Souvenir Virelles, suite et fin

(début du souvenir de septembre 2001) clic

Sébastien me donne alors quelques conseils pour l’observation ici à l’étang de Virelles. Souvent, il y a des petits limicoles dans la vase, aux abords de l’étang. Je dirige donc mes jumelles dans cette direction, mais je ne vois rien. Le guide me disait alors que je pouvais voir dans sa longe-vue, qui elle, était dirigée tout au bout de l’étang en face de nous. Et là, je vis pour la première fois une bécassine des marais, non deux. Et puis tout compte fait, quand mon regard avait commencé à s’habituer au mimétisme de cet oiseau, je n’en voyais pas moins de cinq. Avec leur long bec et leur plumage composé de différents tons de brun, elles se confondaient très facilement dans les roseaux. Je trouvais que leur bec était un peu mal proportionné par rapport à leur tête. Mais cette longueur leur permettait de fouiller la vase et les marais peu profonds tout en continuant à respirer. Hautes sur leurs pattes, elles sont plutôt bien corpulentes. Les bécassines sont des limicoles, ou petits échassiers. On les appelle ainsi car justement elles sont hautes sur pattes et ont un grand bec pour pouvoir se déplacer et se nourrir aisément dans l’eau. Ensuite, écoutant mon émerveillement sur cette espèce, Sébastien dirigeait sa longue-vue vers la vasière se situant à notre gauche. Il me décrivait alors le râle d’eau, je cherchais alors dans mon guide d’identification. C’était un rallidé plutôt commun et se distinguant des autres membres de cette famille par son long et fin bec rouge. En effet, on ne pouvait pas le rater cet ustensile de cuisine. Et puis il avait plutôt une tête et haut de poitrine assez unique, de couleur bleu-gris. On peut le rencontrer le plus souvent dans la vase à la recherche de nourriture végétale aquatique. Dans cette immense roselière, il avait de quoi chercher. Et juste quand il me parlait de cette oiseau, un cri d’un cochon qu’on égorge (ce sont les mots qu’il a utilisé pour décrire ce cri) déchira l’atmosphère si calme.

-« voilà justement son cri, tiens. Quand on parle du loup… »

Et j’ai pu l’entre-apercevoir très brièvement. Je regardais alors à ce moment-là dans la longue-vue, puis Sébastien muni de ses jumelles voyait au même endroit un jeune râle. Il regardait alors dans sa longue-vue et confirmait, je regardais à mon tour et m’émerveillais de voir comment le guide avait l’observation et l’identification de ces espèces si aisées.

Soudain, un autre oiseau apparu dans mon champ de vision de la lunette.

-« ah j’en ai un autre, mais il est légèrement différent. Il est plus petit, plus clair. Son bec aussi est plus petit et il a un derrière tout jaune ».

         « quoi, attends, un derrière couleur jaune paille ? »

         « oui oui, pourquoi ? »

         « il est bien plus petit que celui que je t’ai montré ? »

Je n’ai même pas eu le temps de répondre que Sébastien tout excité me montra dans son guide un oiseau. Il regardait alors à son tour dans la lunette :

         « c’est pas vrai, pas possible, c’est bien elle, une marouette, une marouette ponctuée ».

         « une quoi ? » demandais-je un peu déboussolée.

         « regarde à nouveau, tu vois elle a un peu des points blanc un peu partout sur son corps, même sur ses ailes. C’est pour cela qu’elle porte son nom de ‘ponctuée’. Observe bien le dessin, compare maintenant avec un jeune de râle d’eau.

En effet, c’était bien une marouette ponctuée. Mais qu’avait-elle de si spéciale cette marouette ?

-« elle n’a été vue qu’une seule fois, il y a 5 ans et entendu il y a 2 ans , elle est plutôt rare ici »

Pour moi tous les oiseaux que je venais de voir étaient des spécimens bien particuliers à eux-seuls car jamais je ne les avais vu auparavant. Mais me dire que je venais de découvrir un oiseau rare, me réjouissait de plus belle. C’était ça mon cadeau d’anniversaire.

Et pendant que j’observais encore et encore cet oiseau, Sébastien téléphonait à un autre guide pour lui parler de la découverte exceptionnelle. Quelques instants plus tard, Anne, la dame qui était à la réception, et deux autres personnes arrivaient. Chacune à son tour regardait la petite bestiole patauger dans la vase.

Et tout le monde rigolait car c’était moi qui avais pu la voir en premier lieu, une petite jeune fille qui ne connaissait pas grand-chose aux oiseaux qui faisait cette découverte, incroyable, on disait que j’en avais de la chance, une chance de débutant. Et cette fois-ci je croyais au mot « chance ».

J’ai retrouvé la photo… oui oui la petite chose en plein milieu, c’est elle, c’est la Marouette ponctuée 😍

Et j’ai retrouvé mon carnet de notes d’observation. Dates exactes : 03 au 07 septembre 2001.

Publicités

3 réflexions sur “Souvenir Virelles, suite et fin

  1. De bec et de plumes 21 octobre 2016 / 10:00

    Super ! Belle observation ! Ce n’est vraiment pas un oiseau facile à voir… vraiment chanceuse pour le coup ! 🙂

  2. cigalette 21 octobre 2016 / 6:56

    Coucou, que de beaux souvenirs mais le monde des oiseaux est fascinant ont ne s’en lasse pas! bonne soirée bisous

  3. Kimcat Béa Riot 21 octobre 2016 / 8:21

    Je ne connaissais pas cet oiseau.
    Quelle chance de l’avoir découverte ! Quel beau cadeau !
    Bises Cécile
    Béa kimcat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s