’ai choisie pour la conter oralement : les 3 petits cochons et le chat botté.

Cette histoire, à l’origine, a été écrite à l’occasion de l’atelier d’écriture Tisser les mots.

Vous pouvez la retrouver dans mon dernier recueil auto-publié : Démarrer au quart de tour.

Je vais la retravailler légèrement afin qu’elle corresponde mieux avec ce que je souhaite transmettre aujourd’hui, à l’occasion de cette formation :

  • l’univers d’une salade de contes (héros/ennemis//situation initiale/péripéties/élément déclencheur/dénouement…)
  • l’abandon de chats
  • l’alimentation d’aujourd’hui
  • les expressions

Les 3 petits cochons et le chat botté

Il était une fois une fée marraine hyperactive qui souffrait d’hyperacousie et d’impatience, on la disait faribolistique. On lui avait confié la garde des 3 petites cochonnes qui s’appelaient Lala, Lili et Lali.

D’expérience, la fée marraine savait que les élever ne serait pas une tâche facile, elle ne se souvenait que trop bien de leurs cousins, les 3 petits cochons : Nif Nif, Naf Naf et Nouf Nouf.

Dynamique comme elle était, elle avait réussi, à force de persévérance, à ce que l’un des trois finisse architecte maçon et influence les autres. Elle avait donc cru qu’elle y arriverait chez ces demoiselles et avait poursuivit ses efforts en se concentrant sur l’éducation de l’aînée qui semblait la plus intelligente, la plus posée et la plus débrouillarde.

Mais les années passant, la fée marraine vieillissant, elle devenait plus sensible au bruit et sa patience fondait comme neige au soleil.

Un jour, Lala et Lili se disputaient en poussant des grognements aigus de petit cochon qu’on égorge. Elles n’étaient pas d’accord sur la façon d’habiller la cadette, Lali, et celle-ci était prise à partie par l’une, puis par l’autre. Et c’est au moment où la salopette rose avec des paillettes mauves se déchira que Lali se mit à pleurer comme une fontaine et que la fée marraine explosa.

— Je n’en peux plus de vos disputes, de vos cris, de vos jérémiades, de votre comportement de vilaines petites cochonnes !

Les mots éclataient dans l’air, grondant, menaçant, et fouettant les oreilles des 3 petites sœurs. La marraine joua de sa baguette magique et en un tour d’étincelles et de poudre magique volante, elle se retrouva au milieu de la forêt bleue[1] avec les 3 petites cochonnes sous les bras.

HOP ! Elle les jeta à terre, lança un tourbillon de feuilles mortes et disparu aussi vite qu’elle était venue.

Dans la forêt bleue, un silence noir s’abattit sur les 3 petites créatures roses. Plus un cri ne perça, plus une larme ne roula. Lali renifla comme seuls les petits cochons savent si bien le faire et osa un timide « où sommes-nous ? »

Lala, l’aînée réfléchit très vite et lui répondit :

— Nous sommes dans la forêt bleue, en Belgique, la forêt la plus étrange qu’il soit où les arbres sont bleus.

— En quoi est-ce qu’elle est bizarre cette forêt ? demanda Lili.

— Les arbres se ressemblent tous ; en journée, ils se confondent avec le bleu du ciel et la nuit, le noir les engloutis, expliqua Lala d’une voix mystérieuse et envoûtante.

— Ma… Ma… Marraine nous a… a… abandonnées ! pleurnicha Lali.

Nous sommes dans l’après-midi. Le ciel est d’un bleu chaleureux, et les arbres, en tenue de camouflage, sont parsemés de petites taches blanches ressemblant à des nuages de beau temps. De fait, ils se ressemblent tous ; certains sont un peu plus petits ou un peu plus gros que d’autres, mais aucun n’a de caractéristique particulière.

C’est pour cette raison que ceux qui pénètrent, de gré ou de force, dans cette forêt, n’en ressortent que très rarement. Ils s’y perdent et par épuisement, par défaite, ils décident de s’installer dans cette forêt pour l’éternité.

