Baba Yaga

Baba Yaga, sorcière de son état, m’a inspiré un conte.

Pour ce 12è jour de Nanowrimo, Ondine la petite orpheline qui vit dans la lande de Mehagne, va affronter l’une des trois sœurs Baba Yaga.

Ondine a sept ans et elle vit depuis sept mois dans ce petit bois. Grâce à sa ruse, elle va retourner la situation à son avantage. Devant sa cabane, elle n’a pas de grille dont les portes grincent et mordent, elle n’a pas de chat qui griffe les yeux des enfants ni des bouleaux qui fouettent les victimes. Non, de tout ça, elle n’a rien. Mais elle a d’autres pièges, des alliés, des amis.

Le fait qu’elle ressemble à Blanche-neige avec ses cheveux noirs et sa peau blanche n’est que pure coïncidence.

Je suis pour le moment toujours dans le détournement de contes existant.

Bientôt, avec des cartes et des dés, mon propre conte je vais inventer.

Signes et autres coïncidences sur mon Nano et les contes

Ce matin, il était très tôt quand j’ai écrit pour le Nanowrimo.

Comme hier, quand j’ai eu fini d’écrire, j’étais heureuse, car en deux heures, j’ai pu écrire un conte et celui-ci me plaît beaucoup.

Dans les jeux d’écriture et propositions d’écriture lues dans le livre « écrire des contes, 200 propositions d’écriture » de Mireille Pochard, j’ai fait mon choix.

J’ai composé en octobre le menu de contes que je voulais écrire, imaginer, transformer…

Ce jour, à ce menu, c’était :

Trouver une autre fin pour la chèvre de Monsieur Seguin. Parce ce que oui, j’aime les fins qui finissent bien et ici, Blanquette meurt dévorée par le loup.

Dans ma propre histoire, ma fin, mon conte, Blanquette ne meurt pas. Non ! Et le loup non plus d’ailleurs…

Grâce à mon petit week-end de formation sur les contes, j’ai eu de quoi travailler sur cette belle et triste histoire.

Et quand ce matin, je vois ce livre dans une brocante près de chez moi, je n’ai pas hésité une seule seconde à l’acheter. C’etait un signe pour moi.

J’adore trouver des albums sur des contes avec de magnifiques illustrations.

Alphonse Daudet présente La chèvre de Monsieur Seguin. Les aquarelles sont de Janicotte. Livre publié aux éditions Casterman, en Belgique, en 1966.

Sérendipité avec deux livres

Le week-end dernier, lors de la première partie de ma formation sur l’art du conte, j’ai appris un mot de vocabulaire jamais entendu : sérendipité.

La sérendipité est le fait de trouver quelque chose tout à fait par hasard alors qu’on cherchait autre chose.

J’ai donc trouvé ces deux livres tout à fait par hasard. J’étais dans un magasin de seconde main (voir troisième main) avec mon papa. Il cherchait une souris sans fil. Derrière le rayon en question, deux meubles remplis de livres… bien sûr, je suis toujours attirée par les livres, qu’ils soient neufs ou d’occasion, que je flâne dans une bibliothèque, chez un bouquiniste ou dans une librairie. Il y avait pourtant là pas mal de livres quand même : des romans, des bandes dessinées, des mangas, des documentaires. Et mon regard est tombé rapidement sur ces deux livres-ci. Pour 90 cents pour l’un et pour 1,90 euro pour l’autre, je n’ai pas hésité 🙂

J’ai un petit livre sur les fables de La Fontaine. En voici un plus grand, plus coloré. Vraiment plus grand, avec de belles illustrations.

Ce livre de Claudie Gallay, je ne l’ai pas encore lu. Et le résumé m’emballe ! Me parle. M’attire. Me donne envie…

Livres conseils pour écrire des contes

Pour les ateliers Nano Contes que je vais mettre en place, je serai épaulée par deux livres, mes guides, mes conseillers en matière d’écriture de contes :

« J’écris des nouvelles et des contes », par Louis Timbal-Duclaux (1999) et « Écrivez un roman en 30 jours, pas de panique, grâce au Nanowrimo », par Chris Baty (2014).

