Poème sans titre

Se consumer par tous les bouts,
Être dépassée par absolument tout.
Ne pas comprendre ce qu’il se passe,
La moindre chose, le souffle qui lasse.
L’énergie qui me traverse un jour,
L’espoir qui voyage, et puis qui passe son tour.
Le lendemain, c’est déjà terminé,
L’envie, le désir, s’est envolé.

Ne plus comprendre le monde,
De mes réactions, en avoir tout le temps honte.
La force, la confiance en moi,
Tout doucement, sûrement, elle s’en va.
La foule, le bruit, le toucher,
Tout cela ne fait que m’irriter.
Les cris étouffés, les angoisses enfouies, les pleurs libérés,
Ne sont que le reflet de toutes mes peurs,
De toutes mes questions,
Dont je ne trouve aucune solution.
Et les larmes, en silence, recommencent,
Je me noie dans une indescriptible souffrance.

Je porte une nouvelle étiquette,
Un fardeau qu’il faut admettre.
Il faut parfois savoir accepter,
Qu’il y a des moments, dans la vie, qu’on ne plus supporter.
Il paraît que cela ne dure qu’un temps,
Que ça va passer, tout comme la pluie ou le vent.
Alors, je découvre la patience,
Qui n’est jamais facile, ce n’est pas une science.
Mais plutôt un trait de caractère,
Que j’aimerais taire.
Tout comme la perfection et la maîtrise de tout,
Sont des choses dont je ne viens plus à bout.
Et reviennent les sanglots,
Tout cela, aujourd’hui, est mon lot,
De mes journées, de mes nuits coupées,
De mes cauchemars, de mes idées, de mes pensées avortées.

 

Publicités

5 réflexions sur “Poème sans titre

  1. Kimcat Béa Riot 21 mars 2017 / 10:07

    Ton poème sans titre me va droit au coeur… car j’éprouve les mêmes choses…
    Bisous Cécile
    Béa kimcat

  2. Kimcat Béa Riot 21 mars 2017 / 10:12

    Et merci pour ton commentaire à la suite de mon jeu de lettres de dimanche
    Bizzz

  3. Quichottine 21 mars 2017 / 10:47

    Il y a des mots qui doivent absolument s’écrire… quand les maux sont trop forts.
    Merci pour le partage de ce très beau poème… et courage à toi.

  4. scoobydu41 21 mars 2017 / 12:17

    Un texte touchant et il ne faut surtout pas baissé les bras

  5. cigalette 21 mars 2017 / 6:09

    Poème qui dit tout sur ton ressentiment de la vie actuelle, il faut beaucoup de courage mais il ne faut jamais baisser les bras, il faut aller contre vent et marrée parfois très difficile mais un jour le soleil crèvera les gros nuages et tu te sentiras mieux, bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s