Nos 3 petites cochonnes ne savent pas que le peuple de cette forêt est condamné à ne jamais sortir du couvert de ces arbres. Lala s’en doute, mais elle ne veut pas faire peur à ses sœurs et se tait donc. Lili réfléchit à sa nouvelle situation et commence à ramasser tout ce qu’elle trouve à terre pour marquer son chemin. Quant à Lali, son groin coulant de morve, c’est comme si le monde s’écroulait sous ses pattes. Elle n’aime pas cette forêt, elle est fatiguée et elle veut rentrer à la maison.

Cinq minutes s’écoulent avant qu’un nouveau malentendu n’éclate entre les frangines. Chacune se rejetant la faute, accusant l’autre d’avoir crié trop fort et d’avoir provoqué la colère de la fée marraine.

Tout à coup, attirée par les cris et les grognements, une petite créature presque toute de noir vêtue, fait son apparition : c’est un chat, pas très grand ni très gros. Il se déplace sur ses deux pattes arrière et les interrompt :

— Excusez-moi mesdemoiselles, auriez-vous vu mon autre botte ? Mon maître m’a pris pour un chien quand il l’a lancée pour que j’aille la chercher… enfin, je crois, ces derniers temps, il avait l’air d’en avoir marre que je traîne entre ses pattes. Enfin bref, je ne vais pas vous raconter toute ma vie, il paraît que je suis trop bavard… Avez-vous donc aperçu une botte comme celle-ci ? dit-il en montrant celle qui lui restait.

À la vue de ce petit chat, trop mignon, trop bavard, on entendit d’une seule et même voix :

— Oooh ! Il est trop chou.

Et sans lui laisser le temps de comprendre, les 3 sœurs se jettent sur le chat, le prennent dans leurs bras, le caressent, lui donnent des bisous tout doux. Il en perd sa deuxième botte et sa voix. Finalement, ce n’est pas si mal de se faire dorloter par ces filles… il en oublie vite la raison de sa venue et se laisse choyer tout le reste de l’après-midi.

Pour une fois que Lala, Lili et Lali sont d’accord sur une chose, personne n’oserait interrompre cet élan d’affection et cette solidarité fraternelle.

Arrive le soir. Les ventres crient famine. Les petites cochonnes se décident de bouger leur popotin pour chercher à manger. Emmitouflé dans les vêtements que les filles ont assemblés rien que pour lui, le chat botté, qui n’est plus chaussé, attend patiemment qu’on vienne lui apporter à manger. C’est qu’il aime se faire servir le coquin !

Lala, Lili et Lali partent dans trois directions diffé­rentes.

Aie aie aie, elles se perdent rapidement et ne retrouvent plus leur chemin !

Trois heures passent quand le chat, affamé, décide lui aussi de bouger un peu son derrière. Il parle, parle, parle… tout seul. Il miaule, miaule, miaule, toujours tout seul. On ne voit pas très bien ce qu’il fait, mais il fait quelque chose. En grattant le sol, il miaule encore et toujours. Puis, après avoir creusé et retourné la terre sur un bon morceau de terrain, il regarde derrière lui, puis à gauche, enfin à droite. Il n’y avait personne. Rassuré, il lève la patte et se soulage. Il fait pipi ! Partout ! C’est qu’il en a une grande vessie à vider. Une fois son besoin terminé, il se réinstalle au centre de son nouveau territoire et patiente. Il ne doit pas attendre bien longtemps, car très vite, quelque chose pousse de la terre. Partout où il a gratté (et pissé), un mur se dresse ! Et, étrangement, un parfum épicé (é-pissé) envahit la forêt.

