Le club des fans du Monde magique de Willy Vandersteen

Le 6 avril dernier, je suis allée à la onzième assemblée générale du club francophone des passionnés de Bob et Bobette & cie.

Cela se passait dans le cadre de l’exposition Génération 80 expérience, à la gare des Guillemins, à Liège.

Comme je suis membre de ce club, j’ai reçu ma revue (très belle revue de qualité !), un ex-libris et un cadeau uniquement fabriqué à cette occasion ! Grâce à d’autres membres super gentils, j’ai même eu droit à ma dédicace de Bobette 🙂 Tout cela en photos.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans cette dernière revue, Patrick a fait un tableau avec tous les noms pour désigner les collectionneurs et collectionneuses. Il faut dire que l’univers de Bob et Bobette a développé, commercialisé des centaines, voire des milliers d’articles dérivés…

Je peux dire que je suis une bédéphile sélective. En effet, je collectionne tous les albums de Bob et Bobette, mais uniquement ceux en français et de la collection rouge. J’ai tous les titres normaux, une dizaine de hors série et près de dix gros albums qui regroupent plusieurs histoires, des jeux, infos et pub.

J’aime cette série, mais j’hésite toujours à la poursuivre depuis que les personnages ont changé, évolué et que les albums ont pris 4 cm pour être à la même taille que les BD avec leur couverture rigide. Tout ça pour dire que si je me suis amusée à faire quelques personnages en perles à repasser, que j’ai trois puzzles, un jeu de cartes, quatre jeux de société B&B, et que j’ai reçu en cadeaux des statuettes, je ne suis pas une passionnée qui collectionne absolument tout sur sa BD préférée 🙂

Je suis en admiration devant ces fans qui collectionnent de nombreux autres objets sur cette série. Quelle patience. Quel investissement. Quelles connaissances ! Quel travail. Quelle joie aussi de pouvoir admirer tous ces articles dérivés de cette collection.

En photos, ma collection des albums de Bob et Bobette… et je crois qu’une autre collection de BD va voir aussi le jour, dans un futur plus ou moins proche : les Schtroumpfs. Ces petits lutins bleus qui schtroumpfent bizarrement fait aussi partie des lectures de mon enfance qui se poursuivent à l’âge adulte et qui se transmette de génération.

Willy Vandersteen n’a pas imaginé les aventures que de Bob et Bobette. Plusieurs séries lui doivent la vie également dont Jérôme et Lassy (en photo, dont une dédicace), ainsi que le Prince Riri dont on peut voir les 4 albums en BD cartonné Bleu dans la bibliothèque, rangée du dessous ha! ha!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et quand je vous disais que j’aimais bien les Schtroumpfs… je crois que l’on peut dire aussi que je suis une ludophile (collectionneuse des jeux de cartes) voir la photo du tiroir de jeux de société que j’avais déjà posté ici.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Fourche-langue ou vire-langue késako

J’adore les jeux de mots, comme les jeux de langage, les expressions, etc.

Durant ma formation « éducation et communication pour la santé », j’ai fort apprécié une animation avec pleins de vire-langues.

Mais qu’est-ce qu’un vire-langue, fourche-langue ou casse-langue ?
C’est une phrase ou groupe de phrases qu’il faut dire à voix haute sans se tordre la langue (ni la mordre). C’est un exercice ludique de prononciation et de compréhension orale. On peut dire que cet exercice est un trompe-oreilles, car quand on parvient à dire d’une traite toute la phrase, sans se tromper, et assez rapidement, on pourrait croire qu’il s’agit là d’une langue étrangère.

Lors de cette animation, en formation, le groupe était partagé en deux équipes pour le challenge. En file indienne, la première personne de chaque file allait au tableau pendant que la seconde lui dictait à voix haute des phrases difficiles où notre langue faisait plein de nœuds tellement c’était… marrant !

En voici quelques-unes bien connues :

  • Le riz tentant tenta le rat, le rat tenté tâta le riz tentant.
  • Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archi-sèches ?
  • Si ton tonton, tond ton tonton, ton tonton sera tondu.
  • Un chasseur chassant sans son chien de chasse est un chasseur qui chasse bien.
  • Petit pot de beurre, quand te dé-petit-pot-de-beurreras-tu ? Je me dé-petit-pot-de-beurrerai quand tous les autres petits pots de beurre se dé-petit-pot-de-beurreront.

Et il y en a beaucoup d’autres. Entre-autres, les papous à poux et les papas pas à poux. Ou encore les six cents cyprès.

J’aime beaucoup le « je veux et j’exige d’exquises excuses du juge. Du juge, je veux et j’exige d’exquises excuses ».

Je pense aussi que je vous avais déjà parlé de « la pie niche haut et l’oie niche bas ». Je l’apprécie bien sûr d’autant plus que c’est un casse-langue spécial oiseau ha! ha!

Et il y a dans ces vire-langues, des variantes… bon amusement !

Vous pouvez en retrouver sur internet ou bien ici, un fichier à télécharger rien que pour s’amuser !

quatre coqs coquets_pef_virelangue

Chez moi, j’ai un livre illustré par PEF et imaginé par Jean-Hugues Malineau : Quatre coqs coquets, le grand livre des virelangues. Paru aux éditions Albin Michel Jeunesse.

