Être du matin, du petit matin

Quand est-ce que j’écris ? Comment j’écris ? Où j’écris ?

C’est indubitable : je suis du matin. A cause, grâce à mes chats, à un voisin, à un moustique, à un bruit, à mon cycle de sommeil, à … tout est un bon prétexte pour me lever à 4 heures du matin !  🙂

Le matin, ou plutôt en ces fins de nuit, tout est calme dehors et à l’intérieur. Homme et enfants dorment à poings fermés, et les chats, une fois leur panse remplie, se recouchent près de moi, au salon.

Dans le noir de la nuit, j’allume mon petit portable Eee. Un mot de passe, des touches pressées par automatisme. Le souffle du disque dur brise le silence, mais mon oreille sélective ne l’entend déjà plus. Le fond d’écran est un paysage de nuit dégagé avec ses milliers d’étoiles scintillantes, sur fond noir et rose, prémices d’un lever de soleil imminent. Je m’installe dans le fauteuil, en pyjama, avec le gilet de mon homme sur mes épaules. Je rapproche la table basse, je mets un coussin sur le bord, je pose mes jambes dessus. Chouna s’est installée à ma gauche, Vicky sur sa couverture toute douce, au sol, tout contre la fenêtre qui fait toute la hauteur.

Et je prends mon pc.

Sur la colonne à gauche, je sélectionne l’endroit où je veux aller pour ouvrir mon fichier d’écriture intitulé « mon village ROMAN ». Le fichier d’open office s’ouvre assez rapidement, plus rapidement que mon autre ordinateur qui se trouve dans mon bureau et mes personnages, mon village, s’animent joyeusement, m’accueillant par de forts mots de bienvenue. Je dis bonjour à certains, les regardants en détail, lisant en eux la suite de mes aventures.

Et plus rien n’a d’importance. J’embarque dans mon univers que j’ai créé de toutes pièces, chaque mot, c’est moi qui leur ai donné naissance, consistance, vie.

Et les mots et les phrases s’alignent et un chapitre se clôture et je prépare déjà un autre.

J’ai épuisé 36 % de ma petite batterie, j’ai ajouté un millier de mots (j’ai recalculé, 2.164 pour être juste ! ), j’ai corrigé des petites fautes de frappe, j’ai réorganisé un chapitre, j’ai détaillé un passage.

Deux heures sont passées.

Le soleil se lève doucement, parsemant dans le ciel sombre des nuages roses, des rayures oranges, grises, roses.

Il est 6h21, une pie se pose bruyamment dans l’arbre qui se trouve devant la maison, à moins de deux mètres de ma fenêtre. Une corneille donne de la voix, un merle s’envole en sifflant l’alarme. Il fait clair, lumineux, des nuages blancs ponctuent l’horizon.

Publicités

3 réflexions sur “Être du matin, du petit matin

  1. cigalette 13 juillet 2016 / 7:58

    Nous nous levons donc à la même heure toi et moi et également grâce à nos gentils chats:-))
    L’inspiration naît souvent dans le silence de la nuit, la plupart des poètes, écrivains et même les artiste peintre sont plus productif la nuit.
    Bonne journée gros bisous

  2. Laurence 14 juillet 2016 / 12:43

    Se lever à quatre heures du matin, je suis admirative !
    Il est vrai que la nuit porte conseil et est propice aux idées créatives mais perso j’ai besoin de la lumière du jour pour peindre. Ceci étant dit, une idée surgit parfois de mon imaginaire tard le soir ou avant de m’endormir.
    Bonne journée Cécile.

  3. scoobydu41 15 juillet 2016 / 8:42

    Je te trouve très courageuse pour te lever si tôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s