Au même instant, une note de musique perce le silence relatif de la forêt à moitié endormie. Les habitants habitués savent ce que cette mélodie signifie : le grand méchant loup va à la pêche au cochon. Tel un magicien, le loup souffle dans sa flûte enchantée. Attirées par la musique envoûtante tel un moustique par le sang, les 3 petites cochonnes, perdues, marchent dans la même direction : celle du loup ! Mais, mais… le loup s’arrête tout à coup de souffler dans son instrument. Il a senti une odeur bien meilleure que celle des 3 petites sœurs. Une odeur qui lui fait baver, légèrement épicée, légèrement sucrée ; ça fait si longtemps qu’il n’a plus goûté à une telle gourmandise. Il marche un peu, renifle, puis siffle dans la flûte. Il marche, renifle, siffle. Il renouvelle cette combinaison quinze minutes durant. Puis, il s’arrête définitivement. Les 3 petites cochonnes aussi. Sans le faire exprès, il a ramené les sœurs tout près de leur ami botté. Et ce qu’il voit, ce que les filles voient, est ahurissant. Devant cette petite troupe étrange se dresse un véritable château en pain d’épices !

Lala, qui n’en revient pas, est la première à retrouver la parole :

— Mais, tu es un magicien ? Tu aurais pu nous dire que tu savais faire pousser de la nourriture, cela nous aurait évité de nous perdre en pleine forêt, rouspète-t-elle l’estomac dans les talons.

Le chat a perdu sa langue, il ne répond pas, car derrière Lala, Lili et Lali, le grand méchant loup se lèche les babines. Le chat se serait bien caché sous sa cape d’invisibilité, mais il l’a prêtée la semaine dernière à Riz Pot’Heure (lire à voix haute). Alors, il pointe le loup avec une griffe tremblante et marche à reculons s’enfermer dans son abri délicieux.

Face à face, le loup ne mâche pas ses mots envers les petites cochonnes :

— Le deal est simple. Vos vies sauves à toutes les trois contre le pont en pain d’épices et ses chaînes en sucette.

— Pardon ? Osa demander Lili. Vous nous délaissez pour du sucre ? C’est du délire !

Le loup, un peu rouge de honte, avoue :

— Oui, je préfère les friandises à la viande.

— Par mes moustaches, j’ai tout entendu ! Bien sûr que je lui offre volontiers le pont, s’il vous laisse saines et sauves. J’ai besoin de vous, mesdemoiselles, j’ai un ronron dans la gorge qui veut sortir. Et puis, j’ai plein d’histoires à vous raconter.

[1] Forêt bleue : elle existe bel et bien ! Elle s’appelle plutôt le Bois de Hal, il se situe en Belgique, à 30 minutes de Bruxelles. Entre le printemps et l’été, le sol se couvre de jacinthes sauvages, donnant le nom féerique de forêt bleue.

Une de mes histoires à travailler à l’oral

Pour ma formation Contes, avec Chantal Devillez, je vais choisir de travailler sur une histoire que j’ai écrite : choix difficile 🤔
J’hésite entre 9 petites histoires 😁
• Scar l’escargot
• Il est né le… terrible enfant !
• une histoire de lapin
• Les 3 petits cochons et le chat botté
• L’ours colère
• Neige de feu (plus long)
• Mettre les points sur les i
• J’aurais voulu être un oiseau
• Julie lit la pâtisserie

Une histoire sur un animal, sur un enfant, sur une émotion, sur un rêve ? Un mélange de contes ? Une expression imagée façon Cécile ?

Mais d’ici là, une fois mon choix arrêté, je pense aussi que je vais retravailler un peu le texte afin qu’il soit plus fluide pour l’oral 😊

Si vous avez lu l’un de mes livres, quelle histoire parmi ma petite liste vous a touchée le plus ?

Bonne semaine automnale.☔🌬

Double lune, viser la lune, photo et expression

Le premier soir du mois de mars 2018, j’ai fait une photo de la lune, belle, pleine, d’allure « jaune », brillante. Clic, instant immortalisé. Bzzzz passage dans mon ordinateur. Renommer, classer, enregistrer et… la voilà au côté d’une autre lune, à 1 an moins 10 jours moins 1 heure moins 11 minutes près  🙂

lunes mars 2017 et 2018

Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit toujours dans les étoiles.
(Oscar Wilde)

La rêverie est le clair de lune de la pensée.
(Jules Renard)