20190907_100053

Si j’ai eu l’idée de ces ateliers, je n’en serai pas l’unique animatrice ! Grâce à votre présence, vos idées, votre énergie, vos expériences, vos partages, vos conseils, ces ateliers se développeront grâce à cette synergie commune ! Et puis, si nous sommes nombreux, nombreuses, il faudra trouver un local plus grand que mon salon ha! ha!

J’ai déjà eu l’occasion de participer à des ateliers d’écriture sur le conte avec Chantal Devillez, Christian Schaubroeck et Nadège Guillaume, et j’apprends à conter avec Chantal Devillez et bientôt avec Stéphane Van Hoecke. Avec tout ça, je précise que je ne suis pas une professionnelle ni de l’une ni de l’autre activité. J’écris, je lis, je conte, par plaisir, parce que j’aime, mais que je ne veux pas en faire une source de revenu 🙂

Et comme avec les années qui passent, j’ai de plus en plus de mal à écrire seule chez moi (enfin, seule, c’est tout relatif, je suis entourée de mes deux enfants, de mon compagnon et de nos trois chats !), j’essaie de participer à des ateliers ou de mettre en place des rencontres qui me permettent de partager ces mêmes loisirs.

Bientôt, je mettrai en ligne le programme de ces 5 rencontres Nano Contes. Il y aura 4 soirées en semaine (probablement le mardi soir de 19h à 22h) et un samedi ou dimanche après-midi.

Il faudra aussi prévoir 5 autres rencontres pour corriger, améliorer nos contes, les préparer en lecture à voix haute ou apprendre à les conter. Et puis, surtout, il faudra prévoir une date où nous inviterons tous nos amis et nos amies (et notre famille) à venir nous écouter. On pourrait même prévoir une auto-publication du recueil si cela vous tente.

Bref, voilà mes idées en vrac… si vous en avez aussi, n’hésitez pas à commenter cet article ou à m’envoyer un mail ou réagir sur FB ou Insta 😉

Nanowrimo 2019, spécial contes

Dans 50 jours environ, le challenge Nanowrimo va commencer.

Cette année, j’ai envie de lancer un atelier Nano à Liège sur ce petit concours qui réunit virtuellement ou réellement tous les amoureux des mots.

Un atelier spécial, car je cherche précisément 4 personnes (ou 9) pour aller jusqu’au bout de mon idée.

Personnellement, j’aime écrire bien sûr, mais mon style est plutôt dirigé vers les nouvelles et les contes.

Je vous propose de créer, d’écrire, de réaliser, ensemble, 10 contes de 5.000 mots chacun. Tout cela pour arriver bien sur au challenge des 50.000 mots en un seul mois.

C’est la raison pour laquelle je cherche 4 ou 9 personnes. 4 pour que chacun de nous (avec moi on serait 5) puissions écrire deux contes de 5.000 mots ou 9 personnes pour un seul conte.

L’objectif final serait de lire nos contes ! Oui, soit à voix haute, en lisant, soit en contant oralement sans support écrit. Peu importe si au bout du conte il n’y a pas le compte des 5.000 mots, le but est d’utiliser ce challenge pour booster notre créativité autour des contes.

Et bien sûr, on ne serait pas obligé de lire notre propre conte si on n’en a pas envie !

Le principal est de nous retrouver autour de ce thème, de s’amuser, de créer, d’écrire, de lire, de raconter, de conter et surtout de partager !

Le challenge existe pour nous inviter à booster notre écriture et notre créativité. Le thème reste libre, et on peut sans problème détourner un conte connu.

Il y aurait 5 rencontres étalées sur le mois de novembre pour l’écriture (4 le soir, en semaine, et 1 durant un week-end).

+ 5 autres pour corriger, lire, mettre en bouche notre conte, nos contes… plus tard. Décembre ou janvier ou février…

J’imagine cela sur Liège, Chaudfontaine et environs. En fonction du nombre de personnes intéressées, je demanderais de faire ça ailleurs que chez moi…

Alors, vous êtes partant ?

Contactez-moi !