Quand la lecture guide nos choix et nos actions

En mars 2018, j’écrivais un article en disant que j’avais trouvé l’idée d’un projet professionnel en me remémorant des souvenirs de baby-sitting.

En avril 2019, suite à la lecture de cet article ci-dessous, je reviens sur ces souvenirs, car en une année, bien des choses se sont passées chez moi, et je suis revenue aux sources de ma profession : secrétaire médicale.

Ce n’est pas avec regret ou tristesse que je me rends compte que je papillonne sur des projets et que j’en abandonne certains. Je vis et j’avance grâce à des projets. Que tous ne se réalisent pas ne me posent pas un problème étant donné que j’apprends en chemin et que je réajuste mes idées, mes envies. Je progresse à ma manière.

L’article qui m’a fait réagir ainsi, c’est celui-ci (plus bas, après tout mon bavardage !). Avec l’accord de l’auteure, Nilay Inmeler, je vous copie le début de son article à elle.  Vous pourrez allez le lire dans son intégralité sur son site « Elles ont osé entreprendre« . Ce qui est marrant, c’est que son article parle d’une autre personne, une liégeoise, une voisine !

Cette liégeoise a sans doute mon âge, ou peut-être trois ou quatre ans de moins que moi. Elle a mis sur pied des ateliers d’écriture et un club de lecture : Le mot qui délivre. Dans tous les services qu’elle propose, je retrouve exactement tout ce que je souhaitais mettre en place.

Comme je le disais à des amies, ce n’est pas de la jalousie ici, mais de l’admiration. Et du respect. Et un peu d’envie de cette volonté d’oser, de se lancer, d’y arriver.

C’est donc en ce dimanche matin, en lisant cet article et en allant découvrir tous les services d’Éloïse que j’ai décidé de ne plus m’attarder dans mon projet d’ateliers d’écriture créative, car en parcourant sa page facebook, j’ai plutôt envie de l’encourager à vivre de son travail plutôt que d’être une potentielle concurrente (rires).

Une phrase de cette jeune momentrepreneuse dans l’article:

« …puis j’ai lu un article qui disait « repensez à ce qui vous rendait heureuse quand vous étiez plus jeune », « rappelez-vous des moments où vous avez été fière de vous », « que faisiez-vous tout le temps, enfant ? ». Le déclic s’est fait… »

Et voilà, elle a eu le déclic en lisant un article. Tout comme moi j’ai eu un déclic quand j’ai lu cet article qui parle d’elle (c’est fort quand même !).

J’aime un tas d’activités, mais j’ai toujours fait les choses qui me passionnaient, de manière désintéressée. Bénévolement. Je n’ai pas du tout l’âme d’une entrepreneuse, encore moins d’une autoentrepreneuse. Mais je suis une excellente assistante et je m’épanouis en trouvant le juste équilibre entre un travail qui me plaît vraiment et une activité bénévole dans laquelle je peux aussi progresser, selon mes envies et mon temps libre, sans contrainte d’argent.

J’admire toutes ces personnes qui vont jusqu’au bout de leurs idées et qui parviennent à déplacer des montagnes pour vivre de leur passion. J’aime aider à déplacer des montagnes. Pas les miennes, mais celles des autres 😉

Voici enfin l’article de Nilay que je remercie au passage pour sa rapide réponse :

On aura beau critiquer Mark Zuckerberg et sa fameuse plateforme mais c’est indéniable: Facebook , c’est comme les sites de rencontres, ça permet de mettre en relation des personnes qui ne se seraient jamais rencontrés dans la vraie vie. Et j’arrêterai la comparaison ici 😀

Nous sommes début septembre, je viens de mettre le blog en ligne. Tout naturellement, pour le faire connaître, je crée une page Facebook. L’aventure vient de commencer. Très rapidement et à ma grande surprise, je reçois un message de soutien plus que chaleureux de la part d’une inconnue. Poussée par la curiosité, je visite son profil et je tombe sur Eloïse Steyaert. Au fil de cette mini-enquête, je remarque qu’elle et moi avons de nombreuses similitudes: toutes les deux, nous sommes de vraies citadines, nous sommes des filles de la ville. Elle de Liège, moi de Bruxelles. Mais surtout, nous avons toutes les deux un grand amour pour l’écriture et avons chacune à notre manière décider d’utiliser ce feu qui nous anime pour mettre en place une initiative. La sienne ,c’est le « Slow Reading club de Liège » . La rubrique « à propos » de sa page ne me laisse d’ailleurs pas de marbre. Sa plume si juste décrit avec beaucoup de pudeur le pourquoi du comment de ce projet. Cela fait échos en moi. Cette belle idée n’est néanmoins pas la finalité de son objectif entrepreneurial. ll sert de prélude pour le projet phare d’Eloïse : la bibliothérapie et les ateliers d’écriture.

–> la suite ICI, sur le site « elles ont osé entreprendre ».

Merci donc à Éloïse d’avoir toute cette énergie et cette volonté de partager sa passion avec la création de « Le mot qui délivre ».

Et merci à ces signes et coïncidences qui nous permettent de croiser le chemin, virtuellement ou réellement, de personnes admirables.

En ce moment, je pense à toutes mes amies et à ma famille que je vois un peu ou beaucoup ces derniers mois et qui ne cessent de m’encourager, de me soutenir quoi que j’entreprenne ou décide 🙂

Merci, Salutation, Carte, Message, Purple, Vert

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Quand la lecture guide nos choix et nos actions

  1. Francine Desterck 28 avril 2019 / 4:26

    Coucou c’est en ayant toujours de nouvelles idées, que l’on avance petit à petit, la rencontre avec d’autres personnes nous apporte un plus à notre bien-être et à nos envies d’avancer, bonne fin de journée

    J'aime

  2. Kimcat 28 avril 2019 / 7:23

    Merci à Eloïse et aussi toi pour ce bel article.
    Bises Cécile

    J'aime

  3. Kimcat 28 avril 2019 / 7:24

    Oups ! IL faut que tu lises « aussi à toi »…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s