Challenge Nano mi-parcours et réflexions

Nous voilà, déjà, à la mi-novembre. Le temps file, mais mes mots patinent. Au 17 novembre, j’en étais à 23.000 et des poussières, soit en-deça des 27 K que j’aurais dû atteindre à cette date.

Je viens de prendre la décision de ne pas m’auto-critiquer si je n’arrive pas au bout des 50 mille mots, car j’ai une idée bien précise de mon ouvrage une fois terminé.

À ce stade, il a presque la même quantité que mon dernier livre auto-publié « Démarrer au quart de tour », donc ce n’est déjà pas si mal. J’arrive bientôt au bout de la nouvelle que j’ai imaginée et il y a quelques jours, j’ai trouvé un superbe ouvrage pour déterminer, identifier les araignées dans mon pays : la Belgique.

En lisant l’introduction de cette nouvelle Clé de détermination photographique des principales araignées de Belgique, je suis encore plus motivée à faire aboutir ce projet docu-fiction pour essayer de faire « aimer », si pas aimer, tolérer, intéresser, ces petites bêtes à mes compatriotes. En effet, ce livre édité en 2018 est le premier qui existe pour identifier les araignées dans mon pays ! Les belges (mais pas qu’eux, j’en suis certaine) ont une peur démesurée des arachnides, un désintérêt total…

Voici des photos de couvertures de ce bel ouvrage 🙂

20181116_17135520181116_171330

Merci donc à Sébastien Renson et aux CNB (Cercles des Naturalistes de Belgique) pour ce livre aux superbes images et explications claires et simples.

Une de mes histoires à travailler à l’oral

Pour ma formation Contes, avec Chantal Devillez, je vais choisir de travailler sur une histoire que j’ai écrite : choix difficile 🤔
J’hésite entre 9 petites histoires 😁
• Scar l’escargot
• Il est né le… terrible enfant !
• une histoire de lapin
• Les 3 petits cochons et le chat botté
• L’ours colère
• Neige de feu (plus long)
• Mettre les points sur les i
• J’aurais voulu être un oiseau
• Julie lit la pâtisserie

Une histoire sur un animal, sur un enfant, sur une émotion, sur un rêve ? Un mélange de contes ? Une expression imagée façon Cécile ?

Mais d’ici là, une fois mon choix arrêté, je pense aussi que je vais retravailler un peu le texte afin qu’il soit plus fluide pour l’oral 😊

Si vous avez lu l’un de mes livres, quelle histoire parmi ma petite liste vous a touchée le plus ?

Bonne semaine automnale.☔🌬

2 résumés de romans jeunesse avec de la magie

Comme je vous en parlais avant le week-end, voici les 4ème de couverture des deux livres que je lis à voix haute à mes enfants :

Lucas et les machines extraordinaires, de Lissa Evans

Lucas et les machines extraordinairesLucas Hutin n’est pas content. Ses parents ont décidé de déménager sans lui demander son avis. Le voici errant dans les rues de Beeton, berceau de la famille paternelle. Au cours d’une promenade, il apprend l’existence de son grand-oncle Tony, un magicien disparu dans des circonstances mystérieuses, pendant la Seconde Guerre mondiale. Lucas retrouve également une tirelire que Tony avait remise à son père avant de disparaître. En la manipulant, il actionne un mécanisme et découvre un double-fond, qui contient un message…

Le pays des contes, l’éveil du dragon (tome 3), de Chris Colfer

pays des contes, tome 3, éveil du dragonDepuis que la brèche entre les univers a été refermée, les jumeaux Alex et Conner vivent séparés. Lorsque ce dernier découvre qu’une menace séculaire pèse sur le Pays des contes, il se lance dans une quête périlleuse pour trouver le portail qui lui permettra de rejoindre ses amis.
Mais le danger que craignais Conner s’avère pire que prévu : une armée piégée depuis près de deux siècles est soudain libérée. Et avec elle, la seule chose capable de détruire le Pays des contes : le dernier œuf de dragon.

Photo mystère, ça fait longtemps

Me revoilà avec une photo de couverture de livre, une photo « mystère ».

C’est mon livre de chevet du moment… J’en ai déjà lu un de cette autrice (en parlant d’accord, j’ai toujours mis auteure au féminin, mais si je me réfère à un autre nom masculin se terminant par « eur », comme facteur et acteur, je dois dire autrice comme factrice. Je crois que l’on peut dire une auteure, comme une autrice, et vous qu’en dites-vous ?).

Pour faire un clin d’œil à une amie, je dirais que Régine, tu ne peux pas participer à ce petit jeu (rire), ce serait trop facile pour toi ha!ha!

Et pour vous donner sur un indice, sachez que les petits rongeurs en couverture devraient normalement être des hamsters et non ces cobayes (ou cochon d’Inde)

Donc nous avons cette photo de couverture de livre…

photo mystere avril 18

Et nous devrions plutôt avoir plusieurs de cette mini boule de poils (merci Pixabay)

hamster-690108_1920

Si vous ne voyez pas de différence et que vous avez toujours pensé que ces bestiaux étaient les mêmes… clic ici 😉