Poème pressé 

Dans le brouillard du petit matin,
J’ai encore osé tuer !
Bien sur pas avec mes mains,
Les meurtriers sont à nouveau mes pieds.

Chaque jour où je pars au travail
J’écris un petit mot pour mes enfants, non sans mal
Car assurément, je les veux différents
Pas la même chose, pas tout le temps.

A 5h45 j’étais bien inspirée,
Et un étrange match de hockey j’ai commenté !
Le point décisif à  été l’envoi du bisou
Que la mère a donné à la gardienne sur sa joue !

Cette mini histoire écrite quasi dans le noir,
M’a mise assurément en retard.
Je suis alors partie d’un pas pressé,
Tout en me disant que les escargots je devais éviter…

Et ce qui devait arriver, arriva…
De mon pas rapide, y en a un que je ratatina !
Un regard en arrière me permis de voir,
Que pour lui y avait plus le moindre espoir.

Publicités

2 réflexions sur “Poème pressé 

  1. cigalette 26 octobre 2016 / 7:47

    Coucou, hélas ils nous faudrait des yeux à nos pieds pour les éviter ces petits escargots intrépides…bisous

  2. Kimcat Béa Riot 26 octobre 2016 / 11:44

    Pauvre petit escargot… mais tu lui as rendu un hommage en écrivant ce poème.
    Bises Cécile
    Béa kimcat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s