Réflexion autour d’une lecture Alice

Quand je lis, je prends des notes. Cela peut être un passage que j’ai fort aimé, ou un autre que j’ai moins bien compris, ou qui m’a vraiment surpris. Cela peut être aussi un jeu de mots que j’apprécie, ou une ou des coquilles que j’ai trouvée(s). Enfin, je peux ne pas aimer la fin et cela me donne envie d’en écrire une nouvelle, plus à mon goût 🙂

Dans Alice de l’autre côté du miroir (que je n’ai pas encore terminé, car le livre, ce livre en belle collection, est si lourd que je ne peux l’emmener partout avec moi ou même dans mon lit), j’ai déjà relevé 3 choses :

Un poème très zarbi qui m’a stoppé dans ma lecture à voix haute avec mes enfants, dont voici la fin :

Il était reveneure; les slictueux toves

Sur l’allouide gyraient et vriblaient

Tout flivoreux vaguaient les borogoves;

Les verchons fourgus bourniflaients

Un jeu de mot très chouette qui me donne envie d’écrire un mini texte dessus :

Le chêne se dé-chêne (déchaîne)

Le chêne était fâché, très fâché. Le lapin venait de faire ses besoins aux pieds de ses racines enterrées. Le lapin qui était toujours en retard, ne s’attarda donc pas à cacher ses petites crottes toutes rondes. A quoi bon ? Et il était déjà parti en courant quand le chêne se déchaîna. Toutes ses branches, il secoua. Tel un tourbillon en colère, ses branches devinrent des fouets. Et, au bout de ses branches, ses fruits emballés se détachèrent tels des projectiles d’une arme à feu et percutèrent le derrière du lapin en fuite. C’était extraordinaire ! Vraiment fascinant ! Cette colère, cette rapidité, cette précision. Qui l’eut cru ? Et comme si celui-ci avait le feu aux fesses, le lapin, un peu tard, jura qu’on ne l’y reprendrait plus.

Et pour clore ce petit article, voici que je découvre un passage où il est question d’une forêt de l’oubli ! Pour ceux qui connaissent Jean-Claude Mourlevat et sa « Rivière à l’envers », ils reconnaîtront ce lieu qui m’a fort marqué, que j’ai adoré et qui m’a littéralement envoûté. Ce serait donc Lewis Carroll qui serait à l’origine de ce lieu insolite, unique, féerique ? ou est-ce simplement une étrange coïncidence ? Pour cela, je devrais le demander à J-C Mourlevat 🙂

Alice autre côté du miroir

Et pour continuer cette réflexion, j’ai eu envie d’écrire une petite fanfiction autour d’Alice au pays des miroirs… bientôt en lecture sur mon blog 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Réflexion autour d’une lecture Alice

  1. cigalette 25 février 2017 / 12:59

    J’adore ta petite histoire du lapin, une bonne leçon, lapin on ne fait pas ses besoins n’importe où, ceci est aussi valable pour les chiens:-)) bisous

  2. Kimcat Béa Riot 26 février 2017 / 3:37

    Une fin cocasse et épatante !
    Me voici de retour sur la toile après ces quelques jours passés en famille pour voir ma petite-fille.

    Bisous du dimanche Cécile

    Béa kimcat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s